http://www.geocities.com/Area51/Shadowlands/6583/under012.html

[Voir : Traduction rapide en français ...]
 
 

Subterranean Worlds

Chapter Two

Our Earth IS Hollow! -- The Scientific Evidence

Source: Our Hollow Earth!
http://www.ourhollowearth.com/Chap2.htm

Therefore, let us take the evidence of the scientific community as presented by John M. Prytz in his
article, "The Hollow Earth Hoax," and see how well his evidence recorded in high school texts, even in
elementary texts, stands up against the first-hand observations of trained observers.

Number One item of Prytz's "factual evidence explaining why the hollow earth (and it's polar openings)
cannot exist," states:

"The North polar area is covered with water, commonly known as the Arctic Ocean. It has an area of
3,622,200[~1903 milles{3045km} au carrés ou une surface circulaire de 1073,8 milles{~1718km} de rayon] square miles and an average depth of 4,362 feet [1329,5 mètres]. This Arctic Ocean is the name for water North of the continental land masses in the region of the Arctic Circle, and is often covered with pack ice. If any polar opening were present, the water under the force of gravity would drain into the hole, like the water which drains into a sink drain. Therefore, either the hollow earth would be FLOODED TO
CAPACITY, or else water would still be draining down the hole, not only causing a gigantic whirlpool, but
also lowering the level of all the world's oceans--such a drop has not been noticed."

Our answer to Mr. Prytz is that the North Polar Opening does indeed exist. However, the Arctic Ocean
does not "drain" into the "hole," because the earth's principal center of gravity is not at it's center, as
would be the case if the earth were a solid sphere.

A look at my drawing of Our Hollow Earth which is a center section through the earth's polar axis, we see
that the earth's shell is approximately 800[~ 1280 km] miles from the outer to the inner surface. The earth's atmosphere extends from the inner surface, as it does on the outer surface, upward 600[~960 km] miles and 4,600[~ 7360 km -> ÷ 2 = 3680 km et 6370 - 3680 = 2690 km] miles inside our earth is PURE SPACE--a vacuum. Any student of physics knows that gravity is caused by mass. Empty space alone does not produce the force of gravity.

Granted, an inner sun would contain some of the mass of the earth, but very little, in comparison to the
shell. Because our earth is hollow and not a solid sphere, a small center of gravity is located in the inner
sun, but because the preponderance of mass in a hollow earth is located in its shell, the primary center of
gravity is located in the shell, somewhere between the outer and inner surfaces, and describes a sphere -- a
central sphere of gravity. Because of higher density in the earth's crust toward the inner side of our planet,
the central sphere of gravity is located 700[~1120 km] miles down in our 800 mile[~1280 km] thick crust -- according to the Inner Earth guide in ETIDORPHA. (ETIDORPHA, p. 193) Explorer Olaf Jansen, who supposed the earth's crust to be 300[~ 480 km] miles thick, explained the earth's center of gravity thus:

"Sir James Ross claimed to have discovered the magnetic pole at about seventy-four degrees latitude. This
is wrong--the magnetic pole is exactly one-half the distance through the earth's crust. Thus, if the earth's
crust is three hundred miles in thickness, which is the distance I estimate it to be, then the magnetic pole is
undoubtedly one hundred and fifty miles below the surface of the earth, it matters not where the test is
made. And at this particular point one hundred and fifty miles below the surface, gravity ceases, becomes
neutralized; and when we pass beyond that point on toward the 'inside' surface of the earth, a reverse
attraction geometrically increases in power, until the other one hundred and fifty miles of distance is
traversed, which would bring us out on the 'inside' of the earth."

"Thus, if a hole were bored down through the earth's crust at London, Paris, New York, Chicago, or Los
Angeles, a distance of three hundred miles, it would connect the two surfaces. While the inertia and
momentum of a weight dropped in from the 'outside' surface would carry it far past the magnetic center,
yet, before reaching the 'inside' surface of the earth it would gradually diminish in speed, after passing the
halfway point, finally pause and immediately fall back toward the 'outside' surface, and continue thus to
oscillate like the swinging of a pendulum with the power removed, until it would finally rest at the
magnetic center, or at that particular point exactly one-half the distance between the 'outside' surface and
the 'inside' surface of the earth." (THE SMOKY GOD, pp. 160-162)

Therefore, if we were to go over the 1200[~ 1920 km] mile curve of the North Polar Opening, which is the semicircumference of a 800 mile[~ 1280 km] estimate of the earth's crust, we would always be exerted toward the central sphere of gravity of earth's mass, which contrary to popular opinion is not primarily in the center of the earth but 700[~ 1120 km] miles below our feet.

As such the Arctic Ocean would no more empty into the "hole" than could the Australian Continent fall
out into space.

Let us take Prytz's SECOND objection to the Hollow Earth Theory. He states, "No unknown land masses
exist in the area attributed to where the North Polar Opening theoretically exists."

The orthodox scientific theory concerning the north pole is that the arctic region around the pole is an
ocean covered by an ice-cap. With this mental picture in mind, arctic explorers down through history have
tried to "go to the pole." In their expeditions to reach the north pole nearly every explorer has admitted that
when he got into the far north, his theories of what he should find did not hold and his methods of finding
his positions failed to function as expected. What good then, is a theory that fails to hold up under the
facts? Prytz would have the reader believe that because no land is shown on north polar maps in high
school texts, that such lands do not exist!

But the facts do not support the ice-cap-in-the-Arctic theory of orthodox scientific opinion. The
observations of the polar explorers, on the other hand, do support the Hollow Earth Theory of lands inside
the polar regions which have even a subtropical climate. Let us examine, therefore, the descriptions of
polar explorers of what they observed in the polar region and then ask ourselves, does the evidence
support a polar ice-cap theory or does it support the Hollow Earth Theory with polar openings leading to a
land inside Our Hollow Earth?

Observations by north polar explorers indicate that there is indeed a land in the far north with a subtropical
climate heated by a sister sun inside Our Hollow Earth. For example, Explorer's reports of abundant
animal and bird life in the summer time in the far north indicates a homeland in the north from which they
extend in the summer further south and to which they are seen to migrate in the fall.

Explorer Hays observed abundant insect life in the far north. When he was in latitude 78 degrees, 17
minutes in early July he said, "I secured a yellow-winged butterfly, and--who would believe it--a
mosquito...ten moths, three spiders, two bees and two flies." (The Open Polar Sea, p. 413)

Notice the element of surprise that many explorers expressed resulting from the discovery of conditions
which they weren't expecting.

Explorer Greely, in his book, THREE YEARS OF ARCTIC SERVICE, in Grinnell Land in June of 1881,
reports birds of an unknown species, butterflies, bumblebees, so many flies they couldn't sleep at night,
and temperatures of 47 and 50 degrees at latitude 81 degrees 49 minutes north. He also found plenty
willow to make fire, and much driftwood, (Chapter 26, Vol. I)

A swedish expedition under Otto Torell, found near Trurenberg Bay in the Arctic Sea, trees floating with
green buds on them and among them was found the seed of the tropical Entada Bean which measured
2.25 inches across. (Gardner, p. 253)

Explorer Sverdrup at 81 degrees north found so many hares that they named one inlet, Hare Fiord. Also
nearly all expedition parties found enough game to keep their exploring parties well fed with meat. These
included herds of musk-oxen and reindeer. (Gardner p. 254)

Captain Beechey saw so many birds on the west coast of Spitzbergen that sometimes a single shot killed
thirty of them. (Gardner p. 254)

All explorers observed that not all animals migrate south to escape the cold Arctic winds in winter, but
many instead go north. Where do they go? Greely, surprised at the tremendous amount of wildlife in a
supposed frozen north wrote, "Surely this presence of birds and flowers and beasts was a greeting on
nature's part to our new home."

Explorer Kane reported seeing several groups of Brent Geese, which is an American migratory bird, flying
NORTHEAST in their wedge-shaped line of flight at 80 degrees 50' north at Cape Jackson, near
Grinnelland in late June 1854.

Explorer Greely makes this statement of the northward migration of bears, "Lieutenant Lockwood, in
May, 1882, noticed bear tracks (going NORTHEAST) on the north coast of Greenland, near Cape Benet
in 83 degrees 3' N.," and commented, "...I cannot understand why the bear ever leaves the rich
hunting-field of the 'North Water' for the desolate shores of the northward." (THREE YEARS, p. 366)

Greely also wrote about the Ross Gull, "...the observations of Murdoch at Point Barrow show that this
bird, in thousands, passes over that point to the NORTHEAST in October, none of which were seen to
return." (THREE YEARS, p. 383)

Explorer Adolf Erick Nordenskiold, leader of a Swedish expedition, recorded in THE ARCTIC VOYAGE
OF 1858-1878, that on May 23, they saw north of Amsterdam Island (by Spitzbergen), "great numbers of
barnacle geese...flying towards the NORTHWEST, perhaps to some land more northerly than
Spitzbergen. (There is no such land on our present-day maps) The existence of such a land," wrote
Nordenskiold, "is considered quite certain by the walrus-hunters, who state that at the most northerly point
hitherto reached, such flocks of birds are seen steering their course in rapid flight yet farther toward the
north." (Gardner, p. 160)

Daines Barrington, in his book, ON THE POSSIBILITY OF APPROACHING THE NORTH POLE,
wrote that observers in Spitzbergen have always noticed in spring, just before the hatching season, the
wild ducks, geese, and other birds, fly in a northerly direction. There is also a heavy fall migration to the
north.

In HEARNES JOURNAL, is told of observations around Hudson's Bay by Hearne of ten species of
geese, particularly the snow goose, blue goose, brent goose, horned wavy goose, lay their eggs and raise
their young in some country which to Hearne was unknown. Explorers, Indians and Eskimos could never
tell where these fowl bred and it was well known that they never migrated to the south.

Epes Sargent in his WONDERS OF THE ARCTIC WORLD tells that Franklin's second expedition saw
large numbers of laughing geese migrating to the unknown north--sure indication of land to the north. And
this was observed on the north coast of Canada latitude 69 degrees 29" N., longitude 130 degrees 19
minutes W., on July 13. (Sargent, p. 163).

Newton in his ARCTIC MANUAL, wrote as follows concerning the migrations of the Knot, "The
knot...in the spring seeks our island (England) in immense flocks, and after remaining on the coast for
about a fortnight, can be traced proceeding gradually northwards, until finally, it takes leave of us. It has
been noticed in Iceland and Greenland, but not to stay; the summer there would be too rigorous for its
liking, and it goes further and further north. Whither? Where does it build its nest and hatch its young? We
loose all trace of it for some weeks. What becomes of it?"

"Toward the end of summer back it comes to us in larger flocks than before, and both old birds and young
birds remain upon our coasts until November, or, in mild seasons even later. Then it wings its flight to the
south, and luxuriates in blue skies and balmy airs until the following spring, then it resumes the order of its
migration." (Gardner pp. 259-260) Surely these migrations indicate a land further north than Greenland
and Spitzbergen with an ideal climate for the breeding grounds of these migratory birds and animals.

Many explorers noticed a rise in temperature the farther north they went. For example, Nansen reported
that a northwind in the winter is warmer than a south wind. On Jan. 18, 1894 at 79 degrees N., Nansen
wrote, "It is curious that there is almost always a rise of thermometer with these stronger winds...A south
wind of less velocity generally lowers the temperature, and a moderate north wind RAISES it."
(FARTHEST NORTH, Vol. I, p. 197) Two months later on March 4th, Nansen also wrote, "It is curious
that now the northerly winds bring cold and the southerly warmth. Earlier in the winter IT WAS JUST
THE OPPOSITE." This obviously indicates the existence of a warmer land toward the north from which
the warm wind blows in the winter.

In Roald Amundsen's FIRST CROSSING OF THE POLAR SEA, by dirigible, May 12, 1926, this rise in
temperature toward the pole was also recorded. Upon leaving Spitzbergen the temperature was minus 8
degrees centigrade. Then the temperature at the altitude of flight sank steadily from 5 degrees below
freezing over King's Bay to 12 degrees below zero on 88 degrees north on the European side of the pole.
FROM THIS PLACE IT BEGAN TO RISE SLOWLY. The temperature at the pole was 2 degrees below
zero. That is an increase of 10 degrees! (FIRST CROSSING, p. 230)

In the soviet flight of Mikhail Gromov, of the Soviet Air Force, in an article titled, "Across the North Pole
to America," he recorded a similar increase of temperature at the pole. Flying above Franz Josef Land at
13,000 feet, the temperature was minus 16 degrees Centigrade. But at the pole at 8,850 feet the
temperature was recorded at minus 8 degrees C--an 8 degree increase in temperature. Both Amundsen and
Gromov changed direction after calculating with the sextant that they were at the pole.

It must be understood that when explorers say they have reached the pole, that this means that they have
reached a point on the curvature of the earth in the Arctic or Antarctic where the angle of the sun over the
horizon on their sextant readings indicates that they are farthest north for the north pole or farthest south
for the south pole. Since it is difficult for explorers to measure distances in the Arctic or Antarctic directly,
distances were measured by determining the latitude with the sextant. Explorers would travel a certain
distance north, for example, take a reading with the sextant and based on that reading and the distance to
the pole as shown on a map, they then calculated how many miles they had traveled.

Today, however, with the advent of navigational satellites, geographic determination of location is
determined with the GPS, the Global Positioning System. With hand-held devices, anyone can receive the
satellite signals from the GPS to determine their latitude and longitude. With overflights of the poles and
submarines criss-crossing the Arctic, one would rightly wonder why the polar openings haven't been
openly discovered and published to the world. Certainly such a discovery must world-shaking, mind
shattering, and revolutionary to our sciences. Our physics books would have to be re-written. Certainly the
poles have been attained. Which strongly suggests that any polar openings would have to be located to one
side or other of the poles. Such discovery, however, is still World Top Secret.

Still, however strangely it might seem, there are indications that the polar openings do exist! Another
evidence of the polar openings is found in the surprised comments of explorers upon finding the fog
conditions at the poles. The May 1926, Amundsen dirigible expedition noted that from Spitzbergen, "For
more than eleven hours we flew in brilliant sunshine. On 87 degrees latitude we met with fog, which,
however, soon disappeared. Between 88 degrees and 89 degrees latitude we came into a new belt of fog.
The fog lay, however, so low that we could fly over it by rising to 7,000 meters altitude."

From our theory, we obtain a ready answer concerning the origin of these belts of fog--they come as result
of the warm moist air currents issuing from the polar opening, which as they meet the lower cold air next
to the ice, condense into fog.

Continuing, Malmgren wrote, "At the Pole itself the fog thinned. The weather, as if for the occasion, at
this longed-for spot on the earth's surface, can be described in a few words. The sky for the most part was
covered with stratocumulus and altocumulus clouds. There was a complete cessation of wind. The
temperature at about 300 meters altitude was 2 degrees below zero. >From the pole we set our course
towards Point Barrow. The journey from the Pole was, at the beginning, favored with good visibility, but
between 86 and 85 degrees latitude we met with continuous fog." And notice was made of "...the
temperature in the layer of air nearest the ice was from 3-4 degrees lower than that higher up..."

Commenting on this phenomenon, Malmgren, Amundsen's meteorologist on the expedition wrote, "One of
the problems that the expedition has brought to life refers to the polar fog. Why is it that over the
monotonous plain which is formed by the polar sea there occur regions, close to one another, with and
without fog, often without any changes in atmospheric temperature being observable? Are the lowermost
air-layers so conservative that they can still, in the polar sea, retain memories from their more southerly
existence? Or is the phenomenon due--which, however, appears incredible--to the variations in the heat
development between the air and the underlying ice?" (FIRST CROSSING OF THE POLAR SEA, pp.
272, 280, 281) Notice how Malmgren is puzzled by the temperature difference of the different layers of
air suggesting currents from a more southerly or warmer climate.

In the book, POLAR AVIATION, by Lt. Col. C.V. Glines, USAF, is this comment about the temperature
difference between the upper and lower air strata as a Douglas DC-3 transport descended in the first
landing at the south pole: "Because of a polar phenomenon called inversion, the temperature dropped as
the plane lost altitude." (p. 146) You see, it is called temperature inversion at the poles because normally in
other parts of the world, air gets colder the higher up you go. Couldn't it be that higher layers of air are
warmer at the poles because as warm air comes from the polar openings it rises above the colder, heavier
air next to the ice?

Just where can heat and fog come from in the frozen polar "ice-caps"? Obviously, the answer is that they
come from the warm, moist air currents emanating from the polar openings which are located farther and
beyond the sextant located "poles."

Who then, are we to believe? Here are trained observers, explorers of the arctic and antarctic reporting
phenomena indicating that there must be a warmer land to the north from which all kinds of wildlife come
and return. Or are we to believe the theories of textbook writers who have never been there? Surely if we
disbelieve the explorers observations, we could go into the arctic and see for ourselves that it gets warmer
the farther north we go past 88 degrees latitude. We could observe for ourselves the wildlife migrating to
the unknown northland.

However, not only does wildlife, and warm winds and fog come out of the north, but evidence points to
the origin of icebergs in the far northland. The north polar sea is covered by ice which is frozen from fresh
water and floats on a salty sea. The origin of so much ice that it covers thousands of square miles, has
been a long-time puzzle to scientists. The fact is that salty sea water does not freeze solid at temperatures
found at the poles. The ice that covers the Arctic Ocean is salt-less. Explorer Nansen noticed that the
icebergs in the Arctic Ocean are stratified and that they often contain driftwood, clay and rocks. This
obviously indicates that these icebergs originate in rivers which have slowly frozen over causing the
stratification layers of water freezing as it flowed over ice wedged between it's banks, where rocks and
clay were scraped off when the bergs eventually were pushed out to sea. However, there are not enough
rivers or even glaciers around the polar sea to give origin to so much ice. So where do the icebergs come
from?

A writer named William Reed, wrote in his book, PHANTOM OF THE POLES, in 1906 of his theory
that these icebergs that fill the Arctic Ocean actually come from inside Our Hollow Earth. And this, in fact,
is what was reported by an explorer who claimed he reached the land within the polar openings in 1829.
On April 3 of that year, Olaf Jansen and his father, Jens Jansen left their home in Stockholm, Sweden on a
voyage that took them past the arctic ice through leads in the ice-flows, and into the ice-free land on the
other side of the north polar opening. There they were taken in by the people and lived among this
advanced race for two years, then returned to the outside world by way of the south polar opening in
1831. Olaf later had his epic voyage published and can be obtained from out-of-print publishers by the
title, THE SMOKY GOD.

In his book, Olaf reports that, "...about three-fourth of the 'inner' surface of the earth is land and about
one-fourth water. There are numerous rivers of tremendous size, some flowing in a northerly direction and
others southerly. Some of these rivers are thirty miles in width, and it is out of these vast waterways, at
the extreme northern and southern parts of the 'inside' surface of the earth, in regions where low
temperatures are experienced that fresh water icebergs are formed. They are then pushed out to sea like
huge tongues of ice, by the abnormal freshets of turbulent waters that twice every year, sweep everything
before them." (THE SMOKY GOD, pp. 122, 123)

Because of the earth's 23½ degree inclination to the plane of its orbit about the sun, the sun's rays, once
each year, strike the polar lip at right angles melting the ice loose at the mouths of the inner-earth rivers
within the polar openings which then empty their fresh water icebergs into the Arctic and Antarctic oceans.

In connection with the origin of the icebergs is the origin of the remains of tropical wildlife which are
found in the Arctic. Robert B. Cook, writing in the magazine KNOWLEDGE for 1884, tells of the
remains of not only mammoths but of hairy rhinoceros, reindeer, hippopotamus, lion, and hyena, found in
the northern glacial deposits and cannot explain why the supposedly extinct prehistoric mammoth is lying
side by side of the remains of present-day wildlife. The truth of the matter is that all these animals were
trapped in the frozen rivers in the interior and floated out in the icebergs many of which came to rest on
the shores of Siberia and other northern coasts thereby depositing their trapped and preserved loads of
frozen animals.

In fact, a mammoth was actually found encased in an iceberg. In J.W. Buel's, THE WORLD'S
WONDER'S, we read that in 1799, a fisherman of Tongoose, named Schumachoff discovered a
tremendous elephant preserved in a huge block of ice clear as crystal along the banks of the river Lena.
The flesh was cut off for dog meat and fed upon by wolves until as a skeleton it was removed to St.
Petersburg Museum of Natural History. Other fresh frozen mammoths were later discovered and scientific
banquets featuring ancient foods including the supposedly ancient frozen mammoth were held.

However, the mammoth's true place of origin is from within Our Hollow Earth. In Olaf Jansen's journeys
inside Our Hollow Earth he reported, "One day we saw a great herd of elephants. There must have been
five hundred of these thunderthroated monsters, with their restlessly waving trunks. They were tearing
huge boughs from the trees and trampling smaller growth into dust like so much hazel-brush. They would
average over 100 feet in length and from 75 to 85 in height." (THE SMOKY GOD, p. 126)

Olaf further explains that from these vast herds many venture near the frozen river mouths in winter and
fall into crevasses in the ice where they are instantly frozen and later when in the summer, our sun shines
through the polar opening to thaw the ice loose, the rivers push the icebergs out to sea. The icebergs then,
gradually make their way to arctic coasts of the outside world where vast graveyards of bone and even
frozen animals have been discovered.

The claims of explorer Olaf Jansen are truly fantastic. However, he was not the only explorer we have
record of who attained the land of Our Hollow Earth and returned to tell of it. Another account is given to
us by Dr. Nephi Cottom of Los Angeles, in which he reported that one of his patients of Nordic descent
told him the following account of his voyage into the land of Our Hollow Earth:

"I lived near the Arctic Circle in Norway. One summer my friend and I made up our minds to take a boat
trip together, and go as far as we could into the north country. So we put one months' food provisions in a
small fishing boat, and with sail and also a good engine in our boat, we set to sea."

"At the end of one month we had traveled far into the north, beyond the Pole and into a strange new
country. We were much astonished at the weather there. Warm, and at times at night it was almost too
warm to sleep. Then we saw something so strange that we both were astonished. Ahead of the warm open
sea we were on was what looked like a great mountain. Into that mountain at a certain point the ocean
seemed to be emptying. Mystified, we continued in that direction and found ourselves sailing into a vast
canyon leading into the interior of the Earth. We kept sailing and then we saw what surprised us--a sun
shining inside the earth!"

"The ocean that had carried us into the hollow interior of the Earth gradually became a river. This river
led, as we came to realize later, all through the inner surface of the world from one end to the other. It can
take you, if you follow it long enough, from the North Pole clear through to the South Pole."

"We saw that the inner surface of the earth was divided, as the other one is, into both land and water.
There is plenty of sunshine and both animal and vegetable life abounds there. We sailed further and
further into this fantastic country, fantastic because everything was huge in size as compared with things
on the outside. Plants are big, trees gigantic and finally we came to GIANTS."

"They were dwelling in homes and towns, just as we do on the Earth's surface. And they used a type of
electrical conveyance like a mono-rail car, to transport people. It ran along the river's edge from town to
town."

"Several of the inner earth inhabitants--huge giants--detected our boat on the river, and were quite
amazed. They were, however, quite friendly. We were invited to dine with them in their homes, and so
my companion and I separated, he going with one giant to that giant's home and I going with another giant
to his home."

"My gigantic friend brought me home to his family, and I was completely dismayed to see the huge size of
all the objects in his home. The dinner table was colossal. A plate was put before me and filled with a
portion of food so big it would have fed me abundantly an entire week. The giant offered me a cluster of
grapes and each grape was as big as one of our peaches. I tasted one and found it far sweeter than any I
had ever tasted 'outside.' In the interior of the Earth all the fruits and vegetables taste far better and more
flavorsome than those we have on the outer surface of the Earth."

"We stayed with the giants for one year, enjoying their companionship as much as they enjoyed knowing
us. We observed many strange and unusual things during our visit with these remarkable people, and were
continually amazed at their scientific progress and inventions. All of this time they were never unfriendly
to us, and we were allowed to return to our own home in the same manner in which we came--in fact,
they courteously offered their protection if we should need it for the return voyage." (RAINBOW CITY
AND THE INNER EARTH PEOPLE, Michael X. pp. 17, 18)

These evidences of wildlife in the north from the icebergs, warm winds, fog, and frozen
mammoths come, and these histories of actual explorers reaching that land, help to establish the fact that
there does exist great land masses within the whence north polar opening.

John M. Prytz, in his article, "The Hollow Earth Hoax," states his third objection to the hollow earth
theory: "Consider the U.S. Atomic submarines which have traveled under the ice in crossing the Arctic
Ocean and going under the pole could never have been possible (if the polar opening exists)."

In the explorations of the Russians in the Arctic Ocean, it would seem that they already know about that
land within Our Hollow Earth that Prytz says does not exist. From Scientific American, comes this
revealing paragraph of the Russian discoveries: "Exploration and research have shown that an enormous
region of the earth's surface and correspondingly large realms of the UNKNOWN may be brought within
the compass of human understanding in a very few years. The data thus far amassed by expeditions and
ice stations fill more than 120 volumes; the list of books, monographs and articles that is emerging from
THAT data already exceeds 600 titles..." (SCIENTIFIC AMERICAN, "The Arctic Ocean," by P. A.
Gordienko, May, 1961)

Since the discovery of Our Hollow Earth by Admiral Richard E. Byrd in 1929, there has been an
international cover-up of this, the WORLD'S TOP SECRET. And the publicizing of the atomic
submarine's passing under the pole was part of that cover-up. If there has not been a cover-up, then just
WHERE are all those 120 volumes proving there are "enormous regions of the earth's surface and
correspondingly large realms of the UNKNOWN"? According to the textbooks, all large unknown regions
of the earth's surface today are nonexistent! Especially in the Arctic Ocean, which supposedly has been
crisscrossed thousands of times and completely mapped!

On February, 1947, Rear Admiral Richard E. Byrd of the United States Navy, before his seven-hour flight
of 1,700 miles[2720 km] beyond the North Pole, said, "I'd like to see that LAND BEYOND THE POLE. That area beyond the Pole is the center of the great UNKNOWN." (WORLD'S BEYOND THE POLES, F. Amadeo Gianinni)

Consider the testimony of the late Ray Palmer, of SEARCH and FLYING SAUCERS magazines, in
which he testifies of Byrd's discovery of Our Hollow Earth in 1929. Palmer lived in Amherst, Wisconsin.
He wrote in his magazine, that about three miles away is the hometown of the late Lloyd K. Grenlie who
was a friend of his. Grenlie "...was the radio-man on Admiral Byrd's expedition to the South Pole in 1926
and to both poles in 1929."

"It was emphatically denied that he made flights to BOTH poles in 1929." However, Palmer continued, "That year a newsreel could be seen in America's theaters which described BOTH flights, and also showed newsreel photographs of the 'land beyond the pole (north) with its mountains, trees, rivers, and a large animal identified as a mammoth.'"

"Today this newsreel apparently does not exist, although hundreds of my readers remember as I do, this
movie short. Thus, I have it on my own personal viewing of this movie short, and from the radio-man
who went with Byrd to that land beyond the pole and SAW the things recorded on that film, that this
unknown, unchartered, and presently denied land exists!" (FLYING SAUCERS, Sept. 1970)

According to our theory, the original geographic poles of the earth were located in space--in the center of
the polar openings, several miles directly above a person standing on the polar lip. Since the earth was
created in rotation, centrifugal force would have thrown matter outward from the center leaving a mass in
the earth's core that later became the central sun. On the first day of creation when the earth's core was
"turned on" in the process of nuclear fussion, God said, "Let there be Light." At that time, the interior sun
began to shine. Any matter further away from the central core would have been thrown outward away
from the center by centrifugal force to form the earth's shell. This rotational centrifugal force would have
resulted in a shell and a hollow interior with a core suspended in the center by the force of gravity acting
on it from all directions. At the poles, centrifugal force would have formed the polar openings.

The guide in ETIDORPHA, explained that there is also a spiritual foundation to the earth, "The earth
forming principle consists of an invisible sphere of energy that, spinning through space, supports the space
dust which collects on it, as dust on a bubble. By gradual accumulation of substance on that sphere a
hollow ball has resulted, on the outer surface of which you have hither to dwelt. The crust of the earth is
comparatively thin, not more than eight hundred miles[1280 km] in average thickness, and is held in position by the central sphere of energy (center of gravity, or central sphere of gravity) that now exists at a distance about seven hundred miles[1120 km sous le niveau de la mer] beneath the ocean level." (ETIDORPHA, p. 193)

However, later, perhaps at the time of the world-wide cataclysm that produced Noah's flood, the earth has
been tipped on it's axis, perhaps even more than once, so that today, the polar openings are located off to
the one side or other of the earth's axis. This would explain why the pole can be reached from some
directions, but not another, such as the Soviet fliers that flew north from the Kara Sea and were lost when
they flew into the polar opening. And yet Amundsen was able to fly over the pole in his dirigible when
flying from Spitzbergen to Alaska.

There is a way to determine if someone has reached the pole or if he has only attained some point on the
lip of the polar openings. If the earth were round, without polar openings, then at the geographic pole the
sun should be the same distance above the horizon throughout any one arctic or antarctic day. But if there
is a hole, the farthest north or south a person can go would be the rim of the polar opening when
approaching the pole from the side of the pole that the opening is located on. If an explorer were located
on the polar rim of the north polar opening, he would be unable to go any further north, and the sun would
appear to rise and fall throughout each day as it makes its apparent round of the arctic sky indicating that
he had not yet reached the polar axis of the earth. At the exact polar axis of the earth, the sun should
remain the same distance above the horizons all day long.

Explorers use an instrument called a sextant to determine if they have reached the pole. It is a navigation
instrument that determines latitude north and south of the equator by determining the height the sun should
be above the horizon for any specific latitude. At different times of the year, the degrees the sun would be
above the horizon at the theoretical geographic pole are different. On the summer solstice, the angle should
be 23½ degrees, and if there are no polar openings, that angle should NEVER be greater than 23½
degrees, which is the maximum angle of the earth's axis to its orbital plane about the sun. An angle of
greater than 23½ degrees could be obtained only on the lip of a polar opening. As one advanced into the
polar opening, the sun would appear to swing from low above the horizon to very high up to 90% -- such
as happens at the equator.

If an explorer would stay at the pole during an entire season that the sun is above the horizon, he would
notice that as the summer advances, the sun will rise higher and higher above the horizon. On any one
day, it will circle around the sky at the same distance above the horizon, if he is indeed located at the
geographic polar axis of the earth. However, if the explorer discovers that the sun rises and falls
throughout the day and angles greater than 23½ degrees are noticed, this would prove conclusively that he
has not reached the geographic pole but instead has reached a point on the polar rim. This observation
should be more accurate if taken at the south "pole" where the United States has a base, because
observations there would not be subject to the movement of ocean currents as such a base would be at the
north "pole." For further discussion of the location and size of the polar openings see Location and Size of
the Polar Openings.

The fact that the magnetic pole does not coincide with the geographic pole is an evidence that our earth is
hollow. Apparently, the earth has been tiped on its axis since creation leaving the interior sun in its original
orientation. This caused the nonalignment of the earth's magnetic pole with its rotational axis. This is an
evidence that the earth is hollow with a central sun which gives rise to the earth's geomagnetic field. The
earth's shell rotating about the nearly stationary interior sun, both having electrical charges, positive for the
inner sun and negative for the shell, is what produces the earth's geomagnetic field and causes the compass
to point north. If the earth were solid throughout, the geomagnetic pole would coincide with the earth's
rotational axis. Instead, the magnetic poles revolve around the arctic/antarctic in magnetic orbits indicating
that the earth is hollow and has been tiped from its original orientation with a core that is rotating at a
slower rate than the shell. The core most likely would have retained its original orientation.

Raymond Bernard wrote concerning the revolving magnetic pole, "The first observation (of the magnetic
declination) was made in London in 1580 and showed an easterly declination of 11 degrees. In 1814 the
declination reached 24.3 degrees westerly maximum. This makes a difference of 35.3 degrees change in
235 years...The focal point, or the actual 'pinpoint' of the magnetic pole exists on only one portion of the
circumference of that circle at a time, and moves progressively around the circle in a definite 'orbit'."
(THE HOLLOW EARTH, pp. 57-58)

Here also is the reason why some polar explorers say their compass needles dip down in the far north and  others say that it dips up, each depending on which side of the polar opening they are located. When the Russians reported that their compass needle pointed down for a thousand miles across the Arctic Ocean, they were on the side of the polar opening in which the magnetic pole is located. Olaf Jansen, on the other hand was on the opposite side of the polar opening in 1829, northeast of Franz Josef Land when he noticed his compass needle to point upwards across the polar opening to the other side where the magnetic pole was then located.

In the chapter of this book entitled, "A Proposal for an Expedition to Our Hollow Earth" is shown how
gyroscopes and radar readings can also be used to prove the existence of the polar openings.

Prytz' fourth objection states: "The floor of the Arctic Ocean has been reasonably well charted and
mapped -- no trace of any polar opening has been found."

From an article of Ray Palmer in his FLYING SAUCERS magazine we read of the difficulty there has
been in mapping the polar regions: "More significant are the unfavorable references to former
cartographers whose maps are now 'thick clouds congealed in the imagination of cartographers as land
masses.' The Navy, as an example, feels a bit put out when the Army says their missing South Pole
mountains were never there, because the Army cannot find them by their own confused reckoning based
on a magnetic pole which 'isn't there at all.' We find now that new land areas are 'discovered' and old
maps tossed out because the lands they show are not there anymore."

What is obviously taking place is that the map makers are not taking into account the expanded land area
encompassing the polar openings but are trying to cram it all into a small area leading up to an imaginary
physical pole end of the earth.

Arctic explorer Nansen was an expert navigator but frequently confessed that he could not find islands that
had been previously mapped in the far north. In 1895, 82 degrees 8 minutes north on June 11th, Nansen
confessed he was lost, "We do not know where we are, and we do not know when this will end." A few
days later he wrote, "I have calculated and calculated and thought and thought, but can find no mistake of
any importance, and the whole thing is a riddle to me." After finally returning to civilization, he
commented on his journey in the arctic: "Where was Dove Glacier and the whole of Wilczek Land?
Where were the islands which Payer had named Braun Island, Hoffman Island, and Freden Island?...I
pondered for a long time over the question how such a mistake could have crept into a map by such a man
as Payer -- an experienced topographer, whose maps, as a rule, bear the stamp of great accuracy and care,
and a polar traveler for whose ability I have always entertained a high respect." (FARTHEST NORTH,
Fridtjof Nansen, Vol. I., p. 579)

From Nansen's experience it is evident that any explorer's discovery of land in the far north is hard to be
relocated with the conventional idea of the arctic's configuration. Actually the reason for confusion comes
because there is more surface of the earth in the Arctic because of the polar opening which explorers did
not take into account on their maps.

This difficulty in relocating land mapped in the arctic makes it doubtful that the arctic has been mapped to
any degree of accuracy except if such mapping has been kept a secret in which the polar openings are
taken into account. Certainly our textbooks contain no such maps.

In recent years, the deployment of the Landsat satellites have provided detailed coverage of the earth in
photographs of the surface from space. With the near-polar orbits of Landsat satellites, permitting the
acquisition of data over the entire globe, it is difficult to imagine why pictures of the polar regions are not
available from NASA. (AVAILABILITY OF EARTH RESOURCES DATA, U.S. Department of the
Interior Geological Survey, p. 4) My question is: What are they trying to hide?

In 1982, I sent an application to EROS Data Center for satellite pictures of the entire polar region north of
80 N. latitude. They sent me an inch thick computer printout listing thousands of Landsat photos. But not
one photograph was north of 80 North. Why? Because they are "unavailable." Yet Landsat satellites are in
near POLAR orbit. It has been rationalized that polar photos are unavailable for strategic-defense reasons.
If such is the case, then why are photos of the south polar area also unavailable? What can be "strategic"
about Antarctica? Is it perhaps because the Internationalist's enemy is that nation inside Our Hollow Earth?

On the other hand, one answer as to why satellites are not placed in exact polar orbit is that they would be
crashing into each other if they all crossed a single point at the poles. Hence most polar orbiting satellites
are placed in orbit off to the side of the polar axis of the earth to allow the placement of a greater number
of satellites in polar orbit. But is that the whole reason? If polar openings exist, especially if the openings
are not centered over the polar axis, then satellites would be placed in polar orbit farther south of the such
openings so that the lack of gravity over the openings do not mess up the orbital pattern of the satellite.
Such would appear to be the case in the Landsat Satellites which go no further than about 81 degrees
north or south latitude.

If a satellite were placed in orbit over the polar openings at say a height of 300 miles[480 km] and the openings are 600 miles[960 km] in diameter, on the first pass the satellite would follow the earth's curvature through the opening and crash on the earth's interior. This apparently happened when the first satellites were put in polar orbit in the 1950's. More on this later.

Objection Six:

"Consider all the commercial airline flights that have been made between North America and Europe via
the polar region. Not once has there been any observation of any polar opening, although the entire area
has been criss-crossed."

If we take a map and draw a straight line from any major city of North America to any major city of
Europe, few if any go over the pole but to one side of it. This is, in fact, what all airlines do. Ray Palmer
writes in his magazine, FLYING SAUCERS, "Many of the readers stated that commercial flights
continually cross the Pole and fly to the opposite side of the Earth. This is not true, and though the Airline
officials themselves, when asked, might say that they do, it is not literally true. They do make navigational
maneuvers which automatically eliminate a flight beyond the Pole in a straight line, in every sense. Ask the
pilots of these polar flights. And when they come to the exact point, name one trans-polar flight on which
you can buy a ticket which actually crosses the North Pole."

"Examining the route of flights across the North Polar area we always find that they go around the Pole or
to the side of it and never directly across it. This is strange. Surely a flight advertised as passing directly
over the North Pole would attract many passengers who would like to have that experience. Yet,
strangely, no airline offers such a flight. Their air routes always pass on one side of the Pole. Why? Is it
not possible that if they went straight across the Pole, instead of landing on the opposite side of the Earth,
the plane would go to that land beyond the Pole, 'the center of the Great Unknown,' as Admiral Byrd
called it?"

Prytz states that the polar airline flights have not seen any opening. My friend, Ivars Jaunakais, met an
airline pilot at a UFO Conference in Phoenix, Arizona that told him that he has seen the north polar
opening many times while on transpolar flights. He said that all his airline pilot buddies know the polar
opening exists. Of course, they don't try to fly across it.

Objection Seven:

"Given that a North Polar opening exists, and that UFOs leave and enter there, why have they not been
tracked by our D.E.W. line?"

Undoubtedly they have been. But since the U.S. government considers UFOs and Our Hollow Earth top
secret, any military personnel who dares divulge such information is severely dealt with. All such
knowledge is considered too dangerous for common citizens to know by the International Illuminist
Conspiracy which controls the U.S. military.

Objection Eight:

"There has never been any reported observations of polar openings by astronauts, in particular those with
an Earth wide view such as Apollo 8, 10, and 11."

Air Force Regulation 200-2 penalizes military employees with a $10,000 dollar fine and 10 years in prison if they publicize censored subjects such as UFOs. The astronauts undoubtedly were also under such strict regulations concerning their observations in space. However, the astronauts did take pictures which show the polar openings and these are available without comment from NASA.

Objection Nine:

"No deep space satellite (even those in polar orbits) with photo coverage of the Earth has ever recorded a
polar opening."

Here, Prytz, you could say, really has one up one us. There definitely is a derth in polar opening photos
from space. But that doesn't necessarily mean the polar openings don't exist. It could mean that NASA is
covering them up by retouching any photographs of earth from space that might show a polar opening.
There are NASA workers who have admitted to retouching space photos to eliminate anomalous UFOs.
Even one NASA scientist admitted that the polar openings exist, but that they retouch photographs of them
to make them look like ice and snow.

I have included some photos of Earth taken by several satellites. However, we recently have determined
that ATS photo 67-HC-723, which for a long time hollow earth researchers (including me) thought might
be showing the North Polar Opening -- is NOT. What appears at the top of the photo is the southern tip of
Greenland AND an unusual cloud formation south of it that makes it look like it could be an opening. The
included Apollo 17 photo of Africa and Antarctica shows what may be an eliptical view of the South Polar
Opening at the bottom of the picture.

NASA photo #72-HC-928 taken by Apollo 17

Could the ellipical area at the bottom of this photo be Earth's South Polar Opening?

NASA RadarSat Image of Antarctica

Light areas reflect radar well, dark areas do not. Is that The South Polar Opening located approximately in
the center of the image? It is located at about 84.4 S Latitude, 39 W Longitude, which is opposite the
location of my best estimate of the North Polar Opening at 84.4 N Latitude, 141 E Longitude Taken in
Spring of 1997 NASA ATS photo #67-HC-723

The indentation at the top of this ATS photo has been determined by Jan Lamprecht of South Africa to be
a cloud anomaly, not the North Polar Opening

Objection Ten:

"The South Pole and surrounding area (5,300,000) square miles as opposed to the Arctic, is not ocean, but
dry land covered, however, with an ice cap many thousands of feet thick. This area has been extensively
surveyed by air by foot in particular in preparation for and during the IGY. Of course, no southern polar
opening was ever discovered."

The scientists of the International Geophysical Year are controlled by the Conspiracy. Therefore we hear nothing of their discoveries of the land beyond the pole. But it is significant that it was just one year after Admiral Byrd's 1956 flight into the south polar opening, in 1957 that the International Geophysical Year convened upon Antarctica. F. Amadeo Giannini, in his book, WORLDS BEYOND THE POLES, commented, "The United States and more than thirty other nations prepared unprecedented polar expeditions for 1957-58 to penetrate land now proved to extend beyond both Pole points. My original disclosure of then unknown land beyond the Poles, in 1926-28, was captioned by the press as 'more daring than anything Jules Verne ever conceived.'"

"Then Giannini quoted the following statements by Admiral Byrd: "1947: February. 'I'd like to see that
land BEYOND THE POLE. That area beyond the Pole is the CENTER OF THE GREAT
UNKNOWN.'--Rear Admiral Richard E. Byrd, United States Navy, before his seven-hour flight over land
beyond the North Pole."

"1956: January 13. 'On January 13, members of the United States expedition accomplished a flight of
2,700[4320 km] miles from the base at McMurdo Sound, which is 400 miles[640 km] beyond the Pole.'--Radio announcement, confirmed by press of February 5."

"Prior to his departure from San Francisco he delivered the momentous radio announcement, 'This is the
most important expedition in the history of the world.'"

And upon his return from the land beyond the South Pole, Byrd reported, "The present expedition has
opened up A VAST NEW LAND." (WORLD'S BEYOND THE POLES, F. Amadeo Gianinni)

The Polar openings were discovered. But U.S. and the International Conspiracy intelligence clamped
down on all further publication of that discovery.

Objection Eleven:

"No planet is naturally hollow--regardless of which theory one believes in as to how a planet forms, the
basic building block is that a planet grows from the center outward--therefore, no planet can be naturally
hollow."

On the contrary, since planets are formed in rotation, with a foundational spiritual bubble located at the
central sphere of gravity, this causes the material to be thrown outward from the center of rotation by
centrifugal force leaving a hollow shell precipitated on the central sphere of gravity with a hollow interior
and central core. Space dust, rocks and gases also accumulate on the outside portion of the central sphere
of gravity augmenting the thickness of the earth's hollow shell. Centrifugal force and gravity naturally
makes all planets hollow. Many astronomical observations indicate that all the planets are indeed hollow.

In 1962, Dr. Gordon McDonald of NASA, published a report in the July issue of Astronautics, in which he
states that according to an analysis of the astronomical data, the Moon appears to be hollow: "If the
astronomical data are reduced, it is found that the data require that the interior of the Moon be less dense
than the outer parts. Indeed, it would seem that the Moon is more like a hollow than a homogeneous
sphere." (ASTRONAUTICS, July 1962, pp. 14, 15)

Furthermore, astronomers have observed gleams from the inner suns of Mars, Venus and Mercury shining
from their polar openings. In fact, our own Aurora Borealis and Australis are caused by the electron and
proton beam of highly charged radiation from the sun within Our Hollow Earth emanating through the
polar openings, colliding with atmospheric atoms and thereby causing these wonderful "Northern" and
"Southern Lights." (See chapters nine and ten for further details on the auroras)

Objection Twelve:

"The density of the Earth is 5.52 (on a scale of water equals 1) but the average density of the earth's crust
is 2.7. Therefore, the interior of the earth must consist of a far greater density than the crust in order to get
the overall average density of the earth. A hollow Earth would not be near compatible with these facts."

Here is where Prytz might have had something as proof of his side of the argument. Since surface rocks
have a density of 2.7 times an equal volume of water, for the earth to have an overall density of 5.52, the
interior would have to be in the range of 10 or greater. But would such densities preclude the earth from
being hollow? Actually, it does not. Nevertheless, discovery that all planets, moons, and stars are hollow
bodies is bound to have a profound effect on our theory of gravity and how planets are formed. Perhaps
this may even require a correction in the gravitation formula and gravitation constant. Let's review gravity
theory as it is today and see where changes might be made and if present gravity theory is consistent with
a hollow planet.

Gravity and Our Hollow Earth

Retired physicist Al Snyder wrote several books back in the 70's disputing the claims of Newtonian
scientists. In his NEWTON'S LAWS ARE FULL OF FLAWS, Snyder shows how illogical the gravitation
formula attributed to Isaac Newton is. When Newton proposed in 1687 in his PRINCIPIA that "there is a
power of gravity pertaining to all bodies, proportional to the several quantities of matter which they obtain"
and that the "force of gravity towards the several particles of any body is inversely as the square of the
distances of places from the particles," he never actually stated the law of gravitation with its now-familier
equation containing the gravitational constant G.

In fact, Newton never stated that gravity is a pull. It could be a push. In his time, scientists believed that
space was full of an etheric matter through which light propagated. If space is full of an etheric matter, it
could be the source of that push. Gravity could consist of the ether of space flowing into all particles of
matter. As the ether of space flows through matter, it would exert a pressure on that matter in the direction
where most of the mass is located. Since most of the earth's mass is located inside it, the ether flowing
towards the earth from space passes through us and keeps our feet firmly planted on the earth's surface.

Newton did not even say that gravity increases to the center of the earth, which scientists today claim.
They also claim that anywhere inside a hollow sphere everything would be weightless. If such was the
case, any people living inside the hollow earth would be floating around.

And there are other incongruencies in the Newtonian orthodox science, such as the equal gravisphere
distances between bodies in space -- that place where a rocket after its initial burn in a trajectory coasting
away from one body will begin to accelerate towards the other. For example, Newtonians place the equal
gravisphere distance between the earth and the sun at 160,000 miles from Earth, and yet the moon is
located at over 250,000 miles from earth. How then could the equal gravisphere distance between the
Earth and the Sun be located BETWEEN the earth and the moon? If it, in fact, was, the sun's gravity
would cause the moon to fall out of earth orbit towards the sun. The same goes for the equal gravisphere
distance between the Earth and the Moon. Prior to the Apollo missions which discovered by radar the
distance of 54,828.7 nautical miles from the earth that the rocket stopped decelerating away from earth
and started to accelerate towards the moon, Newtonians believed that the equal gravisphere distance
between the earth and the moon was 1/81th of the distance from the moon to the earth, or about 3000
miles from the moon. That is why the first probes sent to the moon missed it altogether or crashed into the
moon -- mission control was aiming at passing the equal gravisphere distance thought to be only 3000
miles from the moon instead of the 63,107.8 miles from the moon that it was later located at.

The tides as calculated by Newtonian scientists is even more incongruent. They even had to "mickey
mouse" their Newtonian gravity formula to make it fit the observed tidal forces by cubing the distance
between the earth and the moon instead of using the "square of the distances" as established by Isaac
Newton in his PRINCIPIA. That is because, if you use the standard Newtonian gravitation formula of,

F = GmM/R^2

the sun by this formula exerts 99.5% of the gravity force on earth's tides and the moon only .05%.
However, it has been known for millennia that the moon exerts the greater gravitation force on earth's
tides, because the tides come up when the moon comes up, even when the sun is down. The moon comes
up 50 minutes later every day and so also do the tides. We KNOW the moon exerts the greater gravity
force on the tides, yet the Newtonian gravity formula says it does not. For further details and calculations
see my gravity paper The Origin, Cause and Control of Gravity -- Found!

There is a definite need to revise our physics and gravity theories to resolve these and other
incongruencies with the current physics. The physics of hollow planets will need to be included in the
revision. Perhaps we can even achieve realization of the illusive United Field Theory while we're about it.

Since before the days of Albert Einstein, there have been those who have noticed similarities between the
different force formulas. This has lead to the belief in the possibility of a United Field Theory in which
perhaps one formula would describe all forces of nature. The underlying existence of an all pervasive
etheric substance that would contribute to development of all forces of nature would definitely be the
beginning. The ether that fills the immensity of space must be accepted as a reality. The next step would
be looking for similarities between the forces and the formulas describing those forces for a reconciliation
of the formulas into one United Field Theory formula that would apply to all the forces of nature. For
example, notice the similarity between the above mentioned Newtonian gravitation formula and the
electrostatic formula,

F = k Qq/d^2

Both have constants, both have two bodies and both are separated by a distance squared. The differences
are that the electrostatic bodies are quantified with charges of opposite sign where as the gravitation bodies
are quantified by mass, and the distance between electrostatic bodies is measured from their surfaces, but
the gravitation bodies from their centers. If we were to unify these formulas into one, the differences
would have to be resolved.

Let's start with the distances that separate them. Both are varied as to their distances squared. The only
difference here is the starting point of the measurement one from the center, the other from the surface of
the interacting bodies.

Remember that Newton stated in his PRINCIPIA that, the "force of gravity towards the several particles
of any body is inversely as the square of the distances of places from the particles." Nothing is mentioned
of measuring the distance from the center of the particles. Similar to the electrostatic forces between two
bodies, the gravity force from the gravitational formula can only be applied to two bodies separated by a
distance. It does not describe the gravity force within a body.

One of the definite flaws of Newtonian gravity theory is its assumption that the center of gravity is located
in the center of the earth. Although gravity (ether) does flow into the central sun suspended in the hollow
of the earth, it also flows towards the inner surface, thus allowing inner earth inhabitants to have their feet
firmly planted on the inner surface instead of floating about as Newtonians maintain. The flaw in their
theory of gravity is they assume that all gravity inside the earth flows towards the center of the planet.
However, a closer reading of Newton's above statement on gravity indicates that the gravity force varys
"inversely as the square of the distances" between all "particles" of matter in the earth.

Gravity flows towards the greatest concentrations of matter. In a hollow planet, there are two
concentrations of matter, the hollow shell and the interior sun. Therefore, gravity will flow towards the
shell from without and from within, AND towards the inner sun keeping it suspended in the hollow of the
planet. This means that the center of gravity in a hollow planet's shell would be in its shell, not in the
central sun. The guide in ETIDORPHA asserted that the center of gravity in the earth's 800 mile thick
shell is 700 miles down from the outer surface. This indicates a greater concentration of denser matter
towards the inner surface than towards the outer surface of the shell. In fact, the center of gravity in the
shell would actually be a sphere, a central sphere of gravity where ether flowing from the outside surfaces
meet. The resultant gravitational flow of the ether would be at this depth flowing in all directions. A person
located at the central sphere of gravity would float as if he were in space, only he would be surrounded by
air and the matter of the earth's shell.

Newtonian theory maintains that the acceleration of gravity increases to the center of the planet resulting in
tremendous pressures that create great heat that causes their "outer core" to be molten. The inner earth
explorer that called himself I-AM-THE-MAN in ETIDORPHA, reported that as he and his guide
descended through communicating caverns they gradually lost weight until at the central sphere of gravity
they weighed zero. At a depth of around 200 miles from the outer surface he was able to walk with leaps
and bounds like as if he were on the moon at 1/6th gravity requiring very little effort to move. At 700
miles from the outer surface they were floating in the air. Pressures increase for a short distance from
either surface as the acceleration of gravity into the mass of the earth decreases, but then pressure
decreases towards the central sphere of gravity. Resultant gravitational flow gradually cancels out and
weight decreases to 0 as the central sphere of gravity is approached. There is NO molten "outer core."
The outer core is actually the hollow of the earth through which NO earthquake waves pass. See Chapter
Eleven, Earthquakes Prove Our Earth is Hollow! for further detail on earthquakes.

Al Snyder pointed out another inconcruency in the Newtonian gravitation formula. He did this by
comparing two sets of magnets, one set 10 times more power than the first. Using the Newtonian formula,
he showed that for the first set of magnets of power 1,

F = m * M / R^2

1 = 1 * 1 / 1^2

But for the second set of magnets 10 times more powerful than the first,

100 = 10 * 10 / 1^2

Newtonians would maintain that the second set of magnets are 100 times more powerful than the first set,
instead of the actual 10 times more powerful that we KNOW they are. Therefore, Snyder concluded that
in the Newtonian gravitation formula, F is actually squared,

F^2 = m * M / R^2

For the second set of magnets 10 times more powerful,

10^2 = 10 * 10 / 1^2

F = 10

Could this mean that the force we attribute to gravity is exerted by a much less quantity of matter than
previously thought to be the case? And could this much less quantity of matter in a hollow earth exert the
gravity force we observe the earth to have? Newtonians have presumed a much more massive and dense
earth than a hollow planet would seem to have.

However, even if we assume that the Newtonian mass and density for the earth are correct, this does not
preclude the earth being hollow. It could still be hollow even with a density of 5.5 gm/cc. Let's review how
the mass and density of the earth are determined.

Newtonians assume, by Newton's Second Law, that the momentum of a small mass accelerating towards
the earth near its surface is equal to the earth's gravitational force acting on that small mass:

F = m * a

The Momentum Formula (Newton's Second Law)

F = GmM/R^2

The Newtonian Gravitation Formula

m * a = GmM/R^2

Solving for a, the mass m's cancel out,

a = GM/R^2

We can now solve for M, the mass of earth,

M = a * R^2 /G

using the Newtonian Gravitational Constant,

980.665 * 4.0678884 x 10^17 / 6.67259 x 10^-8 = 5.978541732 x 10^27 gms

The Newtonian mass of the Earth

From the Density formula

D = M/V

we obtain the Newtonian density of the earth.

From the volume of a sphere formula,

V = PiD^3/6

The volume of the earth is 1.082 * 10^27 cc.

The Newtonian density of the earth then is:

5.978541732 x 10^27 gms / 1.082 * 10^27 cc = 5.525 gm/cc

Since surface rocks have a density of 2.7 on average, the interior of the earth would have to be at least as
dense as steel (about 8 times more dense than water, water = 1) to arrive at the Newtonian average earth
density of 5.5 (8.3 + 2.7 / 2 = 5.5).

Now let's ask ourselves some questions. For example, how dense would a hollow earth be? Would it
necessarily be less massive than Newtonians claim? How would gravity theory need to be revised to allow
for a hollow planet? And if the gravitation formula and gravitation constant need to be revised, what would
they be?

These are questions that need answering if hollow planets are a reality. For an ongoing review of gravity
and how it may affect the hollow earth, see my study The Origin, Cause and Control of Gravity -- Found!

For now, let's visit the idea of whether an earth density of 5.525 gm/cc could be hollow.

Assuming the thickness of earth's shell at 800 mi or 1,287.48 km,

Diameter of Earth's hollow: Thickness of Earth's shell x 2 - Diameter of Earth

800 mi x 2 - 8000 = 6400 mi

Or

1,287.48 km x 2 - 12,756 = 10,181 km Or 1.018104445 x 10^9 cm

Volume of Hollow:

3.14159265 x (1.018104445 x10^9)^3/6 = 5.525551394 x 10^26 cc Volume of Earth - Volume of Hollow
= Volume of Shell: 1.086781293 x 10^27 cc - 5.525551394 x 10^26 cc = 5.342261531 x 10^26

Density of Shell = Mass of Earth/Volume of Shell:

5.978541732 x 10^27 gms/5.342261531 x 10^26 cc = 11.19 gm/cc

This assumes that most of the earth's mass is located in its shell. As you can see, Newtonian physics
would require an average shell density almost as dense as lead (11.3). And since surface rocks are 2.7,
then the interior of the shell would have to be greater than the average density.

The interior density using the Newtonian mass of the earth requires than the interior of the shell would
have a density of 2 * 11.19 - 2.7 = 19.68, which is denser than gold (19.3). Platinum is 21.4, so an inner
shell density of 19.68 is not beyond the realm of possibility. In fact, if the earth is hollow as we maintain,
the inner shell would necessarily need to be of a greater density to give the hollow planet enough strength
to keep its hollow shape.

So we can say that a shell density of 11.19 gm/cc could be in the realm of possibility. After all, the earth
DOES ring like a bell after a rather large earthquake. A bell is hollow and is made of metal, just as a
hollow earth may be.

We might ask how much of the earth's mass would be contained by the interior sun? Actually, an interior
sun of the estimated diameter of 600[~965 km] miles would contain very little of the mass of the earth.

Assuming the interior sun has a density of glass which I claim all stars are actually crystals instead of
burning gas, it's mass would be only .01% of the mass of the Newtonian mass of the earth.

V = pi D^3 / 6

pi * (600 mi * 1.60934722 km * 100,000 cm) ^3 / 6 = 4.714130881 x 10^23 cc

Volume of inner sun

Let's assume that the inner sun is also hollow and has a shell 10% of it's diameter, or 60 miles. This would
give the sun's hollow a volume of 2.413635011 x 10^23 cc. So the volume of it's shell would be
2.30049587 x 10^23 cc mutiplied by 2.6, the density of glass gives,

Mass = Volume * Density

= 5.981289262 x 10^23 gms, Mass of inner sun

divided by mass of earth of 5.978541732 x 10^27 gms

= .000100046 * 100 = .01%

If the interior sun is composed of gas as orthodox science maintains stars consist of, then that percentage
would be much less. By far, most of a hollow earth's mass would be located in its shell.

Another possibility, you may say, is that the earth's shell is thicker than 800 miles which would give it a
lower average shell density. This also, could be a possibility. Some method of determining the shell's
thickness needs to be devised. This could easily be determined by entering the hollow of the earth through
a polar opening and bouncing radar waves off the opposite side of the hollow interior.

In all, actually, I see nothing in the Newtonian mass and density of the earth that would completely
exclude the earth from being hollow. Earthquake waves have been noticed to bend as they descend into
the earth causing them to curve back up to the surface before hitting the discontinuity inside the earth that
scientists claim is the outer core. This indicates the earth does increase in density with depth which is
consistent with a hollow shell using the Newtonian mass of the earth. In fact, if the earth is hollow and the
Newtonian mass of the earth requiring an increased density with depth is correct, then that in itself would
exclude their claim to a molten interior. That discontinuity inside the earth could be the inner surface. For
further email discussions on gravity click here.

After applying Newtonian physics to the planets and assuming they are all hollow with shells having a
thickness of 10% of their diameters, it turns out that all the planets including the sun would have solid
surfaces (with one possible exception being Saturn with a shell density of 1.26 which is closer to the
density of water=1). With surface gravities close to that of earth and interior suns that create their
planetary magnetic fields and which emit solar winds through polar openings to light up their auroras, it is
even plausible that most contain inner atmospheric conditions similar to earth conducive to plant, animal
and human life on their interiors. For further information see The Origin, Cause and Control of Gravity --
Found!

Objection Thirteen:

"The earth's magnetic field could not be accounted for if the Earth were hollow, as it is the Earth's core
acting like a dynamo which produces the magnetic field."

The rotation of the hollow earth's shell about the nearly stationary sun in the center of the earth's vacuum
causes the electromagnetic field of the earth. (For more information on the earth's electromagnetic field
see chapter eleven Earthquakes Prove Our Earth Is Hollow! and chapter twelve Our Hollow Earth and
The Plate Tectonic System).

Objection Fourteen:

"The temperature of the Earth increases as the depth increases. This is known as the thermal gradient, and
the value is 150 degrees Fahrenheit per mile. Thus after relatively short depths are reached, the
temperature approaches the melting point of many rocks. If a race of people did live in the subterranean
Earth, it would be just a mite hot for them."

Professor Mohr of Bonn has shed some true light on this subject. Marshall B. Gardner, in his book, A
JOURNEY TO THE EARTH'S INTERIOR wrote, "Every reader is acquainted with the fact, as reported
by miners and other observers, that the further one digs into the earth the hotter it gets. It was that idea
that led people to believe that if they dug far enough they would come to a depth where it was so hot that
everything would be in a molten condition. But that idea, too, must go, as being no longer in accordance
with the evidence. Professor Mohr of Bonn has written a very important paper on thermometric
investigations of a 4,000 feet boring at Speremberg who finds that while there is an increase of
temperature, as we go down, the rate of that increase gets less and less all the time, so that soon it will be
nil; that is to say there will no longer be any increase, and the point at which the heat would cease to
increase would be about 13,550 feet." (Gardner, p. 357)

The earth is not rigid enough to be solid all the way through. In Sir G. H. Darwin's book, THE TIDES
AND KINDRED PHENOMENA OF THE SOLAR SYSTEM, he writes, "The body of the earth, on
which the oceans rest, cannot be absolutely rigid. No body is. It must be deformed more or less by the
attractions of the Sun and Moon." So he shows how these attractions are calculated. He does this by
measuring the fortnightly tide. By fortnightly tide is meant "...a minute inequality in the tide-height, having
a period of about a fortnight, depending upon the inclination of the moon's orbit to the plane of the
equator. Now the amount which the fortnightly oceanic tide would have if the Earth were absolutely rigid
can be calculated."

The results from these calculations show that the earth does yield to some extent under the force of the
moon's attraction, and the yielding is not small enough to justify us in saying that the earth is practically
rigid and it is not large enough to suggest that the earth has a liquid interior.

Gardner writes, "Now, if the earth is not a solid, rigid body on the one hand or a shell-encrusted viscous or
fluid body on the other hand--and as we have seen scientists can prove neither the one thing nor the
other--there is left but one possibility--that the earth is hollow..." (Gardner, pp. 342-50)

Concerning the liquid-interior theory, Gardner writes: "Of the old liquid-interior people, it is not necessary
to say very much. Their day is over. Scientists no longer put any credence in that notion--it is only in
school books that it survives." He quotes Grew in his, THE ROMANCE OF MODERN GEOLOGY, of
the impossibility of a molten interior: "For that would leave a molten ocean more than 7900 miles across
any way in which it was measured: 7900 miles deep, 7900 miles broad, 7900 miles long if we take 8000
miles to be the diameter of the earth. We all know what great tides the sun and moon by their attractions
raise in the earth's outer ocean of water. Think what tides they would raise in this inner ocean of molten
rock and metal. The earth's crust would not be able to hold such tides in. The molten stuff would always
be breaking through the flimsy thirty miles of outer solid rock as if it were eggshell. Twice a day there
would be outbreaks of lava vast enough to submerge continents."

Since Gardner wrote his book in 1920, scientists have decided that the earth is partially solid and partially
liquid--since it can't be all solid nor practically all liquid. Today's theory of the earth's interior says the
earth has a solid core surrounded by a liquid outer core. Then the mantle up to the crust is somewhat
plastic with a solid crust at the surface. But the fact that earthquakes occur down to 450 miles should
prove to scientists that the crust must extend down at least that far. And if it extends that far down, Prytz's
thermal gradient is obviously wrong since earthquakes cannot occur in molten lava. (See chapter eleven
Earthquakes Prove Our Earth is Hollow! for further details)

Objection Fifteen:

"Pressure also increases with depth. No cavity in the Earth can exist at a depth greater than 40 miles down
due to the pressure of the overlying rocks."

The opposite is true. While pressure does increase with depth for the first 10 to 30 miles, it then begins to
decrease as the central sphere of gravity is approached. According to our theory, at the depth of 700 miles
the center of gravity in a 800-mile thick crust is reached where everything is weightless and pressure is
zero. Even as weight and pressure decrease as one descends into the earth, cavities get bigger and bigger.
The man taken into the Kentucky cavern by his guide as recorded in ETIDORPHA, finally came to a
cavity 150 miles down with a length of 6000 miles in which lay a giant lake. First-hand observations
certainly are more reliable than theories based upon the imagination.

Objection Sixteen:

"Earthquake waves have been recorded traveling through the entire diameter of the Earth, many times, in
many places. These earthquake waves can only travel through solids and liquids. If the earth were hollow,
these quaking waves could not be detected."

Earthquake waves traveling down into the earth's crust are known to bounce back to the surface.
Scientists say they are bouncing off a hard core. They could also be bouncing off an inner surface that
ends in air--the hollow interior. The fact that every time there is a large earthquake, there is a large area on
the opposite side of the earth starting at 103 degrees from the epicenter where no or very little earthquakes
waves reach. Scientists claim this is caused by the molten outer core through which no S-type earthquake
waves can pass. Weak P-type waves do reach into the shadow zone. Since P-type waves CAN pass
through liquid, scientists claim these weak P-type wave reception in the shadow zone are actually passing
through their molten outer core and solid inner core to reach the opposite side of the earth with some
bending as they pass through different density layers. But P-waves could also bend around our hollow
core to be received weakly in the shadow zone. Actually, the Shadow Zone IS the evidence of the hollow
in the earth.

The earth, in fact, is constantly trembling like a soap bubble, which is hollow. The cause of these ever
present "micro-earthquakes" has never been explained by the solid-liquid earth theory but would be the
natural expectation of a hollow globe. A liquid-solid interior would absorb these micro-earthquakes so they
wouldn't even exist in a solid-liquid earth. The fact that whenever there is a large earthquake the earth
vibrates like a bell is only more proof that Our Earth is Hollow, like a bell! (See chapter eleven
Earthquakes Prove Our Earth is Hollow! for further details)

Objection Seventeen

"If the Earth were hollow, it would cave in on itself due to pressure, weak points in the Earth's crust,
meteor impacts, earthquakes, etc."

Of course, this supposition that the hollow earth would cave in is based upon the false idea that gravity
pulls everything to the center of the earth. Concerning this, Gardner replies, "The answer to this is, that in
gravitational pull it is not the geometrical position that counts. Center, in the geometrical sense of the word,
does not apply. It is the mass that attracts. And if the great mass of the earth is in its thick shell, it is the
mass of that shell that will attract, and not a mere geometrical point which is not in the shell at all, but
2900 miles away from it, as that is the approximate distance between the central sun and the inner surface
of the earth. As a matter of fact, it is the equal distribution of the force of gravity all through the shell that
keeps the sun suspended in the spot which is equidistant from every part of that shell. When we are on the
outside of the shell it is the mass of the shell that attracts us to its surface. When we go over to the inside
of the shell that same force will still keep our feet solidly planted on the inner side." (Gardner, p. 34)

A high concentration of metal in its pure state located in the central sphere of gravity--the center of
gravity--gives the earth the rigidity of a steel ball. In fact, ENCYCLOPEDIA AMERICANA says: "The
very largest earthquakes cause the earth to vibrate like a BELL for several hours, with a fundamental
period of vibration of 54 minutes." Our earth is like a bell, which is HOLLOW!

Objection Eighteen:

"If the Earth were hollow, it would cause variations in the orbit of a satellite in particular around the
openings wherever they might exist. If a satellite passes over an area where the mass is either higher or
lower than usual, alterations in the orbit will occur. This is how the massive mascons on the Moon were
pinpointed--through deviations from the normal of the orbiting lunar Orbiters. If any one of the thousands
of pieces of Earth orbiting hardware passes over a hollow Earth opening, similar deviations would have to
occur. None never have."

The negative anomalies over the polar openings are so great that the U.S. has lost satellites over them. In
the early 1960's when the U.S. was trying to put its first satellites into polar orbit, they kept losing them
over the Arctic pole until they decided to put them into orbit on either side of the polar opening. When
they tried to send their satellites over the polar opening, several satellite cones were lost because they
followed the earth's curvature into the earth's hollow interior where they crashed. (SECRET OF THE
AGES, p. 130)

Ray Palmer wrote in 1959, "Most recent evidence that there is something strange about the Poles of Earth
comes in the launching of Polar orbit satellites. The first six of these rockets launched by the United States
from the California coast were full of disappointments--and surprises. The first two, although perfect
launchings, seemed to go wrong at the last minute, and although presumed to be in orbit, failed to show up
on the first complete pass around the Earth. Technically speaking, they should have gone into orbit but
they did not. Something happened, and the location of this something was the Polar area."

"The next two rockets fired did achieve orbits. This was done by 'elevating sights,' so to speak, and trying
for a higher orbit, with a large degree of eccentricity, that is, a high point of orbit above the poles and a
low point of orbit at equatorial areas. It was admitted that this eccentric orbit would produce a short-lived
orbit, but it would also give the advantage of readings at widely varied heights above the Earth. Especially
interesting was the readings expected above the Poles, because of the discovery of the radiation ring that
surrounds the Earth like a huge doughnut, with openings at both Poles (The Van Allen Radiation Belts)..."

The next two satellites bore nose cones similar to those in which a future astronaut would be sent into
orbit. In each one was a powerful radio transmitter, which was possible because the cone was the size of
an automobile, and carried heavy batteries. Also included were powerful lights which could be illuminated
at the proper time. The technique of releasing this cone from the satellite was to drop it by a
radio-triggered device somewhere north of Alaska. Once dropped, the cone lost altitude and proceeded
around the Earth for one more revolution on its orbit. Having come over the Pole it was then low enough
(calculated the rocket men) to drop into the atmosphere over Hawaii, where a parachute would lower it
slowly to the Earth's surface, and there huge planes awaited, rigged to "fish for" the descending cone, and
take it into the plane before it dropped into the ocean and thus retrieve its important contents intact,
without damage of crash landing."

"On both occasions the following happened: The powerful radio signals were not heard at all. The lights
were not seen at all. Radar, with a range of at least 500 miles detected absolutely nothing. Each "pick-up"
was a complete failure because there was nothing to pick up..."

"Each launching was perfect. Orbits finely determined as to exact distance, speed, etc. were achieved, and
constantly tracked. Yet, when the final deed is done, and the cone is detached successfully according to
monitoring devices signaling the detachment, everything goes wrong and the result is complete and
inexplicable disappearance of the cone..."

"Can it be that the reason the descending cone does not come over the Pole on that last low pass is
because the Polar Area is mysterious in extent, not in the area calculated by the rocket men, and therefore
not taken into consideration? Can it be that the nose cone fell to Earth inside that "land of mystery"
discovered by Admiral Byrd? Where else could they have gone? If the Earth at the Poles is as given on
today's maps, could four successive "low-level" launchings give the same inexplicable result--unreasonable
disappearance?" (LANDS BEYOND THE POLES by Ray Palmer, pub. by Gray Barker, pp. 13-14)

Today there are no satellites in polar orbit that go directly over the poles. Those in polar orbit all go to one
side or the other of the polar openings. That is, all except two. There are two satellites that have been
discovered in polar orbit which DO go directly over the poles. These satellites belong to no known nation
on earth. And they are different from our satellites. These two mysterious satellites consist of rock about
15 tons in size. (UFO REPORT Aug. 1977, p. 29)

It would seem that these two polar "rock" satellites belong to the nation inside Our Hollow Earth who
know how to cause their satellites to compensate for the lack of gravity over the polar holes. These rock
satellites cannot be thought to be meteorites that have gone into polar orbit. It is the consensus of scientists
that the possibility of meteors going into orbit around the earth of their own accord is practically
impossible. And the possibility of TWO going into the same orbit and setting up stable orbits IS impossible
without intelligent guidance.

In summary of the scientific evidences of Our Hollow Earth, we maintain that:

1.) Explorers have gone to that land beyond the poles and returned to report their discoveries. Richard
Evelyn Byrd, Admiral of the United States Navy flew his airplane through the North and South Polar
Openings in 1929, February 1947 through the North Polar Opening, and January 13, 1956 through the
South Polar Opening. (SECRET OF THE AGES, p. 114, WORLDS BEYOND THE POLES, by
Giannini)

Captain Hubert Wilkins reached that land beyond the South Pole on December 12, 1929 (WORLDS
BEYOND THE POLES, Giannini)

Olaf Jansen attained that land August 15, 1829 through the North Polar Opening. (THE SMOKY GOD, p.
89)

The patient of Dr. Nephi Cottom of Los Angeles visited that land through the North Polar Opening in this
century.

The fellow, claimed by Hollow Earth researcher Bruce Walton, of Provo Utah, to be William Morgan,
who wrote a book in about 1826 revealing the secrets of Masonry and subsequently reported to have been
killed by the Masons and thrown into a river, called himself I-AM-THE-MAN, in ETIDORPHA, actually
had been taken by the Masons and sent on a journey to the Hollow Earth through communicating caverns
beginning at an entrance in Kentucky.

Danish scientist and explorer Edmund Bork led an expedition to Our Hollow Earth in 1991. See
newspaper report in the Other Collections at the end of this book.

2.) The magnetic poles do not coincide with the geographic poles. A hollow earth with a nearly stationary
interior sun would give rise to the geomagnetic field of the earth as the earth's shell rotates about the nearly
stationary interior sun. Since the earth has been tipped on its axis in past geologic history, the interior sun
still retains its original orientation and causes the geomagnetic poles to not coincide with the geographic
axis of the earth.

3.) Icebergs originate from rivers inside the polar openings which freeze over in winter and break loose
and are pushed out to sea in summer.

4.) Siberian frozen mammoths, and other wild animals which live in the interior, such as the hairy
rhinoceros, reindeer, hippopotamus, lion and hyena, fall into the frozen rivers where they are frozen and
later pushed out with the icebergs.

5.) Numerous fish, such as, mackerel and herring; animals, such as, whale, seal, arctic fox, reindeer and
musk-oxen; birds, such as, knots, swans, snow geese, blue geese, brent geese, horned wavy geese, and
ross-gull, migrate to and from the unknown north country each spring or fall to have their young or to
escape the cold winter. (Gardner, Chapter 12)

6.) A North Wind brings warmer weather. In fact, on the rim of the polar opening the sun strikes in the
summer at right angles just as at the equator, raising the temperature substantially. Olaf Jansen reported
that when they were in the far north on the polar rim, "The sun was beating down slantingly, as if we were
in a southern latitude, instead of in the far Northland. It was swinging around, its orbit ever visible and
rising higher and higher each day...The sun's rays, while striking us aslant, furnished tranquil warmth."
(THE SMOKY GOD pp. 76, 83)

7.) Eskimos say that their ancestors originated from a land in the north where the sun never sets. Marshall
B. Gardner reports that "...in the efforts of these Eskimos to tell where they came from they would point
to the north and describe a land of perpetual sunshine..." (A JOURNEY TO THE EARTH'S INTERIOR,
p. 302)

8.) In the very far north, beyond the pole, within the polar opening and past the ice, exists an OPEN SEA
to which few explorers have attained. At times the extent of this open sea has expanded down to the 80th
parallel. In earlier times it seems to have extended farther south than today is the case.

Explorer Olaf Jansen and his father arrived at Franz Josef Land in late June, 1829, and finding an open
lead in the ice, they followed it into the open sea within the polar opening and then into Our Hollow Earth.
(THE SMOKY GOD, pp. 60, 61)

Several accounts of explorers reaching this open sea on the other side of the ice is found in a book by Dr.
D. Barrington, THE POSSIBILITY OF APPROACHING THE NORTH POLE ASSERTED, published
in 1818 in New York. Dr. Barrington writes that in 1751 a Captain MacCallam commanding a whaler,
during a lull in the usual business of the voyage, thought he would make a dash for the North Pole. He
reached a latitude of 83 degrees and found in front of him no further ice. In fact they had not seen a speck
of ice for the last three degrees, he reported. But had to abandon his adventure as he did not wish to incur
the displeasure of his owners.

Another voyage by a Dr. Dallie of Holland on a Dutch warship in supervision of the Greenland fisheries
reached a latitude of 88 degrees and reported that the weather was warm, and the sea perfectly free from
ice. Dallie pressed the captain to proceed but the captain felt he had already gone too far by having
neglected his station.

Then a Mr. Stephens, sailing on another Dutch ship in 1754 was driven into latitude 84½ degrees north
and reported that they did not find the cold excessive, used little more than common clothing, met with but
little ice, and even less ice the father northward they went.

9.) The explorers find subtropical seeds, flowers, green plants and trees and much driftwood floating in the
Arctic Ocean which could come from no other place than Our Hollow Earth.

10.) Often winds from the north carry so much pollen as to color the icebergs. The colored snow has been
analyzed and the red, green and yellow have been found to contain vegetable matter, similar to the pollen
of a plant. It has been observed to fall at different seasons. Explorer Kane, in his first volume, page 44
wrote, "We passed the Crimson Cliffs of Sir John Ross in the forenoon of August 5th. The patches of red
snow, from which they derive their name, could be seen clearly at the distance of ten miles from the
coast...All the gorges and ravines in which the snows had lodged were deeply tinted with it...for if the
snowy surface were more diffused, as it is no doubt earlier in the season, crimson would be the prevailing
color."

11.) The Aurora Borealis and Australis are caused by the solar wind of the interior sun streaming through
the polar openings following the earth's electromagnetic field lines and causing atoms in the atmosphere
around the openings to light up and give off the beautiful Northern and Southern "lights." Scientists
compare the Auroras to a television set but have no answer as to what takes the place of the cathode; the
energy source of the auroras is not known. They admit it must be a solar wind, but the solar wind from
our sun is deflected around the earth by the earth's electromagnetic field and is thus prevented from
entering. It is here the Hollow Earth theory provides the perfect answer as to the source of the energy of
the auroras, the cathode of the auroral television tube. It is the sun within the hollow of our earth which
emanates its high energy electrons and protons through the polar openings which when they hit the
atmosphere above the polar openings cause the auroras to light up.

12.) Voyager and the Hubble space telescope have verified that most of the planets of our solar system
have auroras. This has puzzled scientists because the solar wind from the sun is not strong enough to even
cause earth's auroras much less the outer planets' auroras. The hollow planet theory provides the most
logical solution: ALL bodies in space are hollow. Those having auroras and geomagnetic fields strongly
indicate that they are not only hollow, but have interior suns and polar openings through which strong solar
winds from those inner suns emit to light up their auroras as their interior solar winds impact on the
atmosphere above their polar openings.

13.) Astronomer's observations of the polar lights on Mars, Venus and Mercury show them to be hollow
with central suns shining through their polar openings.

14.) Pictures from satellites show the polar openings.

15.) The earth is not rigid enough to be solid all the way through. In Sir G. H. Darwin's book, THE
TIDES AND KINDRED PHENOMENA OF THE SOLAR SYSTEM, he writes, "The body of the earth,
on which the oceans rest, cannot be absolutely rigid. No body is. It must be deformed more or less by the
attractions of the Sun and Moon." So he shows how these attractions are calculated. He does this by
measuring the fortnightly tide. By fortnightly tide is meant "...a minute inequality in the tide-height, having
a period of about a fortnight, depending upon the inclination of the moon's orbit to the plane of the
equator. Now the amount which the fortnightly oceanic tide would have if the Earth were absolutely rigid
can be calculated."

The results from these calculations show that the earth does yield to some extent under the force of the
moon's attraction, and the yielding is not small enough to justify us in saying that the earth is practically
rigid and it is not large enough to suggest that the earth has a liquid interior.

Our conclusion is that if the earth is not rigid enough to be solid all the way through and yet does not yield
enough to the gravitational interactions of the moon and sun to have a liquid interior, then it must be
hollow.

After thoroughly investigating gravity theory, I have concluded that Newtonian physics does allow all the
planets, sun and moons to be hollow bodies. Assuming they are all hollow bodies with shells 10% of the
planetary diameter, this would also allow all the planets and even the sun to have solid surfaces with shell
densities within the range of possibility, with the possible exception being Saturn. See The Origin, Cause,
and Control of Gravity -- Found!

16.) The earth appears flattened at the poles, which is caused in part by the existence there of openings
into the interior.

17.) The earth trembles like a soap bubble, which is hollow. And when a large earthquake strikes, the
earth vibrates like a bell, which is also hollow. The earth's fundamental period of vibration is 54 minutes.
This indicates that the earth must be a hollow sphere.

18.) The Van Allen radiation belts have holes at the polar extremities of the earth, coinciding with the
openings there. Scientists are puzzled as to the source of the radiation of the belts, admitting that it comes
from a solar wind. But the solar wind from our sun is deflected around the earth by the earth's
electromagnetic field which prevents its entrance. It is here that the Hollow Earth theory provides the
answer as to that source. It is the sun within the hollow of the earth emanating protons and electrons
through the polar openings causing the atmosphere to light up in the auroras and thereafter becoming
trapped in the electromagnetic field of the earth, producing the Van Allen Radiation Belts.

19.) While in the far north, explorer Nansen discovered that the north-south horizon became foreshortened
while the east-west remained the same which would be true if a polar opening exists there. In fact, normal
navigation instruments don't function in the arctic/antartic as they do elsewhere because the polar openings
are not taken into account. For example, a horizontal gyroscope will turn vertical as the polar opening is
entered and the midpoint of the polar lip is reached. The magnetic compass will point up on one side of
the opening and down on the other depending on which side one is located from the magnetic pole. In
other places it may just spin.

20.) No airline flies over the Pole because this would risk flying into the polar opening.

21.) There are no satellites in polar orbits that pass within 300 miles of the pole. No satellite can be put
into a stable orbit directly over the polar openings without taking into account the lack of gravity there as
result of no mass within the polar openings.

22.) X-ray, ultraviolet, and other pictures of the sun taken by Sky-lab reveal holes at the poles of the sun
where gravity is greatly diminished because of the openings there into the hollow interior of that PLANET
OF THE GODS.

23.) Seismograph recordings placed on the moon's surface by the Apollo missions indicate that the moon
is also hollow. (See chapter eight)

24.) Ozone holes at earth's poles are created by the ozone free air emanating from the earth's interior
through the polar openings. These ozone holes in the atmosphere are greater in size in the seasons that
greater quantities of air flow out of the polar openings.

Ozone holes at earth's poles are created by the ozone free air emanating from the earth's interior through
the polar openings. These ozone holes in the atmosphere are greater in size in the seasons that greater
quantities of air flow out of the polar openings.

Isn't it evident that there exists more scientific proof that our earth IS hollow, and that all planets are
hollow than can be dug up proving them to have combinations of solid-liquid interiors? Indeed, the
evidence is almost overwhelming that Our Earth IS HOLLOW, yet it is not common knowledge because
its discovery has been purposely kept hidden from the public by the powerful Illuminist Conspiracy. But
the Conspiracy does not yet have a monopoly on truth even though it would like to. And anyone with a
little study and investigation on his own may now be able to come to a knowledge of the truth about the
real structure of OUR HOLLOW EARTH!

**********************
  Our Earth IS Hollow! -- The Scientific Evidence.url

Name:   Our Earth IS Hollow! -- The Scientific Evidence.url
**********************************

http://www.geocities.com/Area51/Shadowlands/6583/under012.html
 
 

Mondes Souterrains

Chapitre Deux

Notre Terre EST Creuse! - la Preuve scientifique

Source : Notre Terre Creuse!
http://www.ourhollowearth.com/Chap2.htm

Donc, laissez-nous prendre la preuve de la communauté scientifique comme présenté par John M. Prytz dans son article, "la Mystification de La terre Creuse," et voir comment bien est sa preuve enregistré dans des textes de lycée, même dans des textes élémentaires, se lèver contre les observations immédiates des observateurs formés.

Numérotez Un article de Prytz "la preuve factuelle expliquant pourquoi le terre creuse (et cela est des ouvertures polaires) ne peut pas exister, "expose :

"Le secteur polaire du Nord est couvert d'eau, connu généralement comme l'Océan arctique. Il a un secteur de 3,622,200 [1903 moulins(usines) {{3045km} au carrés} ou une surface circulaire de 1073,8 moulins(usines) {~1718km} de rayonne] milles carrés et une profondeur moyenne de 4,362 pieds [1329,5 mètres]. Cet Océan arctique est le nom pour l'eau au Nord des surfaces continentales dans la région du cercle polaire arctique et est souvent couvert de la banquise. Si n'importe quelle ouverture polaire était présente, l'eau sous la pesanteur s'écoulerait dans le trou, comme l'eau qui s'écoule dans un drain(écoulement) de lavabo. Donc, chacun sait que la terre creuse serait inondée À La CAPACITÉ, ou bien l'eau drainerait toujours en bas dans le trou, seulement ne causant pas un tourbillon gigantesque, mais baissant aussi le niveau de tous les océans mondiaux - une telle baisse n'a pas été remarquée. "

Notre réponse à M. Prytz est que l'Ouverture Polaire du Nord existe en effet . Cependant, l'Océan arctique "Ne draine pas" dans "le trou", parce que le centre principal de gravité de la terre  n'est pas au centre, comme ce seraient le cas si la terre était une sphère solide.

Un regard dans mon dessin de Notre Terre Creuse qui est une section du centre par l'axe polaire de la terre, nous indique que l'écorce de la terre est approximativement de 800 [~ 1280 km]  milles de l'extérieur à la surface intérieure. L'atmosphère de la terre s'étend de la surface intérieure, comme il fait sur la surface extérieure, vers le haut à 600 [960 km]  milles et 4,600 [~ 7360 km - > ÷ 2 à 3680 km et 6370 - 3680 à 2690 km]  milles à l'intérieur de notre terre sont l'ESPACE PUR - un vide. N'importe quel étudiant de physique sait que la gravité est causée par la masse. Voyez-vous l'espace seul ne produit pas la pesanteur.

Accordé, un soleil intérieur contiendrait quelque chose de la masse de la terre, mais très peu, en comparaison de l'écorce . Parce que notre terre est creuse et pas une sphère solide, un petit centre de gravité est placée dans l'intérieur du soleil, mais parce que la prépondérance de masse dans une terre creuse est placée dans son écorce , le centre primaire de la gravité est placée dans l'écorce, quelque part entre les surfaces extérieures et intérieures et décrit une sphère - une Sphère centrale de gravité. À cause de la densité plus haute dans la croûte de la terre vers le côté intérieur de notre planète, la sphère centrale de gravité est placée 700 [1120 km]  milles en bas dans notre 800 mille [1280 km] la croûte épaisse - selon le guide Intérieur de La terre dans ETIDORPHA. (ETIDORPHA, p. 193) l'explorateur Olaf Jansen, qui a supposé que la croûte de la terre était de 300 [~ 480 km] des milles épais, a expliqué le centre de la terre de gravité ainsi :

"Monsieur James Ross a prétendu avoir découvert le pôle magnétique à environ soixante-quatorze latitude de degrés. Cela Est faux - le pôle magnétique est exactement la moitié la distance par la croûte de la terre. Ainsi, si terre La croûte est trois cents milles dans l'épaisseur, qui est la distance j'estime que c'est, alors le pôle magnétique est sans aucun doute cent cinquante milles au-dessous de la surface de la terre, il importe pas où l'essai est fait. Et à ce point particulier cent cinquante milles au-dessous de la surface, la gravité cesse, devient neutralisé; et quand nous passons en plus le point vers la surface 'intérieure' de la terre, un changement l'attraction augmente géométriquement dans la puissance, avant que l'autre cent cinquante milles de distance ne soit traversé, qui nous produirait(révélerait) sur 'l'intérieur' de la terre. "

"Ainsi, si un trou a été pratiqué en bas dans la croûte de la terre à Londres, Paris, New York, Chicago, ou Los Des anges, une distance de trois cents milles, il connecterait les deux surfaces. Tandis que l'inertie et
L'élan d'un poids baissé dans de la surface 'extérieure' le porterait loin devant du centre magnétique,
encore, avant le fait d'atteindre de la surface 'intérieure' de la terre il diminuerait graduellement dans la vitesse, après le passage(admission)  à mi-chemin le point, finalement la pause et tombe immédiatement en arrière vers la surface 'extérieure' et continue ainsi à oscillez comme le balancement d'un pendule avec le pouvoir(puissance) enlevé, avant qu'il ne se repose(reste) finalement au centre magnétique, ou à ce point particulier exactement moitié de la distance entre la surface 'extérieure' et la surface 'intérieure' de la terre. "(LE DIEU FUMEUX, pp. 160-162)

Donc, si nous devions revoir 1200 [~ 1920 km] la courbe de mille de l'Ouverture Polaire du Nord, qui est la semicirconférence de 800 mille [~ 1280 km] l'évaluation de la croûte de la terre, nous serions toujours manifestés vers la sphère centrale de gravité de la masse de terre, qui contrairement à l'avis populaire n'est pas principalement dans le centre de la terre, mais 700 [~ 1120 km] des milles au-dessous de nos pieds.

Comme un Océan si arctique ne plus se vider dans "le trou" que pourraient la chute de Continent australienne de dans espace.

Laissez-nous prendre la DEUXIÈME objection de Prytz à la Théorie Creuse de La terre. Il n'expose, "qu'Aucune surface inconnue existe dans le secteur attribué  où l'Ouverture Polaire du Nord existe théoriquement . "

La théorie orthodoxe scientifique concernant le pôle arctique est que la région arctique autour du pôle est un océan couvert par une calotte. Avec cette image mentale en mémoire, des explorateurs arctiques plus avant dans l'histoire ont Essayé pour "aller au pôle." Dans leurs expéditions pour atteindre le pôle arctique presque chaque explorateur l'a admis quand il est entré dans le nord lointain, ses théories de ce qu'il doit trouver ne s'est pas tenu et ses méthodes de découverte ses positions ont échoué de fonctionner comme attendu. Comment bon alors, est une théorie qui ne réussit pas à soutenir sous les faits ? Prytz ferait au lecteur croire que parce que l'on ne montre aucune terre sur des cartes polaires du Nord dans haut des textes scolaires, que tels pays n'existent pas!

Mais les faits ne soutiennent pas la théorie de chapeau-dans-Arctique de glace d'avis orthodoxe scientifique. Les observations des explorateurs polaires, d'autre part, soutiennent la Théorie Creuse de la terre de pays à l'intérieur des régions polaires qui ont même un climat subtropical. Laissez-nous examiner, donc, les descriptions des explorateurs polaires de ce qu'ils ont observé dans la région polaire et nous demanderont ensuite , s'ils font la preuve de soutenir une théorie de calotte polaire ou s'ils soutiennent la Théorie Creuse de la terre avec des ouvertures polaires menant à  l'intérieur de Notre Terre Creuse ?

Les observations par des explorateurs polaires du Nord indiquent qu'il y a en effet une terre au nord lointain avec un Climat subtropical  chauffé par un soleil de soeur à l'intérieur de Notre Terre Creuse. Par exemple, les rapports d'explorateur d'abondantes vies animales et la vie d'oiseau dans les mois d'été au nord lointain indiquent une patrie au nord duquel ils s'étendent au nouveau sud l'été et auquel on voit qu'ils migrent à l'automne.

Les foins d'Explorateur ont observé la vie d'insecte abondante au nord lointain. Quand il était dans la latitude 78 degrés, 17  minutes au début de juillet il a dit, "j'ai garanti avoir vu un papillon jaune-winged et - qui le croiraient - un Moustique... Dix mites, trois araignées, deux abeilles et deux mouches. "(La Mer Ouverte Polaire, p. 413)

Remarquez l'élément de surprise que beaucoup d'explorateurs ont exprimé résultant de la découverte de conditions qu'ils n'attendaient pas.

Explorateur Greely(sonde L Greely), dans son livre, TROIS ANS DE SERVICE ARCTIQUE, à Terre de Grinnell en juin de 1881, les oiseaux de rapports d'une espèce inconnue, des papillons, des bourdons, tant de mouches ils ne pouvaient pas dormir la nuit, et les températures de 47 et 50 degrés à latitude 81 degrés nord de 49 minutes. Il a aussi trouvé l'abondance saule pour faire du feu et beaucoup de bois flotté, (Chapitre 26, Vol. I)

Une expédition suédoise sous Otto Torell, trouvé près de Baie Trurenberg en Mer arctique, arbres flottant avec des embryons verts sur eux et parmi eux ont été trouvés la graine du Haricot tropical Entada qui  mesuraient 2.25 pouces à travers. (Gardner, p. 253)

L'explorateur Sverdrup(sonde L Sverdrup) à 81 nord de degrés trouvé tant de lièvres qu'ils ont nommé une admission, Lièvre Fiord. Aussi presque toutes les parties(partis) d'expédition ont constaté qu'assez de jeu a tenu leurs parties d'exploration bien alimentées de la viande. Ceux-ci les troupeaux inclus de boeufs de musc et renne. (Gardner p. 254)

Le capitaine Beechey a vu tant d'oiseaux sur la côte d'ouest de Spitzbergen que parfois une décharge simple a tué Trente d'entre eux. (Gardner p. 254)

Tous les explorateurs ont observé que pas tous les animaux migrent vers le sud pour échapper aux vents froids arctiques en hiver, mais beaucoup vont au lieu de cela vers le nord. Où vont-ils ? Greely, étonné à la quantité énorme de faune et flore dans le nord supposé gelé a écrit, "Sûrement cette présence d'oiseaux et de fleurs et des bêtes était une salutation sur la partie de la nature à notre nouvelle maison. "

L'explorateur Kane(sonde L Kane) a annoncé l'observation de plusieurs groupes d'Oies Brent, qui sont un oiseau américain migrateur, le vol NORD-EST à leur ligne en forme de cale de vol à 80 degrés 50 ' nord à Cap Jackson, près Grinnelland à fin de juin 1854.

L'explorateur Greely(sonde L Greely) fait cette déclaration de migration d'ours vers le nord , "le Lieutenant Lockwood, en mai, 1882, les traces d'ours remarquées (allant NORD-EST) sur la côte du Nord du Groenland, près de Cap Benet à 83 degrés 3 ' N., "et a fait des remarques,"... Je ne peux pas comprendre pourquoi l'ours laisse jamais les riches Chassant-champ(-domaine) de ' l'Eau du Nord ' pour les rivages désolés  vers le nord. "(TROIS ANS, p. 366)

Greely a aussi écrit de la Mouette de Ross, "... Les observations de Murdoch à la Colline de Point montrent que cela les oiseaux, par milliers, passent sur ce point au NORD-EST en octobre, aucun dont s'est occupé de retour. "(TROIS ANS, p. 383)

Explorateur Adolf Erick Nordenskiold, leader d'une expédition Suédoise, enregistrée dans LE VOYAGE ARCTIQUE De 1858-1878, cela le 23 mai, ils ont vu au nord d'Île d'Amsterdam (par Spitzbergen), "les grands nombres de Oies de bernache... Voler vers le NORD-OUEST, peut-être à quelque terre plus du nord que Spitzbergen. (Il n'y a aucune telle terre sur nos cartes actuelles) l'existence d'une telle terre, "a écrit Nordenskiold, "est considéré complètement sur par les chasseurs de morse, qui l'exposent le point au maximum du nord jusqu'ici atteint, on voit telles masses d'oiseaux dirigeant leur cours dans le vol rapide encore plus loin vers le Nord. "(Gardner, p. 160)

Daines Barrington, dans son livre, SUR LA POSSIBILITÉ DE S'APPROCHER DU PÔLE ARCTIQUE,
l'a écrit les observateurs dans Spitzbergen remarquaient toujours au printemps, juste avant la saison d'Èhachure, les canards sauvages, des oies et d'autres oiseaux, volent dans une direction du nord. Il y a aussi une migration à l'automne lourde vers le Nord.

Dans le JOURNAL HEARNES, disent d'observations autour de la Baie d'Hudson par Hearne de dix espèce d'oies, en particulier l'oie de neige, l'oie bleue, brent l'oie, l'oie cornue onduleuse, mettent leurs oeufs et augmentation de leur jeune dans quelque pays quel qu'à Hearne était inconnu. Les explorateurs, des Indiens et des Esquimaux ne pourraient jamais dire où cette volaille se multiplait et il était bien connu qu'ils n'ont jamais migré au sud.

Epes Sargent dans ses MIRACLES DU MONDE ARCTIQUE dit que la deuxième expédition de Franklin a vu les grands nombres d'oies riantes migrant au nord inconnu - indication sûre de terre au nord. Et
cela  a été observé sur la côte du Nord de latitude du Canada 69 degrés 29 "N., la longitude 130 degrés 19
Minutes W., le 13 juillet. (Sargent, p. 163).

Newton dans son MANUEL ARCTIQUE, a écrit comme suit concernant les migrations du Noeud, "le
Noeud... au printemps cherche notre île (l'Angleterre) dans des masses immenses et après le maintien sur la côte pour environ une quinzaine de jours, peut être tracé passant graduellement northwards, jusqu'à finalement, il prend congé de nous. Il a été remarqué en Islande et au Groenland, mais n'est pas resté; l'été y serait  trop rigoureux pour son aimant et il va plus loin et au nouveau nord. Où ? Où construit-il son nid et Èhachure son jeune ? Nous lâchons tous en recherche pendant quelques semaines. Qu'est-ce qui en devient ? "

"Vers la fin de l'été  il nous en revient en plus grandes masses qu'avant, et de vieux oiseaux et de jeunes oiseaux restent sur nos côtes jusqu'en novembre, ou, dans des saisons douces même plus tard. Alors cela ailes son vol vers le Le sud et s'abandonne aux cieux bleus et embaumé aère jusqu'au printemps suivant, alors il reprend l'ordre(le cours) de sa migration. "(Gardner pp. 259-260) Ces migrations indiquent sûrement une terre du nouveau nord autre que le Groenland et Spitzbergen avec un climat idéal pour les nichoirs de ces oiseaux  et animaux migrateurs.

Beaucoup d'explorateurs ont remarqué une hausse de la température  plus éloigné vers le nord où ils sont allés. Par exemple, Nansen a annoncé qu'un vent du Nord en hiver était plus chaud qu'un vent du sud. Le 18 janvier 1894 à 79 degrés N., Nansen a écrit, "Il est curieux qu'il y a presque toujours une hausse du thermomètre avec ces vents plus forts... Un vent du sud de vitesse moindre baisse généralement la température et un vent modéré du Nord LE LÈVE. " ( NORD LE PLUS ÉLOIGNÉ, Vol. Moi, p. 197) Deux mois plus tard le 4 mars, Nansen a aussi écrit, "c'est curieux cela, maintenant les vents du nord apporte le froid et la chaleur du sud. Plus tôt en hiver C'ÉTAIT JUSTE L'OPPOSÉ. "Cela indique évidemment l'existence d'une terre plus chaude vers le nord duquel le vent chaud souffle en hiver.

Dans le PREMIER CROISEMENT de Roald Amundsen DE LA MER POLAIRE, par dirigeable, le 12 mai 1926, cette hausse de la température vers le pôle a été aussi enregistrée. En laissant Spitzbergen la température était moins 8 degrés centigrades. Alors la température à l'altitude de vol a baissé fermement de 5 degrés au-dessous du point de congélation de la Baie de Roi à 12 degrés au-dessous de zéro sur 88 degrés nord sur le côté européen du pôle. DE CETTE ENDROIT IL A COMMENCÉ À MONTER LENTEMENT. La température au pôle était 2 degrés sous Zéro. C'est une augmentation de 10 degrés! (D'ABORD CROISEMENT, p. 230)

Dans le vol soviétique de Mikhail Gromov, de l'Armée de l'air Soviétique, dans un article intitulé, "À travers le Pôle arctique en Amérique, "il a enregistré une augmentation semblable de température au pôle. Vol au-dessus de la Terre Franz Josef  à 13,000 pieds, la température était de moins 16 degrés Centigrades. Mais au pôle à 8,850 pieds la température a été enregistrée à moins 8 degrés C - une augmentation de 8 degrés de la température. Et Amundsen et Gromov la direction changée après le calcul avec le sextant indiquait qu'ils étaient au pôle.

On doit comprendre que quand les explorateurs disent qu'ils ont atteint le pôle, que cela signifie qu'ils ont
Atteint un point sur la courbure de la terre dans l'arctique ou Antarctique où l'angle du soleil sur l'horizon sur leurs lectures de sextant indique qu'ils sont le plus éloigné au nord pour le pôle arctique ou le plus éloigné au sud pour le pôle antarctique. Puisque c'est difficile pour des explorateurspour mesurer des distances dans l'arctique ou Antarctique directement, les distances ont été mesurées en déterminant la latitude avec le sextant. Les explorateurs voyageraient une certaine distance au nord , par exemple, ils y prennent une lecture avec le sextant et basé sur cette lecture et cette distance au pôle comme indiqué sur une carte, ils ont alors calculé combien de milles ils avaient voyagé.

Aujourd'hui, cependant, avec l'apparition de satellites de navigation, la détermination géographique de l'emplacement est déterminé avec le GPS, le Système de Position Global(mondial). Avec des appareils portatifs, chacun peut recevoir les Signaux satellites du GPS pour déterminer leur latitude et longitude. Avec les survols des pôles et des sous-marins entrecroisant l'arctique, on se demanderait correctement[normalement, à juste titre] pourquoi les ouvertures polaires n'ont pas été ouvertement découverts et publiés au monde. Certainement une telle découverte devrait secouer le monde, concept
contraire et révolutionnaire à nos sciences. Nos livres de physique doivent être récrits. Certainement les pôles ont été atteints. Que cela suggère fortement que n'importe quelles ouvertures polaires doivent être placées à un côté ou l'autre des pôles. Une telle découverte, cependant, est un Secret Supérieur toujours gardé pour le Monde.

Cependant, cependant étrangement il pourrait sembler, il y a des indications que les ouvertures polaires existent! Un autre preuve(ou évidence) des ouvertures polaires est trouvée dans les commentaires étonnant d'explorateurs découvrant des conditions de brouillard  aux pôles. En  mai 1926, l'expédition de dirigeable d'Amundsen a noté que de Spitzbergen, "Pour plus de onze heures nous avons volé dans la prospérité brillante. À 87 degrés de latitude nous avons rencontré du brouillard, qui, cependant, a bientôt disparu. Entre 88  et 89 degrés de latitude  nous sommes entrés dans une nouvelle ceinture de brouillard.
Le brouillard est couché, cependant, si bas que nous pourrions y voler en montant à l'altitude de 7,000 mètres. "

De notre théorie, nous obtenons une réponse toute prête concernant l'origine de ces ceintures de brouillard - ils viennent comme le résultat des courants atmosphériques chauds moites paraissant[montant] de l'ouverture polaire,  rencontrant l'air inférieur froid et ensuite de la glace, puis se condensant en brouillard.

La continuation, Malmgren a écrit, "au pôle lui-même le brouillard diminu. Le temps, comme si pour l'occasion, à cette endroit "a eu très envie pour" sur la surface de la terre, peut être décrite dans quelques mots. Le ciel était pour la plupart couvert de stratocumulus et de nuages altocumulus. Il y avait une cessation complète du vent. La température à  l'altitude de 300 mètres environ était de 2 degrés au-dessous de zéro. > à partir du pôle nous mettons notre direction(trajet) vers la Colline de Point. Le voyage du pôle était, au commencement, favorisé avec de la bonne visibilité, mais entre 86 et 85 degrés de latitude nous avons rencontré une masse de brouillard continue. "Et nous avons pensé que"... La température dans la couche aérienne plus proche de la glace était de 3-4 degrés plus bas que celle plus haute... "

En faisant des remarques sur ce phénomène, Malmgren, le météorologue de l'expédition d'Amundsen a écrit, "Un des problèmes que l'expédition a apportés à la vie{a mis en lumière, ou a mis au jour} se réfèrent au brouillard polaire. Pourquoi est-ce cela sur la plaine monotone qui est formée par la mer polaire arrive là des régions, près l'un de l'autre, avec et sans brouillard, souvent sans que n'importe quels changements de température atmosphérique ne soient observables? Serait-ce que  les couches aériennes les plus basses sont si conservatrices qu'elles peuvent toujours, en mer polaire, conserver des mémoires de leur existence plus au sud? Ou est-ce le phénomène dû - ce qui, cependant, apparaît incroyable - aux variations dans la chaleur du développement entre l'air et la glace sous-jacente ? "(D'ABORD CROISEMENT DE LA MER POLAIRE, pp.
272, 280, 281) l'Avis comment Malmgren est rendu perplexe par la différence de température des couches différentes de l'air suggérant les courants d'un climat plus du sud ou plus chaud.

Dans le livre, AVIATION POLAIRE, par le lieutenant Colonel C.V. Glines, les U.S., on trouve ce commentaire de la température sur la différence entre les strates supérieures et inférieures aériennes quand un transport  Douglas DC-3 est descendue pour son premier atterrissage au pôle antarctique : "à cause d'un phénomène polaire appelé l'inversion, la température a baissée comme l'avion a perdu de l'altitude. "(P. 146) Vous voyez, cela est appelé inversion de température aux pôles parce que normalement dans d'autres parties du monde, l'air devient plus froid le plus haut vous allez. Ne serait-ce pas que les couches plus hautes de l'air sont plus chaudes aux pôles parce que  l'air chaud vient des ouvertures polaires et qu'il dépasse l'air  plus froid et plus lourd à côté de la glace ?

Juste là où cela peut chauffer et le brouillard vient de l'intérieur "des calottes" polaires gelées? Évidemment, la réponse est qu'ils viennent des courants atmosphériques chauds, moites émanant des ouvertures polaires qui sont placées plus loin et au-delà où le sextant a placé "des pôles".

Qui alors, devons-nous croire ? Sont ici formé des observateurs, des explorateurs de l'Arctique et des phénomènes de rapport antarctiques indiquant qu'il doit y avoir une terre plus chaude au nord dont toutes les sortes de faune et flore vont et viennent. Ou nous devons croire les théories des auteurs de manuel qui n'ont jamais été là-bas? Sûrement si les Wedis croient les observations des explorateurs, nous pourrions aller dans Arctique et  voir nous-mêmes que la température devient plus chaude plus nous nous éloignons au-delà de la latitude de  88 degrés. Nous pourrions observer par nous-mêmes la faune et la flore migrant vers la partie nord inconnue.

Cependant, non seulement la faune, la flore, des vents réchaufés et le brouillard sortent du nord, mais la preuve(évidence) indique l'origine d'icebergs dans la partie nord lointaine. La mer polaire du Nord est couverte par la glace qui est gelée à partir d'eau douce et se lance sur une mer salée. L'origine de tant de glace que cela couvre des milliers de milles carrés, a été une énigme de longue date aux scientifiques. Le fait est que l'eau salée de mer ne glace pas aux températures trouvées aux pôles. La glace qui couvre l'Océan arctique est "sans sel ". L'explorateur Nansen a remarqué que les icebergs dans l'Océan arctique sont stratifiés et qu'ils contiennent souvent due bois flotté, de l'argile et des roches. Cela indique évidemment que ces icebergs proviennent de rivières qui ont lentement gelé causant les couches de stratification d'eau gelant comme il coulait sur la glace coincée entre ce qui sont des dépôts, où les roches et l'argile ont été grattés quand les glaces ont finalement été poussé plus loin dans la mer. Cependant, il n'y a pas assez de rivières ou même des glaciers autour de la mer polaire pour donner l'origine à tant de glace. Ainsi d'où les icebergs viennent-ils?

Un auteur nommé William Reed, a écrit dans son livre, FANTÔME DES PÔLES, en 1906 de sa théorie que ces icebergs qui remplissent l'Océan arctique viennent en réalité de l'intérieur  de Notre Terre Creuse. Et ce, en fait, est ce qui a été annoncé par un explorateur qui a prétendu avoir atteint la terre dans les ouvertures polaires en 1829. Le 3 avril de cette année, Olaf Jansen et son père, Jens Jansen ont laissé leur maison à Stockholm, en Suède pour un voyage qui les a pris dans de la glace arctique mènant par dans les flux de glace et dans la terre libre de glace de l'autre côté de l'ouverture polaire du Nord. Là ils ont été pris par des gens et ont vécu parmi cette race avancée pendant deux ans, rendu ensuite au monde extérieur par la voie de l'ouverture polaire du sud en 1831. Olaf plus tard a fait publier son voyage épique et peut être obtenu des éditeurs de l'imprimer sous le titre, LE DIEU FUMEUX.

Dans son livre, Olaf l'annonce, "...  Trois-quart de la surface 'intérieure' de la terre est de la terre et de l'eau pou un-quart. Il y a de nombreuses rivières de taille énorme, quelque courant dans une direction du nord et d'autres vers le sud. Certaines de ces rivières sont trente milles de large et il est hors de ces voies navigables énormes, aux parties extrêmes du nord et du sud de la surface 'intérieure' de la terre, dans des régions où des températures basses sont éprouvées et que les icebergs d'eau douce sont formés. Ils sont alors poussés vers la mer comme des langues énormes de glace, par freshets incorrect d'eaux turbulentes deux fois par année, balayant tout devant eux." (LE DIEU FUMEUX, pp. 122, 123)

À cause de l'inclination(inclinaison) de 23 ½ degré de la Terre au cours de son orbite autour du soleil, les rayons du soleil, une fois chaque année, frappent la lèvre polaire fondant à angle droit de la glace lâche aux bouches des rivières intérieures-de la terre dans les ouvertures polaires qui vident alors leurs icebergs d'eau douce dans les océans arctiques et Antarctiques.

Dans le rapport(connexion) avec l'origine des icebergs est l'origine des restes de la faune et de la flore tropicale qui est trouvée dans l'arctique. Robert B. Le cuisinier, écrivant dans le magazine la CONNAISSANCE pendant 1884, dit des ces restes non seulement des mammouths, mais de rhinocéros velus, de rennes, d'hippopotames, de lions et d'hyènes, trouvés dans les dépôts glaciaires du nord et ne peut pas expliquer pourquoi les mammouths censément éteints dans des temps préhistoriques sont couchés côte à côte à des restes de la faune et de la flore actuelle. La vérité de la question est que tous ces animaux ont été pris au piège dans des  rivières gelées à l'intérieur [de la Terre] et lancés dans des icebergs dont beaucoup sont venus pour reposer[aboutir] sur les rivages de la Sibérie et d'autres côtes du nord déposant ainsi leurs charges prises au piège et préservées d'animaux gelés.

En fait, un mammouth a été en réalité trouvé emballé dans un iceberg. Dans J.W. Buel, l'ÉTONNEMENT MONDIAL, nous lisons cela en 1799, un pêcheur de Tongoose, nommé Schumachoff a découvert un éléphant énorme préservé dans un bloc énorme de glace clair comme le cristal le long des bords de la rivière la Lena. La chair a été coupée pour la viande de chien et alimentée par des loups jusqu'à être comme un squelette il a été enlevé pour St.-Pétersbourg au Musée d'Histoire naturelle. D'autres mammouths frais gelés étaient[faisaient partie] des banquets postérieurs découverts et scientifiques montrant des produits alimentaires antiques incluant le mammouth censément antique.

Cependant, la vraie place de l'origine du mammouth est à l'intérieur de Notre Terre Creuse. Dans les voyages d'Olaf Jansen à l'intérieur de Notre Terre Creuse il a annoncé, "Un jour nous avons vu un grand troupeau d'éléphants. Il a dû y en avoir cinq cents de ces monstres "thunderthroated", avec leurs  troncs(coffres) nerveusement agités. Ils déchiraient des branches énormes des arbres et piétinaient les croissances plus petites dans la poussière comme tant de brosse-noisetier. Ils fesaient en moyenne plus de 100 pieds dans la longueur et de 75 à 85 dans la hauteur." (LE DIEU FUMEUX, p. 126)

Olaf plus loin explique que de ces troupeaux énormes beaucoup se prennent près des bouches gelées fluviales en hiver et en automne dans des crevasses dans la glace où ils sont immédiatement gelés et plus tard quand en été, nos éclats de soleil par l'ouverture polaire  dégèle de la glace lâche, les rivières poussent alors aux dehors les icebergs à la mer. Les icebergs alors, font graduellement leur chemins vers les côtes arctiques du monde extérieur où les cimetières énormes d'os et des animaux même gelés ont été découverts.

Les revendications de l'explorateur Olaf Jansen sont vraiment fantastiques. Cependant, il n'était pas le seul explorateur dont nous avons le rapport de ce qui a atteint la terre de Notre Terre Creuse et est retourné pour en parler. On nous donne un autre compte par le docteur Nephi Cottom de Los Angeles, dans lequel il a annoncé qu'un de ses patients de descendance nordique lui a raconté le compte suivant de son voyage dans la terre de Notre Terre Creuse :

"J'ai vécu près du cercle polaire arctique en Norvège. Un été mon ami et moi avons  prévu faire une excursion en bateau ensemble et aller autant que nous le pourrions dans le pays du Nord. Donc nous mettons les dispositions d'alimentation d'uns mois dans une petite barque de pêche et avec la voile et aussi un bon moteur dans notre bateau, nous couchons à la mer."

"À la fin d'un mois nous avions voyagé loin dans le nord, au-delà du pôle et dans un nouveau pays étrange. Nous avons été très stupéfiés par la température de l'endroit. Chaud et de temps en temps la nuit il faisait trop chaud pour dormir. Alors nous avons vu quelque chose de si étrange que nous avons tous les deux été stupéfiés. En avançant sur la haute mer chaude nous étions sur ce qui ressemblait à une grande montagne. Dans cette montagne à un certain point l'océan a semblé se vider. Mystifiés, nous avons continué dans cette direction et nous sommes trouvés naviguant dans un canyon énorme conduisant dans l'intérieur de la Terre. Nous avons continué à naviguer et ensuite nous avons vu ce qui nous a étonnés - un soleil brillant à l'intérieur de la terre!"

"L'océan qui nous avait portés dans l'intérieur creux de la Terre est graduellement devenu une rivière. Cette rivière a mené, comme nous sommes venus à le comprendre plus tard, jusqu'à la fin de la surface intérieure du monde d'une fin à l'autre. Il peut vous prendre, si vous le suivez assez longtemps, du Pôle arctique jusqu'au Pôle antarctique."

"Nous avons vu que la surface intérieure de la terre a été divisée, comme l'autre l'est, en terre et en eau. Il y a l'abondance de prospérité et la vie animale et végétale abonde là-bas. Nous avons navigué plus loin et encore plus loin dans ce pays fantastique, fantastique parce que tout était énorme dans la taille en comparaison des choses sur l'extérieur. Les plantes sont grandes, des arbres gigantesques et finalement nous avons rencontré des GÉANTS."

"Ils demeuraient dans des maisons et des villes, de même que nous le faisons sur la surface de la Terre. Et ils employaient un type de transport électrique comme une voiture monorail, pour transporter les gens. Il  courait le long du bord de la rivière de ville en ville."

"Plusieurs des habitants intérieurs de la terre - des géants énormes - ont détecté notre bateau sur la rivière et ont été tout à fait stupéfiés. Ils étaient, cependant, tout à fait amicaux. Nous avons été invités à dîner avec eux dans leurs maisons et ainsi mon compagnon et moi nous sommes séparés, lui allant avec un géant à la maison de ce géant et moi allant avec un autre géant à sa maison[chez lui]."

"Mon ami gigantesque m'a apporté à la maison de sa famille et j'ai été complètement inquiété de voir la taille énorme de tous les objets dans sa maison. La table à dîner était colossale. Un plat a été mis devant moi et rempli avec une portion d'aliments si grande qu'il m'aurait alimenté abondamment une semaine entière. Le géant m'a offert un groupe de raisins et chaque raisin était aussi grand qu'une de nos pêches. J'en ai goûté un et l'ai trouvé beaucoup plus agréable, savoureux, que tous ceux que j'avais jamais goûté ' à l'extérieur. ' Dans l'intérieur de la Terre tous les fruits et des légumes ont un goût beaucoup mieux et plus savoureux que ceux que nous avons sur la surface extérieure de la Terre."

"Nous sommes restés avec les géants pendant un an, aimant leurs rapports amicaux autant qu'ils ont aimé nous connaître. Nous avons observé beaucoup de choses étranges et peu communes pendant notre visite avec ces gens remarquables et étionscontinuellement stupéfiés de leur progrès scientifique et inventions. Ils n'étaient jamais peu amicaux pour nous et on nous a permis de retourner à notre propre maison de la même manière par laquelle nous sommes venus - en fait, ils ont courtoisement offert leur protection si nous devions en avoir besoin pour le voyage de retour. "(VILLE D'ARC-EN-CIEL ET LES GENS INTÉRIEURS DE LA TERRE, Michel X. pp. 17, 18)

Ces preuves de faune et flore au nord des icebergs, des vents chauds, de brouillard et des mammouths gelés viennent de ces histoires d'explorateurs réels atteignant cette terre, aident à établir le fait qui existe là de grandes surfaces dans l'ouverture polaire du Nord.

John M. Prytz, dans son article, "la Mystification de La terre Creuse," expose sa troisième objection à la théorie creuse de la terre : "considérez les États-Unis. Les sous-marins atomiques qui sont voyagés sous la glace dans le croisement de l'Océan arctique et allant sous le pôle nauraient jamais pu avoir été possibles (si l'ouverture polaire existe)."

Dans les explorations des Russes dans l'Océan arctique, il semblerait qu'ils sont déjà au courant de cette terre dans Notre Terre Creuse que Prytz dit ne pas exister. De l'Américain Scientifique, vient ce paragraphe de révélation des découvertes russes : "l'Exploration et la recherche ont montré qu'une énorme région de la surface de la terre et des grands royaumes également de l'INCONNUS peut être apportée dans les limites de la compréhension de l'homme dans quelques années. Les données jusqu'à présent amassées par des expéditions et des stations de glace remplissent plus de 120 volumes; la liste des livres, des monographies et des articles qui apparaissent de ce que les données excèdent déjà 600 titres..." (AMÉRICAIN SCIENTIFIQUE, "l'Océan arctique," par P. A. Gordienko, Peut, 1961)

Depuis la découverte de Notre Terre Creuse par l'Amiral Richard E. Byrd en 1929, il y a eu une opération de camouflage internationales de cela, le SECRET MONDIAL SUPÉRIEUR. Et la divulgation du passage du sous-marin atomique sous le pôle en faisait partie de ces opération de camouflage. S'il n'y a pas eu d'opération de camouflage, alors OÙ sont tous ces 120 volumes prouvant qu'il y a "les énormes régions de la surface de la terre et les également grands royaumes de l'INCONNU" ? Selon les manuels, toutes les grandes régions inconnues de la surface de la terre sont aujourd'hui inexistantes! Particulièrement dans l'Océan arctique, qui a censément été arpenté des milliers de fois par des gens qui en ont complètement dressé la carte!

En février, 1947, le Vice-amiral Richard E. Byrd de la Marine des États-Unis, avant son vol de sept heures de 1,700 milles [2720 km] au-delà du Pôle arctique, a dit, "je voudrais voir la TERRE AU-DELÀ DU PÔLE. Ce secteur au-delà du pôle est le centre du grand INCONNU." (LE MONDE AU-DELÀ DES PÔLES, F. Amadeo Gianinni)

Considérez le dernier témoignage de Ray Palmer, de RECHERCHE et des magazines de SOUCOUPES VOLANTES, dans lesquels il porte témoignage de la découverte de Byrd de Notre Terre Creuse en 1929. Palmer a vécu dans Amherst, au Wisconsin. Il a écrit dans son magazine, qu'environ trois milles séparent la ville natale du dernier Lloyd K. Grenlie qui était un ami de son.... Grenlie "... Était le radiotélégraphiste durant l'expédition de l'Amiral Byrd au Pôle antarctique en 1926 et pour les deux pôles en 1929."

"Il a été emphatiquement nié qu'il a fait des vols aux  DEUX pôles en 1929." Cependant, Palmer continu, "cette année on pourrait voir un film d'actualités dans les théâtres de l'Amérique qui a décrit  LES DEUX vols et ont aussi montré les photographies du film d'actualités de ' la terre au-delà du pôle (nord) avec ses montagnes, arbres, des rivières et un grand animal identifié comme un mammouth. '"

"Aujourd'hui ce film d'actualités n'existe pas apparemment , bien que des centaines de mes lecteurs se souviennent comme moi, de ce film court[de ce court métrage]. Ainsi, je l'ai sur ma propre observation d'annonce personnelle de ce film court et du radiotélégraphiste qui est allé avec Byrd à cette terre au-delà du pôle et qui A VU les choses enregistrées sur ce film, que cet inconnu, non diplômé et qui a actuellement nié que la terre existe!" (SOUCOUPES VOLANTES, septembre 1970)

Selon notre théorie, les pôles originaux géographiques de la terre ont été placés dans l'espace - dans le centre des ouvertures polaires, plusieurs milles directement au-dessus d'une personne étant debout sur la lèvre polaire. Puisque la terre a été créée à tour de rôle, la force centrifuge aurait jeté la matière extérieure du centre laissant une masse dans le noyau terrestre qui plus tard est devenu le soleil central. Le premier jour de la création quand le noyau terrestre a été "allumé dans le processus de fussion nucléaire, le Dieu a dit," Laissez là être Léger. " En ce temps-là, le soleil intérieur a commencé à briller. N'importe quelle question plus loin du coeur central aurait été jetéeà l'extérieure loin du centre de la force centrifuge pour former la coquille de la terre. Cette force rotative centrifuge aurait abouti à une coquille et un intérieur creux avec un coeur suspendu dans le centre de la pesanteur y agissant de toutes les directions. Aux pôles, la force centrifuge aurait formé les ouvertures polaires.

Le guide dans ETIDORPHA, a expliqué qu'il y a aussi une base(fondation) spirituelle à la terre, "la terre formant le principe consiste en sphère invisible en énergie que, filant par l'espace, soutient la poussière spatiale qui s'y rassemble, comme la poussière sur une bulle. Par l'accumulation graduelle de substance sur cette sphère une boule(balle) creuse a résulté, dont la surface extérieure sur laquelle vous avez ici à demeuré. La croûte de la terre est comparativement mince, non plus de huit cents milles [1280 km] dans l'épaisseur moyenne et est tenue en position par la sphère centrale d'énergie (le centre de gravité, ou la sphère centrale de gravité) qui existe maintenant à une distance environ sept cents milles [ 1120 km sous le niveau de la mer] au-dessous du niveau océanique." (ETIDORPHA, p. 193)

Cependant, plus tard, peut-être au moment du cataclysme mondial qui a produit l'inondation de Noah, la terre y a été renversée autour de l'axe, peut-être même plus d'une fois, pour qu'aujourd'hui, les ouvertures polaires soient placées d'un côté ou de l'autre de l'axe de la terre. Cela expliquerait pourquoi le pôle peut être atteint de quelques directions, mais non d'un autre, comme les aviateurs Soviétiques qui ont volé le nord de la Mer Kara et ont été perdus quand ils ont volé dans l'ouverture polaire. Et encore Amundsen était capable de voler sur le pôle dans son dirigeable en volant de Spitzbergen à l'Alaska.

Il y a une façon de déterminer si quelqu'un a atteint le pôle ou s'il a seulement atteint quelque point sur la lèvre des ouvertures polaires. Si la terre était autour, sans ouvertures polaires, donc au pôle géographique le soleil doit être de la même distance au-dessus de l'horizon pendant n'importe quel jour arctique ou antarctique. Mais s'il y a un trou, le nord (ou le sud) le plus éloigné  qu'une personne peut atteindre seraient la jante de l'ouverture polaire en s'approchant du pôle du côté du pôle sur lequel l'ouverture est placée. Si un explorateur a été placé sur la jante polaire de l'ouverture polaire du Nord, il serait incapable d'aller n'importe quel nouveau nord et le soleil semblerait monter et tomber pendant chaque jour comme il fait son rond apparent du ciel arctique indiquant qu'il n'avait pas encore atteint l'axe polaire de la terre. À l'axe exact polaire de la terre, le soleil doit rester à la même distance au-dessus des horizons toute la journée.

Les explorateurs emploient un instrument appelé un sextant pour déterminer s'ils ont atteint le pôle. C'est un instrument de navigation qui détermine la latitude au nord et au sud de l'équateur en déterminant la hauteur où le soleil doit être au-dessus de l'horizon pour n'importe quelle latitude spécifique. Plusieurs fois de l'année, les degrés où le soleil serait au-dessus de l'horizon au pôle théorique géographique sont différent. Sur le solstice d'été, l'angle doit être 23 ½ des degrés et s'il n'y a aucune ouverture polaire, cet angle ne doit jamais être plus grand que 23 ½ des degrés, qui sont l'angle maximal de l'axe de la terre dans son périple orbital autour du soleil. Un angle  plus grands que 23 ½  degrés pourrait être obtenu seulement sur la lèvre d'une ouverture polaire. Comme un avancé dans l'ouverture polaire, le soleil semblerait se balancer de bas au-dessus de l'horizon à très haut jusqu'à 90 % - comme arrive sous l'équateur.

Si un explorateur restait au pôle pendant une saison entière que le soleil est au-dessus de l'horizon, il remarquerait que comme les avances d'été, le soleil montera plus haut et plus haut au-dessus de l'horizon. N'importe quel jour, il tournera autour du ciel à la même distance au-dessus de l'horizon, s'il est en effet placé à l'axe géographique polaire de la terre. Cependant, si l'explorateur découvre que les hausses de soleil et les descentes pendant le jour à des angles plus grand que 23 ½ degrés sont remarqués, cela prouverait définitivement qu'il n'a pas atteint le pôle géographique, mais a au lieu de cela atteint un point sur la jante polaire. Cette observation doit être plus précise si pris "au "pôle" du sud où les États-Unis ont une base, parce que des observations n'y seraient pas soumis au mouvement de courants océaniques comme une si une telle base serait"au "pôle" Nord. Pour la nouvelle discussion de l'emplacement et la taille des ouvertures polaires voir l'Emplacement et la Taille des Ouvertures Polaires.
 
 
 
 
 

Le fait que le pôle magnétique ne coïncide pas avec le pôle géographique est une preuve que notre terre est creuse. Apparemment, la terre a été renversé sur son axe depuis la création laissant le soleil intérieur dans son orientation originale. Cela a causé le non-alignement du pôle magnétique de la terre avec son axe rotatif. C'est une preuve que la terre est creuse avec un soleil central qui provoque le champ géomagnétique de la terre. La coquille(L'écorce) de la terre tournant autour du soleil intérieur presque stationnaire et ayant des charges électriques, positives pour le soleil intérieur et négatives pour la coquille(l'écorce), est l'aliment qui produit le champ géomagnétique de la terre et est la cause faisant que la boussole pointe vers le nord. Si la terre était solide partout à l'intérieur, le pôle géomagnétique coïnciderait avec l'axe rotatif de la terre. Au lieu de cela, les pôles magnétiques tournent autour de l'arctique / l'antarctique dans des orbites magnétiques indiquant que la terre est creuse et a été renversée de son orientation originale avec un coeur qui tourne à un taux plus lent que la coquille(l'écorce). Le coeur très probablement aurait conservé son orientation originale.

Raymond Bernard a écrit concernant le pôle magnétique tournant, "la première observation (de la déviation magnétique) a été faite à Londres en 1580 et a montré une déviation de l'est de 11 degrés. En 1814 la déviation a atteint 24.3 degrés  maximum de l'ouest. Cela fait une différence de 35.3 degrés de changement en 235 ans... Le foyer, ou 'la pointe d'épingle' réelle du pôle magnétique existe sur seulement une partie de la circonférence de ce cercle à la fois et se déplace progressivement autour du cercle dans 'une orbite' définie." (LA TERRE CREUSE, pp. 57-58)

Voici aussi la raison pour laquelle quelques explorateurs polaires disent leur immersion d'aiguilles de boussole en bas au nord lointain et d'autres disent qu'il baisse, chacun selon le côté de l'ouverture polaire où ils sont placés. Quand les Russes ont annoncé que leur aiguille de boussole se dirigait en bas pour un mille milles à travers l'Océan arctique, ils étaient sur le côté de l'ouverture polaire dans laquelle le pôle magnétique est placé. Olaf Jansen, était d'autre part sur l'opposé(en face) du côté de l'ouverture polaire en 1829, le nord-est de Franz Josef  de la Terre quand il a remarqué que son aiguille de boussole eu indiqué vers le haut à travers l'ouverture polaire à l'autre côté où le pôle magnétique était alors placé.

Dans le chapitre de ce livre ayant droit, "on montre une Offre pour une Expédition dans Notre Terre Creuse" comment des gyroscopes et des lectures de radar peuvent aussi être employés pour prouver l'existence des ouvertures polaires.

Prytz ' quatrièmes états d'objection : "le plancher de l'Océan arctique a été raisonnablement bien représenté graphiquement et dressé sur une carte - aucune trace de n'importe quelle ouverture polaire n'a été trouvée."

Dans un article de Ray Palmer dans son magazine les SOUCOUPES VOLANTES nous lisons  la difficulté qu'il y a eu dans la configuration des régions polaires : "plus significatif sont les références défavorables à d'anciens cartographes dont les cartes sont maintenant ' des nuages épais congelés dans l'imagination des cartographes comme des surfaces. ' La Marine, comme exemple, estime un peu lancée(flayé) quand l'Armée dit que leurs montagnes manquantes(disparues) du Pôle antarctique  n'étaient jamais là, parce que l'Armée ne peut pas les trouver pour leur propre compte(estimation) confondu(embarrassé) basé sur un pôle magnétique qui ' n'est pas là du tout. ' Nous trouvons maintenant que des nouveaux secteurs de terre sont 'découverts et de vieilles cartes sont jetées parce que les pays qu'ils montrent ne sont pas là désormais."

Ce qui a évidemment lieu est que les fabricants de carte ne tiennent pas compte du secteur de terre étendu englobant les ouvertures polaires, mais essayent de  les entasser(fourrer) tous dans un petit secteur menant jusqu'à un pôle imaginaire physique de la fin de la terre.

L'explorateur arctique Nansen était un navigateur expert, mais avouait fréquemment qu'il ne pouvait pas trouver les îles qui avaient été précédemment dressées sur la carte au nord lointain. En 1895, 82 degrés nord et 8 minutes le 11 juin, Nansen a avoué qu'il était perdu, "Nous ne savons pas où nous sommes et nous ne savons pas quand cela finira." Quelques jours plus tard il a écrit, "j'ai calculé et j'ai calculé et j'ai pensé et j'ai pensé, mais ne peux trouver aucune erreur de n'importe quelle importance et tout cela est une énigme pour moi." Après finalement le retour à la civilisation, il a fait des remarques sur son voyage en Arctique : " Où était le Glacier de Pigeon et où était toute la Terre de Wilczek ? Où étaient les îles que  Payeur avait nommé l'Île Braun , l'Île Hoffman et l'Île Freden ?... J'ai me suis penché pendant une longue période de temps sur la question à savoir comment une telle erreur a pu ramper(s'insinuer) dans une carte par un tel homme comme Payeur - un topographe expérimenté, dont les cartes, en règle générale, portent le cachet de grande exactitude et le soin et un voyageur polaire pour qui je considérais toujours un haut respect pour sa capacité . "(NORD LE PLUS ÉLOIGNÉ, Fridtjof Nansen, Vol. Je., p. 579)

De l'expérience de Nansen il est évident que la découverte de n'importe quel explorateur de la terre au nord lointain est difficile à être transféré avec l'idée conventionnelle de la configuration de l'Arctique. En réalité la raison de la confusion vient parce qu'il y a plus de surface de  terre dans l'arctique à cause de l'ouverture polaire dont les explorateurs n'ont pas tenue compte sur leurs cartes.

Cette difficulté dans le transfèrement de la terre dressée sur une carte en Arctique le fait douteux que l'Arctique a été dressée sur une carte à n'importe quel degré d'exactitude sauf si une telle configuration a été empêchée par le secret que les ouvertures polaires soient publiées sont tenues compte. Certainement nos manuels ne contiennent aucune telle carte.

Ces dernières années, le déploiement des satellites Landsat a fourni l'envergure détaillée de la terre aux photographies de la surface à partir de l'espace. Avec les orbites presque polaires de satellites Landsat, permettant l'acquisition de données sur le globe entier, il est difficile d'imaginer pourquoi les images des régions polaires ne sont pas disponibles par la NASA. (DISPONIBILITÉ DE DONNÉES DE RESSOURCES DE LA TERRE, Ministère des Affaires Intérieures américain Enquête(vue générale) Géologique, p. 4) Ma question est : qu'essayent-ils de nous cacher ?

En 1982, j'ai envoyé une demande(application) au Centre de Données EROS pour les images satellites de la région polaire entière au nord de 80° N de latitude. Ils m'ont envoyé un pouce le listage d'ordinateur épais inscrivant des milliers de photos Landsat. Mais pas une photographie était au nord de 80° Nord. Pourquoi ? Parce qu'ils sont "indisponibles". Encore les satellites Landsat sont près de l'orbite POLAIRE. Il a été rationalisé(décidé) que des photos polaires sont indisponibles pour des raisons de défense stratégique. Si tel est le cas, pourquoi donc les photos du secteur polaire du sud sont-elles aussi indisponible ? Qu'est-ce qui peut être "stratégique" de l'Antarctique ? Est-ce peut-être parce que l'ennemi de l'Internationaliste est cette nation à l'intérieur de Notre Terre Creuse ?

D'autre part, une réponse quant à pourquoi les satellites ne sont pas placés dans l'orbite exacte polaire est qu'ils entreraient en collision avec l'un l'autre s'ils se croisaient tous en un point simple aux pôles. Des satellites de Là les orbitaux les plus polaires sont placés dans l'orbite d'au côté de l'axe polaire de la terre pour permettre le placement d'un nombre plus grand de satellites dans l'orbite polaire. Mais est-ce la raison entière ? Si des ouvertures polaires existent, particulièrement si les ouvertures ne sont pas centrées sur l'axe polaire, donc les satellites seraient placés dans (un)l'orbite polaire plus éloignée au sud de telles ouvertures pour que le manque de gravité sur les ouvertures ne salisse(lèse) pas le modèle orbital du satellite. Tel sembleraient être le cas dans les Satellites Landsat qui ne vont à nouveau qu'environ à 81° degré Nord ou de latitude Sud.

Si un satellite a été placé dans l'orbite sur les ouvertures polaires à disent une hauteur de 300 milles [480 km] et les ouvertures est 600 milles [960 km] dans le diamètre, sur le premier passage le satellite suivrait la courbure de la terre par l'ouverture et s'écraserait sur l'intérieur de la terre. C'est apparemment arrivé quand les premiers satellites ont été mis dans l'orbite polaire dans les années 1950. Plus par la suite.

Objection Six :

"Considérez tous les vols de ligne aérienne commerciaux qui ont été faits entre l'Amérique du Nord et l'Europe via la région polaire. Pas une seule fois n'a été observée quelle ouverture polaire que ce soit, bien que le secteur entier ait été entrecroisé(quadrillé)."

Si nous prenons une carte et dessinons(tirons) une ligne droite d'une ville principale de l'Amérique du Nord à une ville principale de l'Europe, peu si chacun en revoit le pôle, mais à un côté. C'est, en fait, ce que toutes les lignes aériennes font. Ray Palmer écrit dans son magazine, SOUCOUPES VOLANTES, "Beaucoup des lecteurs ont déclaré que des vols commerciaux croisent continuellement le Pôle et la mouche à l'opposé(en face) du côté de la Terre. Ce n'est pas vrai et quoique les fonctionnaires de Ligne aérienne eux-mêmes, quand demandé, puissent dire qu'ils font, ce n'est pas littéralement vrai. Ils font les manoeuvres de navigation qui éliminent automatiquement un vol au-delà du Pôle en une ligne droite, à chaque sens. Demandez aux pilotes de ces vols polaires. Et quand ils viennent au point exact, nommez un vol polaire sur lequel vous pouvez acheter un billet qui croise en réalité le Pôle arctique."

"À L'examen de l'itinéraire des vols à travers le secteur Polaire du Nord nous trouvons toujours qu'ils vont autour du Pôle ou à côté et jamais directement à travers le Pôle lui-même. C'est étrange. Sûrement un vol fait de la publicité comme le passage directement sur le Pôle arctique attirerait beaucoup de passagers qui voudraient avoir cette expérience. Encore, étrangement, aucune ligne aérienne n'offre un tel vol. Leurs itinéraires aériens transmettent toujours un côté du Pôle. Pourquoi ? Est-ce qu'il n'est pas possible que s'ils sont allés directement à travers le Pôle, au lieu de l'atterrissage sur l'opposé de l'autre côté de la Terre, l'avion irait à cette terre au-delà du Pôle, ' le centre du Grands Inconnu, ' comme l'Amiral Byrd l'a appelé ?"

Prytz déclare que les vols de ligne aérienne polaires n'ont pas vu d'ouverture. Mon ami, Ivars Jaunakais, a rencontré un pilote de ligne aérienne à une Conférence d'OVNI dans Phoenix, en Arizona qui lui a dit qu'il a vu l'ouverture polaire du Nord plusieurs fois tandis qu'il était sur des vols polaires. Il a dit que son pilote de ligne aérienne et tous leurs copains savent que l'ouverture polaire existe. Bien sûr, ils n'essayent pas de voler à travers de ce Pôle [de ce trou].
 

Objection Sept :

"Étant donné qu'une ouverture Polaire du Nord existe et de là  des OVNIs quittent et entrent par là, pourquoi ils n'ont pas été suivis à la trace par notre ligne D.E.W. ?"

Sans aucun doute ils l'ont été. Mais puisque le gouvernement américain considère les OVNIs et Notre secret supérieur de La terre Creuse, n'importe quel personnel militaire qui ose divulguer une telle information est sévèrement traité. Toute telle connaissance est considérée comme trop dangereuse pour le commun des citoyens de le savoir par la Conspiration Internationale Illuministe qui contrôle l'armée des États-Unis.

Objection Huit :

"Il n'y a jamais eu d'observations annoncées d'ouvertures polaires par des astronautes, en particulier ceux avec une large vue de La terre comme Apollon 8, 10 et 11."

Le règlement 200-2 de l'Armée de l'air pénalise des employés militaires avec un excellent  10,000 $ dollar et 10 ans de prison s'ils rendent publics des sujets censurés comme les OVNI. Les astronautes étaient sans aucun doute aussi sous des règlements si stricts concernant leurs observations dans l'espace. Cependant, les astronautes ont pris les images qui montrent les ouvertures polaires et ceux-ci sont disponibles sans commentaire par la NASA.
 

Objection Neuf :

"Aucun satellite de l'espace profond (même ceux dans des orbites polaires) avec l'envergure de photo de la Terre qu'il puisse avoir  n'a jamais enregistré une ouverture polaire."

Ici, Prytz, vous pourriez dire, avez vraiment celui qui est un de nous. Il y a certainement un trou dans les photos de l'ouverture polaire pris de l'espace. Mais cela ne signifie pas nécessairement que les ouvertures polaires n'existent pas. Il pourrait signifier que la NASA les dissimule en retouchant n'importe quelles photographies dela  terre pris de l'espace qui pourrait montrer une ouverture polaire. Il y a les ouvriers de la NASA qui ont reconnu que des photos de l'espace ont été retouchées pour éliminer la vue anormale d'OVNIs. Même un scientifique de NASA a admis que les ouvertures polaires existent, mais qu'ils retouchent les photographies pour les faire ressembler à de la glace et de la neige.

J'ai inclus quelques photos de la Terre prise par plusieurs satellites. Cependant, nous avons récemment décidé que la photo ATS 67-HC-723, que pour un creux de longue période de temps les chercheurs de la terre (m'incluant) ont pensé pouvoir montrer que l'Ouverture Polaire du Nord - n'existe pas. Ce qui apparaît au sommet de la photo est le bout du sud du Groenland ET une formation de nuage peu commune au sud de ce qui le fait y ressembler pourraient être une ouverture. Apollon inclus 17 photo de l'Afrique et de l'Antarctique montrant ce qui peut être une vue eliptique de l'Ouverture Polaire du Sud au fond de l'image.

Photo de NASA #72-HC-928 Pris par Apollon 17

Le secteur ellipique au fond de cette photo pouvait-elle être l'Ouverture Polaire du Sud de la Terre ?

NASA -> RadarSat -> Image de l'Antarctique

Des secteurs légers reflètent bien le radar, des secteurs sombres ne le font pas. C'est l'Ouverture Polaire du Sud placée approximativement dans le centre de l'image ? Il est placé à environ 84.4 S de Latitude, 39 W la Longitude, qui est opposé de l'emplacement de mon évaluation la meilleure de l'Ouverture Polaire du Nord à 84.4 N de Latitude, 141 E la Longitude Prise le Printemps de NASA 1997 ATS la photo #67-HC-723

L'encoche au sommet de cette photo ATS a été déterminée à  Lamprecht de l'Afrique du Sud en janvier pour être une anomalie de nuage, pas l'Ouverture Polaire du Nord

Objection Dix :

"Le Pôle antarctique et le secteur d'encerclement (5,300,000) milles carrés par opposition à l'arctique, ne sont pas océaniques, mais couverte de terre ferme, cependant, avec un chapeau de glace de beaucoup de milliers de pieds d'épaisseur. Ce secteur a été largement examiné par avion par le pied{???} en particulier dans la préparation pour et pendant l'IGY{l'Année Internationale Géophysique}. Bien sûr, aucune ouverture polaire du sud n'a jamais été découverte."

Les scientifiques de l'Année Internationale Géophysique sont contrôlés par la Conspiration. Donc nous n'entendons rien de leurs découvertes de la terre au-delà du Pôle. Mais il est significatif que c'était juste une année après le vol de 1956 de l'Amiral Byrd dans l'ouverture polaire du sud, en 1957 de l'Année Internationale Géophysique convoquée sur l'Antarctique. F. Amadeo Giannini, dans son livre, MONDES AU-DELÀ DES PÔLES, ont fait des remarques, "les États-Unis et plus de trente autres nations ont préparé des expéditions polaires sans précédent pour 1957-58 pour pénétrer la terre s'est maintenant avérée s'étendre au-delà de tous les deux points du Pôle. Ma révélation originale de la terre alors inconnue au-delà des Pôles, en 1926-28, a été intitulée par la presse comme ' plus audacieux que tout Jules Verne jamais conçu. '"

"Alors Giannini a cité les déclarations suivantes par l'Amiral Byrd :" 1947 : février. ' Je voudrais voir que la terre AU-DELÀ DU PÔLE. Ce secteur au-delà du Pôle est le CENTRE DU GRAND INCONNU. ' - Vice-amiral Richard E. Byrd, la  Marine des États-Unis, avant son vol de sept heures sur terre au-delà du Pôle arctique. "

"1956 : le 13 janvier. ' Le 13 janvier, les membres de l'expédition des États-Unis ont accompli un vol de 2,700 milles [4320 km] de la base au Son de McMurdo, qui est 400 milles [640 km] au-delà du Pôle. ' - annonce de la Radio, confirmée par la presse du 5 février 1956."

"Avant son départ de San Francisco il a livré l'annonce importante à la radio, ' c'est l'expédition la plus importante dans l'histoire du monde. '"

Et sur son retour de la terre au-delà du Pôle antarctique, Byrd a annoncé, "l'expédition présente a ouvert une NOUVELLE TERRE ÉNORME." (MONDIAL AU-DELÀ DES PÔLES, F. Amadeo Gianinni)

Les ouvertures Polaires ont été découvertes. Mais les États-Unis et l'intelligence de la(d'une) Conspiration Internationale ont pris des mesures autoritaires contre toute la nouvelle publication de cette découverte.

Objection Onze :

"Aucune planète n'est naturellement creuse - indépendamment de la théorie à laquelle on croit quant à comment se forme une planète, la composante de base est qu'une planète devient(se forme) du centre vers l' extérieure - donc, aucune planète ne peut être naturellement creuse."

Au contraire, puisque les planètes sont formées à tour de rôle, avec une bulle fondamentale spirituelle placée à la sphère centrale de gravité, cela cause que le matériel est jeté à l'extérieur du centre de rotation par la force centrifuge laissant une coquille(écorce) creuse précipitée sur la sphère centrale de gravité avec un coeur creux intérieur et central. La poussière spatiale, des roches et des gaz s'accumulent aussi sur la partie extérieure de la sphère centrale de gravité augmentant l'épaisseur de la coquille(l'écorce) creuse de la terre. La force centrifuge et la gravité font naturellement toute la creusité des planètes. Beaucoup d'observations astronomiques indiquent que toutes les planètes sont en effet creuses.

En 1962, le docteur Gordon McDonald de la NASA, a publié un rapport en juillet la question Astronautique, dans laquelle il déclare que selon une analyse des données astronomiques, la Lune semble être creuse : "si les données astronomiques sont réduites, il est trouvé que les données exigent que l'intérieur de la Lune soit moins dense que les parties extérieures. En effet, il semblerait que la Lune est plutôt une cavité qu'une sphère homogène." (ASTRONAUTIQUE, juillet 1962, pp. 14, 15)

En outre, les astronomes ont observé des lueurs des soleils intérieurs de Mars, de Vénus et de Mercure brillant de leurs ouvertures polaires. En fait, nos propres Aurora Borealis et Australis sont causées par le rayon électronique et de proton de radiation fortement chargée du soleil dans Notre Terre Creuse émanant par les ouvertures polaires, entrant en collision avec des atomes atmosphériques et causant ainsi ceux merveilleux "du Nord" et "des Feux du Sud." (Voir des chapitres neuf et dix pour les nouveaux détails sur l'auroras)

Objection Douze :

"La densité de la Terre est 5.52 (à une échelle d'eau égale 1) mais la densité moyenne de la croûte de la terre est 2.7. Donc, l'intérieur de la terre doit consister en une densité beaucoup plus grande que la croûte pour obtenir la densité  moyenne complète de la terre. Une Terre creuse ne serait pas près compatible avec ces faits."

Voici où Prytz pourrait avoir eu quelque chose comme la preuve de son côté de l'argument. Puisque les roches superficielles ont une densité de 2.7 fois un volume égal d'eau, pour la terre pour avoir une densité complète de 5.52, l'intérieur doit être dans la gamme de 10 ou plus grand. Mais une telle densité écarterait-elle la terre d'être creuse ? En réalité, il ne le fait pas. Néanmoins, la découverte que toutes les planètes, des lunes et des étoiles sont des corps creux doivent nécessairement avoir un effet profond sur notre théorie de gravité(gravitation) et comment les planètes sont formées. Peut-être cela peut même exiger une correction dans la formule de gravitation et la constante gravitationnelle. Passons en revue la théorie de gravité comme c'est aujourd'hui et voir où les changements pourraient être faits et si la théorie de gravité(gravitation) présente est compatible avec une planète creuse.

Gravité(gravitation) et Notre Terre Creuse

Le physicien retraité Snyder Al-a écrit plusieurs livres  dans les années 70 discutant les revendications des scientifiques Newtoniens. Dans les LOIS de NEWTON SONT PLEIN DE DÉFAUTS, Snyder des expositions comment illogique est la formule de gravitation attribuée à Isaac Newton. Quand Newton a proposé dans 1687 dans son PRINCIPIA que "il y a un pouvoir(puissance) de gravité se rapportant à tous les corps, proportionnels à plusieurs des quantités de matière qu'ils obtiennent" et que "la pesanteur vers  plusieurs particules de n'importe quel corps est inversement proportionnel à la à distance des particules impliquées," il n'a en réalité jamais exposé  la loi de gravitation avec sa maintenant-familière équation contenant la constante de gravitation G.

En fait, Newton n'a jamais déclaré que la gravité est une traction. Cela pourrait être une poussée. Dans son temps, lesscientifiques ont cru que l'espace était plein d'une matière éthérique par lequel la lumière se propagait. Si l'espace est plein d'une matière éthérique, cela pourrait être la source de cette poussée. La gravité pourrait consister en éther en espace coulant dans toutes les particules de matière. Comme l'éther de l'espace coule par la matière, il manifesterait une pression en cette matière dans la direction où la plupart de la masse est placée. Puisque la plupart de la masse de la terre est placée à l'intérieur de cela, l'éther coulant vers la terre de l'espace passe par nous et tient nos pieds fermement plantés sur la surface de la terre.

Newton n'a pas même dit que la gravité augmente au[vers le] centre de la terre, que les scientifiques revendiquent aujourd'hui . Ils prétendent aussi que n'importe où à l'intérieur d'une sphère creuse tout serait léger. Si tel était le cas, n'importe quels gens vivant à l'intérieur de la terre creuse flotteraient autour[Cette argumentation est fausse et surtout incomplète car notre Terre n'est pas une sphère parfaite ni intérieurement ni extérieurement. Les deux Pôles sont constitués d'un trou; il y a un Soleil interne central; il y a un renflement équatorial extérieure et peut-être aussi intérieur. Il pourrait donc y avoir un certain poids autour de l'équateur dû à ces deux renflements pour les gens de l'intérieur. Et surtou il y en a un important près des trous des deux pôles. De plus la matière n'est pas disposé de façon homogène dans la l'écorce terrestre. Cette hétérogénéité peux produire localement des foyers de gravité non nul à l'intérieur...{J.F.}].

Et il y a d'autre incongruïtés dans la science Newtonienne orthodoxe, comme les distances égales gravisphère entre des corps dans l'espace - que la place où une fusée après son initial brûle dans un cabotage de trajectoire loin d'un corps commenceront à accélérer vers l'autre. Par exemple, Newtonians place la distance égale gravisphère entre la terre et le soleil à 160,000 milles de la Terre et encore la lune est placée à plus de 250,000 milles de la terre. Comment pourraient alors la distance égale gravisphère entre la Terre et le Soleil être placé ENTRE la terre et la lune ? S'il, en était ainsi, la gravité du soleil causerait que la lune tombe de l'orbite de la terre vers le soleil. Le même va pour la distance égale gravisphère entre la Terre et la Lune. Avant les missions d'Apollon qui découvert par le radar la distance de 54,828.7 milles nautiques de la terre que la fusée a arrêtée de ralentir loin de la terre
Et commencé pour accélérer vers la lune, les Newtoniens ont cru que la distance égale gravisphère entre la terre et la lune était 1/81ème de la distance de la lune à la terre, ou environ 3000 milles de la lune. C'est pourquoi les premières investigations envoyées à la lune l'ont manqué en tout ou sont entrées en collision avec la lune - le centre de contrôle visait au passage de(admission) de la distance égale gravisphère a pensé pour être seulement 3000 milles de la lune au lieu des 63,107.8 milles de la lune que c'était postérieurement placé.[Ici également l'argumentation n'est pas valide à 100% car il indique une incompression sur le phénomène de la force centripète nécessaire à maintenir une planète dans son son périple(circuit) autour du Soleil... car cette force centripète est fourni justement par la force gravitationnelle entre les deux corps céleste et que cette force ainsi utilisée ne peut l'être pour autre chose et surtout pour concurencer l'attraction de la Terre sur la Lune. D'ailleurs n'Oubliez pas que le Soleil maintient aussi la Lune en rotation autour de Lui ainsi que toutes les autres planètes de notre système planétaire. C'est pourquoi la force gravitationnelle du Soleil sur la Terre n'est pas à aditionner ou à soustraire à la force gravitationnelle de la Terre sur la Lune. C'est aussi pourquoi la Lune crée le phénomène des marées sur la Terre mais pas le Soleil!!! {J.F.}].
 

Les marées comme calculé par des scientifiques Newtoniens sont même plus incongrues. Ils ont même dû "la souris de Mickey" leur formule de gravité Newtonienne le faire adapter les forces observées de la marée par cubing la distance entre la terre et la lune au lieu de l'utilisation "de la place des distances" comme établi par Isaac Newton dans son PRINCIPIA. C'est parce que, si vous employez la formule de gravitation standard Newtonienne de,

F = GmM/R^2

Le soleil par cette formule manifeste 99.5 % de la gravité imposent aux marées de la terre et la lune seulement .05 %. Cependant, on l'a connu pour des millénaires que la lune manifeste la gravitation plus grande imposent aux marées de la terre, parce que les marées abordent quand la lune aborde, même quand le soleil est en bas. La lune aborde 50 minutes plus tard chaque jour et  aussi font les marées. Nous SAVONS que la lune manifeste la gravité plus grande imposée aux marées, encore la formule de gravité Newtonienne dit qu'il ne le fait pas. Pour les nouveaux détails et des calculs voir mon papier de gravité l'Origine, la Cause et le Contrôle de la Gravité - Trouvé!

Il y a un besoin défini de réviser notre physique et des théories de gravité pour résoudre ceux-ci et ces incongruences avec la physique actuelle. La physique de la planètes creuses devra être incluse dans la révision. Peut-être nous pouvons même réaliser la réalisation de la Théorie illusoire Unie Des champs tandis que nous sommes là-dessus.

Avant  les jours d'Albert Einstein, il y a eu ceux qui ont remarqué des ressemblances entre les formules de force différentes. Cela a l'avance à la croyance en la possibilité d'une Théorie Unie Des champs dans laquelle peut-être une formule décrirait toutes les forces de la nature. L'existence sous-jacente de toute une substance pénétrante éthérique qui contribuerait au développement de toutes les forces de la nature serait certainement le commencement. L'éther qui remplit l'immensité de l'espace doit être accepté comme une réalité. Le pas suivant chercherait des ressemblances entre les forces et les formules décrivant ces forces pour une réconciliation des formules dans une formule de Théorie Unie Des champs qui s'appliquerait à toutes les forces de la nature. Par exemple, remarquez la similitude entre la formule de gravitation mentionnée ci-dessus Newtonienne et la formule électrostatique,

F = k Qq/d^2

Voyez les constantes et voyez les deux corps et tous les deux sont séparés par une distance au carré. Les différences consistent en ce que les corps électrostatiques sont évalués quantitativement avec les charges opposé de signe où comme les corps de gravitation sont évalués quantitativement par la masse et la distance entre des corps électrostatiques est mesurée de leurs surfaces, mais les corps de gravitation de leurs centres. Si nous devions unifier ces formules dans une, les différences doivent être résolues.

Commençons par les distances qui les séparent. Tous les deux sont variés quant à leurs distances au carré. La seule différence est ici le point de départ de la mesure un du centre, autre de la surface des corps agissants réciproquement.

Rappelez-vous ce Newton exposé dans son PRINCIPIA que, "la pesanteur vers les nombreuses particules de n'importe quel corps est inversement proportionnel aux distances des particules qui les séparent." Rien n'est mentionné de mesurer la distance du centre des particules. Semblable aux forces électrostatiques entre deux corps, la force de gravité de la formule de gravitation peut seulement être appliquée à deux corps séparés par une distance. Il ne décrit pas la force de gravité dans un corps.

Un des défauts définis de théorie de la gravité Newtonienne est sa supposition que le centre de gravité est placé dans le centre de la terre. Bien que la gravité (l'éther) coule dans le soleil central suspendu dans la cavité de la terre, il coule aussi vers la surface intérieure, permettant ainsi aux habitants intérieurs de la terre de faire planter leurs pieds fermement sur la surface intérieure au lieu de l'action de flotter tout comme les Newtoniens le maintiennent(entretiennent). Le défaut dans leur théorie de la gravitation est qu'ils supposent que toute la gravitation à l'intérieur de la terre coule vers le centre de la planète. Cependant, une lecture plus proche de Newton au-dessus de la déclaration sur la gravité indique que la force de gravité varie "inversement à la distance [au carré]" entre toutes "les particules" de matière dans la terre.

La gravité coule vers les concentrations les plus grandes de la matière(densité plus grande). Dans une planète creuse, il y a deux concentrations de matière, la coquille(l'écorce) creuse et le soleil intérieur. Donc, la gravité coulera vers la coquille(l'écorce) de dehors et de l'intérieur ET vers le soleil intérieur le tenant suspendu dans la cavité de la planète. Cela signifie que le centre de gravité dans la coquille(l'écorce) d'une planète creuse serait dans sa coquille(son écorce), pas dans le soleil central. Le guide dans ETIDORPHA a affirmé que le centre de gravité dans l'épaisseur le 800 mille de la coquille(l'écorce) de la terre est 700 milles en bas de la surface extérieure. Cela indique une concentration plus grande de la matière plus dense vers la surface intérieure que vers la surface extérieure de la coquille(l'écorce). En fait, le centre de gravité dans la coquille(l'écorce) serait en réalité une sphère, une sphère centrale de gravité où l'éther coulant des surfaces extérieures se rencontre. Le flux résultant de gravitation de l'éther serait à cette profondeur coulant dans toutes les directions. Une personne placée à la sphère centrale de gravité flotteraient comme s'il était dans l'espace, seulement il serait entouré par le véhicule spatial et la matière de la coquille(l'écorce) de la terre.

La théorie newtonienne maintient(entretient) que l'accélération de la gravité augmente vers le centre de la planète aboutissant aux pressions énormes qui créent la grande chaleur qui cause  "le coeur extérieur" pour être fondue. L'explorateur intérieur de la terre qui s'est appelé "je suis l'homme" dans ETIDORPHA, a annoncé que comme lui et son guide est descendu par des cavernes communiquantes ils ont graduellement perdu du poids jusqu'à à la sphère centrale de gravité ils ont pesé le zéro. À une profondeur d'autour de 200 milles de la surface extérieure il était capable de marcher à pas de géant comme  s'il était sur la lune à la 1/6ème gravité exigeant très peu d'effort pour se déplacer. À 700 milles de la surface extérieure ils flottaient en air. L'augmentation de pressions pour une distance courte de l'une ou l'autre surface comme l'accélération de la gravité dans la masse des diminutions de la terre, mais fait alors pression sur des diminutions vers la sphère centrale de gravité. Le flux résultant de gravitation se compense graduellement et des diminutions de poids à 0 comme on s'approche de la sphère centrale de gravité. Il n'y a AUCUN fusion "du coeur extérieur." Le coeur extérieur est en réalité la cavité de la terre par laquelle AUCUNE vague de tremblement de terre ne passe. Voir le Chapitre Onze, les Tremblements de terre Prouvent que Notre Terre est Creuse! Pour de nouveaux détails de tremblements de terre.

Snyder Al-a désigné autre incongruënce dans la formule de gravitation Newtonienne. En cela en comparant deux jeux d'aimants, un met 10 fois plus de pouvoir(puissance) que le premier. En employant la formule Newtonienne, il a montré que pour le premier jeu des aimants de pouvoir(puissance) 1,

F = m * M / R^2

1 = 1 * 1 / 1^2

Mais pour le deuxième jeu d'aimants 10 fois plus puissant que le premier,

100 = 10 * 10 / 1^2

Newtonians maintiendraient(entretiendraient) que le deuxième mis d'aimants est 100 fois plus puissant que le premier jeu, au lieu du réelles 10 fois plus puissant que nous SAVONS qu'ils sont. Donc, Snyder a conclu que dans la formule de gravitation Newtonienne, F est en réalité au carré,

F^2 = m * M / R^2

Pour le deuxième jeu d'aimants 10 fois plus puissant,

10^2 = 10 * 10 / 1^2

F = 10

Cela pourrait-il signifier que la force que nous attribuons à la gravité est manifestée par une beaucoup moins grande quantité de matière que l'on pensait précédemment  pour être le cas ? Et ce pourrait-il que beaucoup moins de quantité de matière dans une terre creuse manifeste la force de gravité que nous observons pour la terre ? Les Newtoniens ont présumé d'une masse de terre beaucoup plus dense qu'une planète creuse semblerait avoir.

Cependant, même si nous supposons que la masse Newtonienne et la densité pour la terre sont corrects, cela n'écarte pas que la terre soit creuse. Cela pourrait toujours être creux même avec une densité de 5.5 gm/cc. Passons en revue comment la masse et la densité de la terre sont déterminés.

Les Newtoniens assument, selon la Deuxième Loi du Newton, que l'élan d'une petite masse accélérant vers la terre près de sa surface est égal à la force de gravitation de la terre agissant sur cette petite masse :

F = m * a

La Formule d'Élan (la Deuxième Loi de Newton)

F = GmM/R^2

La Formule de Gravitation Newtonienne

M * a = GmM/R^2

En résolvant pour a, le m massif se compense,

a = GM/R^2

Nous pouvons maintenant résoudre pour le M, la masse de terre,

M = a * R^2 /G

Utilisation de la Constante Newtonienne de Gravitation ,

980.665 * 4.0678884 x 10^17 / 6.67259 x 10 ^-8 à 5.978541732 x 10^27 gms

La masse Newtonienne de la Terre

De la formule de Densité

D = M/V

Nous obtenons la densité Newtonienne de la terre.

Du volume d'une formule de sphère,

V = PiD^3/6

Le volume de la terre est 1.082 * 10^27 cc.

La densité Newtonienne de la terre est alors :

5.978541732 X 10^27 gms / 1.082 * 10^27 cc = 5.525 gm/cc

Puisque les roches superficielles ont une densité de 2.7 en moyenne, l'intérieur de la terre doit être au moins aussi dense que l'acier (environ 8 fois plus dense que l'eau, l'eau = 1) pour parvenir à la densité Newtonienne moyenne de la terre de 5.5 (8.3 + 2.7 / 2 à 5.5).

Maintenant nous demandons(posons) quelques questions. Par exemple, combien dense une terre creuse serait-elle ? Cela serait-il nécessairement moins massif que la revendication de Newtonians ? Comment la théorie de gravité devrait-elle être révisée pour tenir compte d'une planète creuse ? Et si la formule de gravitation et la constante de gravitation avaient besoin d'être révisées, que seraient-elles ?

Ceux-ci sont des questions qui ont besoin de réponse si des planètes creuses sont une réalité. Pour un examen(revue) en cours de la gravité et comment il peut affecter la terre creuse, voir mon étude sur l'Origine, la Cause et le Contrôle de Gravité - Trouvé!

Pour le moment, visitons l'idée de si une densité de la terre de 5.525 gm/cc pourrait être creuse.

Supposition de l'épaisseur de la coquille(l'écorce) de la terre à 800 mi ou 1,287.48 km,

Diamètre de la cavité de la Terre : Épaisseur de la coquille(l'écorce) de la Terre x 2 - Diamètre de Terre

800 mi x 2 - 8000 à 6400 mi

Ou

1,287.48 Km x 2 - 12,756 à 10,181 km Ou 1.018104445 x 10^9 cm

Volume de Cavité :

3.14159265 X (1.018104445 x10^9) ^3/6 à 5.525551394 x 10^26 cc Volume de Terre - Volume de Cavité = Volume de Coquille(l'écorce) : 1.086781293 x 10^27 cc - 5.525551394 x 10^26 cc = 5.342261531 x 10^26

Densité de Coquille(l'écorce) = Masse de Terre / volume de Coquille(l'écorce) :

5.978541732 X 10^27 gms/5.342261531 x 10^26 cc = 11.19 gm/cc

Cela suppose que la plupart de la masse de la terre est placée dans sa coquille(son écorce). Comme vous pouvez voir, la physique Newtonienne exigerait une densité de coquille(l'écorce) moyenne presque aussi dense que l'avance(plomb) (11.3). Et puisque les roches superficielles sont 2.7, alors l'intérieur de la coquille(l'écorce) doit être plus grand que la densité moyenne.

La densité intérieure employant la masse Newtonienne de la terre exige que l'intérieur de la coquille(l'écorce) auraient une densité de 2 * 11.19 - 2.7 à 19.68, qui est plus dense que l'or (19.3). Le Platine est 21.4, donc une densité de coquille(l'écorce) intérieure de 19.68 n'est pas au-delà du royaume des possibilités. En fait, si la terre est creuse comme nous maintenons(entretenons), la coquille(l'écorce) intérieure devrait nécessairement être d'une densité plus grande pour donner à la planète creuse assez de force pour tenir sa forme creuse.

Donc nous pouvons dire qu'une densité de coquille(l'écorce) de 11.19 gm/cc pourrait être dans le royaume des possibilités. Après tout, la terre résonne comme une cloche après un plutôt grand tremblement de terre. Une cloche est creuse et est faite de métal, de même qu'une terre creuse peut l'être.

Nous pourrions demander combien de la masse de la terre seraient contenu par le soleil intérieur ? En réalité, un soleil intérieur du diamètre estimé de 600 milles [965 km] contiendrait très peu de la masse de la terre.

La supposition du soleil intérieur ayant une densité de verre que je prétends que toutes les étoiles sont en réalité des cristaux au lieu de la combustion du gaz, c'est massif seraient seulement .01 % de la masse de la masse Newtonienne de la terre.

V = pi D^3 / 6

Pi * (600 mi * 1.60934722 km * 100,000 cm) ^3 / 6 à 4.714130881 x 10^23 cc

Volume de soleil intérieur

Supposons que le soleil intérieur est aussi creux et a une coquille(une écorce) 10 % de ce diamètre, ou 60 milles. Cela donnerait à la cavité du soleil un volume de 2.413635011 x 10^23 cc. Donc le volume de cela est la coquille(l'écorce) seraient 2.30049587 x 10^23 c mutiplié  par 2.6, que la densité de verre donne,

Masse = Volume * Densité

= 5.981289262 x 10^23 gms, Masse de soleil intérieur

Divisé par masse de terre de 5.978541732 x 10^27 gms

=. 000100046 * 100 à .01 %

Si le soleil intérieur est composé de gaz comme la science orthodoxe maintient(entretient) des étoiles consistent en, donc ce pourcentage serait beaucoup moins. De beaucoup, la plupart de la masse d'une terre creuse serait placée dans sa coquille(son écorce).

Une autre possibilité, vous pouvez dire, êtes que la coquille(l'écorce) de la terre est plus épaisse que 800 milles qui lui donneraient une densité de coquille(d'écorce) inférieure moyenne. Cela aussi, pourrait être une possibilité. Quelque méthode de déterminer l'épaisseur de la coquille(l'écorce) doit être inventée. Cela pourrait facilement être déterminé en entrant à la cavité de la terre par une ouverture polaire et des vagues de radar de rebonds de l'opposé du côté de l'intérieur creux.

En tout, en réalité, je ne vois rien dans la masse Newtonienne et la densité de la terre qui exclurait complètement la terre d'être creuse. Les vagues de tremblement de terre ont été remarquées pour se plier comme ils descendent dans la terre les causant se courber soutiennent à la surface avant le coup de la discontinuité à l'intérieur de la terre que la revendication des scientifiques est le coeur extérieur. Cela indique que la terre augmente dans la densité avec la profondeur qui est compatible avec une coquille(une écorce) creuse employant la masse Newtonienne de la terre. En fait, si la terre est creuse et la masse Newtonienne de la terre exigeant une densité accrue avec la profondeur est correcte, donc cela exclurait en soi leur revendication sur un intérieur en fusion. Cette discontinuité à l'intérieur de la terre pourrait être la surface intérieure. Pour les nouvelles discussions d'email sur la gravité cliquer ici.

Après l'application de la physique Newtonienne aux planètes et la supposition qu'ils sont toutes creuses avec des coquilles(écorces) ayant une épaisseur de 10 % de leurs diamètres, il s'avère que toutes les planètes incluant le soleil auraient des surfaces solides (avec une exception possible étant pour  Saturne avec une densité de coquille(d'écorce) de 1.26 qui est plus proche de la densité de l'eau = 1). Avec la surface gravitique près de celui des soleils de la terre et intérieurs qui créent leurs champs planétaires magnétiques et qui émettent des vents solaires par des ouvertures polaires pour allumer leur auroras, il est même plausible que la plupart contiennent des conditions intérieures atmosphériques semblables à la terre contribuante à une biosphère/flore(plante), la vie animale et humaine sur leurs intérieurs. Pour la nouvelle information voir l'Origine, la Cause et le Contrôle de Gravité - Trouvé!

Objection Treize :

"Le champ magnétique de la terre ne pourrait pas être représenté si la Terre était creuse, comme c'est le Noyau terrestre agissant comme une dynamo qui produit le champ magnétique."

La rotation de la coquille(l'écorce) de la terre creuse autour du soleil presque stationnaire dans le centre du vide de la terre cause le champ électromagnétique de la terre. (Pour plus d'information sur le champ électromagnétique de la terre voir le chapitre onze Les Tremblements de terre Prouvent que Notre Terre Est Creuse! Et chapitre douze Notre Terre Creuse et le Plat Système Tectonique).

Objection Quatorze :

"Des augmentations de température de La terre proportionnelles aux augmentations de profondeur. On connaît cela comme le gradient thermal et la valeur est 150 degrés Fahrenheit par le mille. Ainsi après que des profondeurs relativement courtes sont atteintes, la température s'approche du point de fusion de beaucoup de roches. Si une race de gens a vécu dans la Terre souterraine, ce serait juste une enceinte chaude pour eux."

Le professeur Mohr de Bonn ont  produit quelque vraie lumière sur ce sujet. Marshall B. Gardner, dans son livre, un VOYAGE À L'INTÉRIEUR DE LA TERRE a écrit, "Chaque lecteur est mis au courant de ce fait, comme annoncé par des mineurs et d'autres observateurs, que plus on creuse dans la terre  plus chaud il fait. C'était cette idée qui a mené les gens pour croire que s'ils ont creusé loin assez ils viendraient à une profondeur où il était si chaud que tout serait dans une condition de fusion. Mais cette idée, aussi, ne doit pas aller, comme étant plus conformément à la preuve. Le professeur Mohr de Bonn a écrit un papier très important sur les enquêtes thermométriques des 4,000 pieds ennuyeux à Speremberg qui constate que tandis qu'il y a une augmentation de température, comme nous descendons(baissons), le taux de cette augmentation arrive moins et moins tout le temps, pour que bientôt ce soit le zéro; c'est-à-dire il n'y aura plus d'augmentation et le point auquel la chaleur cesserait d'augmenter seraient environ 13,550 pieds." (Gardner, p. 357)

La terre n'est pas assez rigide pour être solide entièrement. Dans Monsieur G. H. Le livre de Darwin, LES MARÉES ET LES PHÉNOMÈNES ANALOGUES DU SYSTÈME SOLAIRE, il écrit, "le corps de la terre, sur lequel le lit des océans, ne peut pas être absolument rigide. Aucun corps n'est. Il doit être déformé plus ou moins par les séductions du Soleil et de la Lune." Donc il montre comment ces séductions sont calculées. Il fait cela en mesurant la marée bimensuelle. Par la marée bimensuelle est signifié "... Une inégalité infime dans la hauteur de marée, ayant une période d'environ une quinzaine, selon l'inclination de l'orbite de la lune autour de l'équateur. Maintenant la quantité que la marée bimensuelle océanique aurait si la Terre était absolument rigide peut être calculée."

Les résultats de ces calculs montrent que la terre cède dans une certaine mesure sous la force de l'attraction de la lune et le cédant n'est pas assez petit pour nous justifier dans l'énonciation que la terre est pratiquement rigide et il n'est pas assez grand de suggérer que la terre ait un intérieur liquide.

Gardner écrit, "Maintenant, si la terre n'est pas un corps solide, rigide d'une part ou un corps couvert coquille visqueux ou liquide d'autre part - et comme nous avons vu les scientifiques peuvent s'avérer ni une chose ni l'autre - n'est là laissée, mais une possibilité - que la terre est creuse..." (Gardner, pp. 342-50)

Concernant la théorie liquide-intérieure, Gardner écrit : "des vieux gens liquides-intérieurs, il n'est pas nécessaire de dire beaucoup. Leur jour est fini. Les scientifiques ne mettent plus de créance en cette notion - c'est seulement dans des livres scolaires dont il survit." Il cite A grandi dans son, LE ROMAN DE GÉOLOGIE MODERNE, de l'impossibilité d'un intérieur en fusion : " Car cela laisseraient un océan en fusion plus de 7900 milles à travers n'importe quelle voie dans lequel il a été mesuré : 7900 milles profondément, 7900 milles larges, 7900 milles de long si nous prenons 8000 milles pour être le diamètre de la terre. Nous tous savons quelles grandes marées le soleil et la lune par leurs séductions lève dans l'océan extérieur de la terre d'eau. Pensez quelles marées ils lèveraient dans cet océan intérieur de roche fondue et le métal. La croûte de la terre ne serait pas capable de contenir de telles marées. La substance fondue se casserait toujours par fragiles trente milles de roche extérieure solide comme si c'était la coquille d'oeuf. Deux fois par jour il y aurait les éruptions de lave assez énorme pour submerger des continents. "

Depuis que Gardner a écrit son livre en 1920, les scientifiques ont décidé que la terre est partiellement solide et partiellement  liquide - puisqu'il ne peut pas être tout solide, ni pratiquement tout liquide. La théorie d'aujourd'hui de l'intérieur de la terre dit que la terre fait entourer un coeur solide par un coeur liquide extérieur. Alors la cape jusqu'à la croûte est quelque peu en plastique avec une croûte solide à la surface. Mais le fait que les tremblements de terre arrivent en bas à 450 milles doit prouver aux scientifiques que la croûte doit prolonger(étendre) en bas au moins cela loin. Et s'il s'étend ce loin en bas, le gradient thermal de Prytz est évidemment mal puisque les tremblements de terre ne peuvent pas arriver dans la lave fondue. (Voir le chapitre onze Tremblements de terre Prouvent que Notre Terre est Creuse! Pour les nouveaux détails)

Objection Quinze :

"La pression augmente aussi avec la profondeur. Aucune cavité dans la Terre ne peut exister à une profondeur plus grand que 40 milles en bas en raison de la pression des roches étant couchées."

L'opposé de cela est vrai. Tandis que la pression augmente avec la profondeur pour le 10 premier à 30 milles, il commence alors à diminuer comme on s'approche de la sphère centrale de gravité. Selon notre théorie, à la profondeur de 700 milles le centre de gravité dans une croûte épaisse de 800 milles est atteint où tout est léger et la pression est zéro[Ceci n'est pas nécessairement vrai -- il faut bien distinguer la pression de la l'intensité gravitationnelle. La gravité peut être nulle tandis que la pression est au maximum.{J.F.}]. Même comme le poids et la diminution de pression comme on descend dans la terre, les cavités deviennent plus grandes et plus grandes. L'homme pris dans la caverne du Kentucky par son guide comme enregistré dans ETIDORPHA, est finalement venu à une cavité 150 milles en bas avec une longueur de 6000 milles dans lesquels mettent un lac géant. Des observations immédiates sont certainement plus fiables que des théories basées sur l'imagination.

Objection Seize :

"Les vagues de Tremblement de terre ont été enregistrées voyageant par le diamètre entier de la Terre, plusieurs fois, en beaucoup de places. Ces vagues de tremblement de terre peuvent seulement voyager par des aliments solides et des liquides. Si la terre était creuse, ces vagues tremblantes ne pourraient pas être détectées."

On connaît des vagues de tremblement de terre voyageant en bas{en profondeur} dans la croûte de la terre pour rebondir en arrière à la surface. Les scientifiques disent qu'ils rebondissent d'un coeur dur. Ils pourraient aussi rebondir d'une surface intérieure qui aboutit à l'air - l'intérieur creux. Le fait que chaque fois qu'il y a un grand tremblement de terre, est là un grand secteur sur l'opposé du côté de la terre commençant à 103 degrés de l'épicentre où pas ou très peu de vagues de tremblements de terre s'étendent. Les scientifiques prétendent que c'est causé par le coeur fondu extérieur par lequel aucune vague de tremblement de terre de S-type ne peut passer. Des vagues de P-type Faibles atteignent la zone fantôme. Depuis P-tapent des vagues peuvent passer par le liquide, les scientifiques revendiquent que la réception de vague de P-type faible dans la zone fantôme passe en réalité par leur coeur fondu extérieur et le coeur solide intérieur pour atteindre l'opposé du côté de la terre avec quelque courbure comme ils passent par des couches de densité différentes. Mais les P-vagues pourraient aussi se plier autour de notre coeur creux à être reçu faiblement dans la zone fantôme. En réalité, la Zone Fantôme EST la preuve(évidence) de la cavité dans la terre.

La terre, en fait, tremble constamment comme une bulle de savon, qui est creuse. La cause d'entre ceux-ci présente "jamais des micro-tremblements de terre" n'a jamais expliqué selon la théorie solide-liquide de la terre, mais seraient l'espérance naturelle d'un globe creux. Un intérieur liquide-solide absorberait ces micro-tremblements de terre donc ils n'existeraient pas même dans une terre solide-liquide. Le fait que chaque fois qu'il y a un grand tremblement de terre la terre vibre comme une cloche est seulement plus de preuve que Notre Terre est Creuse, comme une cloche! (Voir le chapitre onze Tremblements de terre Prouvent que Notre Terre est Creuse! Pour les nouveaux détails)

Objection Dix-sept :

"Si la Terre était creuse, la caverne  sur elle devrait faire pression, des points faibles dans la croûte de la Terre, des impacts de météore, des tremblements de terre, etc"

Bien sûr, cette supposition que la terre creuse, la caverne dedans, est basée sur l'idée fausse que la gravité tire tout au centre de la terre. Concernant cela, Gardner des réponses, "la réponse à cela est, que dans la gravitation ce n'est pas la position géométrique qui compte. Le centre, dans le sens géométrique du mot, ne s'applique pas. C'est la masse qui attire. Et si la grande masse de la terre est dans sa coquille(son écorce) épaisse, c'est la masse de cette coquille(obus) qui attirera et pas un simple point géométrique qui n'est pas dans la coquille(écorce) du tout, mais 2900 milles[4640 km] de distance de cela, comme c'est la distance approximative entre le soleil central et la surface intérieure de la terre. En fait, c'est la distribution égale de la pesanteur jusqu'à la fin de la coquille(l'écorce) qui tient le soleil suspendu dans l'endroit qui est équidistante de chaque partie de cette coquille(écorce). Quand nous sommes sur l'extérieur de la coquille(l'écorce) c'est la masse de la coquille(l'écorce) qui nous attire à sa surface. Quand nous passons à l'intérieur de la coquille(l'écorce) que la même force tiendra toujours nos pieds solidement plantés sur le côté intérieur. "(Gardner, p. 34)

Une haute concentration de métal dans son état pur placé dans la sphère centrale de gravité - le centre de gravité - donne à la terre la rigidité d'une boule d'acier. En fait, l'ENCYCLOPÉDIE AMERICANA dit : " des plus grands tremblements de terre mêmes causent que la terre vibre comme une CLOCHE pendant plusieurs heures, avec une période fondamentale de vibration de 54 minutes." Notre terre est comme une cloche, qui est CREUSE!

Objection Dix-huit :

"Si la Terre était creuse, il causerait des variations dans l'orbite d'un satellite en particulier autour des ouvertures partout où ils pourraient exister. Si un satellite passe sur un secteur où la masse est ou bien plus haut ou bien plus bas que d'habitude, les changements dans l'orbite arriveront. C'est comment mascons massif sur la Lune a été défini exactement - par des déviations du normal des Navettes spatiales orbitales lunaires. Si quelqu'uns de milliers des pièces de matériel orbital de La terre passent sur une ouverture de Terre creuse, des déviations semblables doivent arriver. Aucun n'a jamais été observé ."

Les anomalies négatives sur les ouvertures polaires sont si grandes que les États-Unis ont perdu des satellites sur eux. Au début des années 1960 où les États-Unis essayaient de mettre ses premiers satellites dans l'orbite polaire, ils ont continué à les perdre sur le Pôle arctique avant qu'ils n'aient décidé de les mettre dans l'orbite de chaque côté de l'ouverture polaire. Quand ils ont essayé d'envoyer leurs satellites sur l'ouverture polaire, plusieurs cônes satellites ont été perdus parce qu'ils ont suivi la courbure de la terre dans l'intérieur creux de la terre où ils se sont effondrés. (SECRET DES ÂGES, p. 130)[Pas nécessairement car près et au-dessus des trous l'intensité gravitationnelle diminue, mais pas la vitesse de ces satellites: ils sont au contraire propulsés plus haut dans le ciel à cause de cette légèreté qui diminue la force centripète exercé sur eux, ainsi leur trop grande vitesse les fait aller un peu plus horizontalement les éloignant ainsi du centre de la Terre. Lorsqu'ils arrivent de l'autre côté du trou, ils sont si haut que cette force centrupète de la Terre exercée sur eux n'est plus suffisante pour les retenir en rotation orbitale autour de la planète étant donné leur vitesse inchangée... Aussi ces satellites s'éloignent de plus en plus de la Terre allant se perdre dans l'espace. Il ne faut pas les comparer à des avions vollant à de bas niveaux et à de faibles vitesses!!! {J.F.}

Ray Palmer a écrit en 1959, "la preuve la Plus récente qu'il y a quelque chose d'étrange aux Pôles de la Terre entre dans le lancement de satellites d'orbite Polaires. Les Six premières de ces fusées lancées par les États-Unis de la côte de Californie étaient pleines de déceptions - et des surprises. Les deux premier, bien que des lancements parfaits, ont semblé mal tourner à la dernière minute et bien que présumé être dans l'orbite, a échoué (montrer) sur le premier passage complet autour de la Terre. Techniquement la conversation, ils ont dû entrer à l'orbite mais ils n'ont pas fait. Quelque chose est arrivée et l'emplacement de cela était quelque chose dans le secteur Polaire."

"Les deux suivantes fusées renvoyées(tirées) ont réalisé des orbites. Ce qui a été fait par ' des curiosités élevantes, ' pour ainsi dire, et essayant d'obtenir une orbite plus haute, avec un grand degré d'excentricité, c'est-à-dire un haut point d'orbite au-dessus des pôles et un point bas d'orbite aux secteurs équatoriaux. Il a été admis que cette orbite excentrique produirait une orbite de courte durée, mais il donnerait aussi l'avantage de lectures aux hauteurs largement diverses au-dessus de la Terre. Particulièrement intéressant était les lectures attendues au-dessus des Pôles, à cause de la découverte de l'anneau de radiation qui entoure la Terre comme un beignet énorme, avec des ouvertures à tous les deux Pôles (les Ceintures de Radiation de Van Allen)..."

Les deux satellites suivants ont porté des ogives semblables à ceux dans lesquels un astronaute futur serait envoyé dans l'orbite. Dans chaqu'un était un émetteur de radio puissant, qui était possible parce que le cône était de la taille d'une automobile et a porté des batteries lourdes. Aussi inclus étaient les feux puissants qui pourraient être illuminés au temps approprié. La technique de sortir ce cône du satellite devait le laisser tomber par un dispositif déclenché de radio quelque part au nord de l'Alaska. Une fois baissé, le cône a perdu l'altitude et a passé autour de la Terre pour encore une révolution sur son orbite. Ayant venu sur le Pôle c'était alors bas assez (a calculé les hommes de fusée) pour baisser dans l'atmosphère sur  Hawaii, où un parachute le laisserait descendre lentement à la surface de la Terre et des avions là énormes attendus, manipulé pour "pêcher" le cône descendant et le prendrait dans l'avion avant qu'il n'ait plongé dans l'océan et récupérer ainsi son contenu important intact, sans dégâts d'atterrissage d'accident. "

"À toutes les deux occasions le suivant arrivé : On n'a pas entendu les signaux radio puissants du tout. On n'a pas vu les feux du tout. Radar, avec une gamme d'au moins 500 milles détectés absolument rien. Chaqu'un "des sauvetages"était un échec complet parce qu'il n'y avait rien  à prendre..."

"Chaque lancement était parfait. Les orbites fin déterminées quant à la distance exacte, la vitesse, ont été réalisées et suivies constamment à la trace, etc . Encore, quand l'acte final est fait et le cône est détaché avec succès selon le contrôle de dispositifs signalant le détachement, tout tourne mal et le résultat est la disparition complète et inexplicable du cône..."

"Peut-il être que la raison pour laquelle le cône descendant ne vient pas sur le Pôle sur ce dernier passage bas est parce que le Secteur Polaire est mystérieux dans la mesure, pas dans le secteur calculé par les hommes de fusée et donc non pris en considération ? Ce peut-il être que l'ogive est tombée à la Terre à l'intérieur de ce" la terre de mystère "découvert par l'Amiral Byrd ? Où autrement ont-ils pu partir ? Si on  donne la Terre aux Pôles des cartes d'aujourd'hui, quatre essais successifs" à bas niveau " se pourrait-il que des lancements donnent le même résultat inexplicable - la disparition peu raisonnable ?" (ATTERRIT AU-DELÀ DES ÔLES par Ray Palmer, la publication. Par Barker Gris, pp. 13-14)

Aujourd'hui il n'y a aucun satellite dans l'orbite polaire qui va directement sur les Pôles. Ceux dans l'orbite polaire tous vont à un côté ou autres des ouvertures polaires. C'est-à-dire tous sauf deux. Il y a deux satellites qui ont été découverts dans l'orbite polaire qui va directement sur les Pôles. Ces satellites n'appartiennent à aucune nation connue sur la terre. Et ils diffèrent de nos satellites. Ces deux satellites mystérieux consistent en roche environ 15 tonnes dans la taille. (RAPPORT D'OVNI août 1977, p. 29)

Il semblerait que ces deux satellites "de roche" polaires appartiennent à la nation à l'intérieur de Notre Terre Creuse qui sait comment causer que leurs satellites indemnisent du manque de gravité sur les trous polaires. Ces satellites de roche ne peuvent pas être pensés pour être les météorites qui sont entrés à l'orbite polaire. C'est le consensus des scientifiques que la possibilité de météores entrant à l'orbite autour de la terre de leur propre entente est pratiquement impossible. Et la possibilité de DEUX entrée dans la même orbite et l'installation des orbites stables EST impossible sans conseils intelligents.

Dans le résumé des preuves scientifiques de Notre Terre Creuse, nous maintenons(entretenons) que :
 

(http://www.geocities.com/Area51/Shadowlands/6583/under011.html)
(http://www.geocities.com/Area51/Shadowlands/6583/under012.html)

1.) Les explorateurs sont partis verscette terre au-delà des pôles et sont revenus pour annoncer leurs découvertes. Richard Evelyn Byrd, l'Amiral de la Marine des Etats-Unis  a volé à bord de son avion par les Ouvertures Polaires du Nord et du Sud en 1929, en février 1947 par l'Ouverture Polaire du Nord et le 13 janvier 1956 par l'Ouverture Polaire du Sud. (SECRET DES ÂGES, p. 114, MONDES AU-DELÀ DES pôles, par Giannini)

Le Dirigent Hubert Wilkins a atteint cette terre au-delà du Pôle antarctique le 12 décembre 1929 (des MONDES AU-DELÀ DES pôles, Giannini)

Olaf Jansen [en ballon] l'a atteint et y est descendu  le 15 août 1829 par l'Ouverture Polaire du Nord. (LE DIEU FUMEUX, p. 89)

Le patient du docteur Nephi Cottom de Los Angeles a visité cette terre par l'Ouverture Polaire du Nord en ce siècle-ci.

Le camarade, revendiqué par le Chercheur de La terre Creuse Bruce Walton, de l'Utah Provo, pour être William Morgan, qui a écrit un livre aux environs de 1826 révélant les secrets de Maçonnerie et a par la suite annoncé pour avoir été tué par les Maçons et avoir été jeté dans une rivière, appelée lui-même "je suis l'homme", dans ETIDORPHA, avaient en réalité été pris par les Maçons et a fait suivre un voyage dans la Terre Creuse par des cavernes communiquantes commençant à une entrée dans le Kentucky {Mommounth}.

Le scientifique danois et l'explorateur Edmond Bork ont mené une expédition dans Notre Terre Creuse en 1991. Voir le rapport de presse dans les Autres Collections à la fin de ce livre.

2.) Les pôles magnétiques ne coïncident pas avec les pôles géographiques. Une terre creuse avec un soleil presque stationnaire intérieur provoquerait le champ géomagnétique de la terre comme la coquille de la terre tourne autour du soleil intérieur presque stationnaire. Puisque la terre a été renversée sur son axe dans l'histoire passée géologique, le soleil intérieur conserve toujours son orientation originale et c'est ce qui cause que les pôles géomagnétique ne coïncident pas avec l'axe géographique de la terre.

3.) Les icebergs proviennent de rivières à l'intérieur des ouvertures polaires qui gèlent en hiver et se détachent, et sont poussées par la suite au dehors à la mer en été.

4.) Des mammouths sibériens gelés et d'autres animaux sauvages qui vivent à l'intérieur de la Terre, comme le rhinocéros velu, le renne, l'hippopotame, le lion et l'hyène, vont à l'automne dans les rivières gelées où ils sont gelés et plus tard poussés dehors avec les icebergs.

5.) Nombreux poissons, comme, le maquereau et le hareng; les animaux, comme, la baleine, le cachet, le renard Arctique , le renne et le boeuf musqué; les oiseaux, comme, des noeuds, des cygnes, des oies de neige, des oies bleues, brent des oies, des oies cornues onduleuses et la ross-mouette, migrent au pays inconnu du Nord chaque printemps ou descendent pour avoir leur jeune ou échapper au froid de l'hiver . (Gardner, Chapitre 12)

6.) Un Vent du Nord apporte le temps plus chaud. En fait, sur la jante de l'ouverture polaire le soleil frappe en été à angle droit de même que sous l'équateur, un élevage considérable de température s'ensuit. Olaf Jansen a annoncé que quand ils étaient loin au nord sur la jante polaire, "le soleil plombait avec une certaine inclinaison, comme si nous étions dans une latitude du sud, au lieu d'une Partie nord lointaine. Il se balançait autour, son orbite jamais visible et montait plus haut et plus haut chaque jour... Les rayons du soleil, en frappant de biais, nous étions pourvue d'une chaleur tranquille(moelleuse)." (LE DIEU FUMEUX pp. 76, 83)

7.) Les Esquimaux disent que leurs ancêtres ont été originaires d'une terre au nord où le soleil ne se couche jamais . Marshall B. Gardner l'annonce "... Dans les efforts de ces Esquimaux pour dire où ils sont venus, ils indiqueraient au nord et décriraient une terre de prospérité perpétuelle..." (Un VOYAGE À L'INTÉRIEUR DE LA TERRE, p. 302)

8.) Au nord même lointain, au-delà du pôle, dans l'ouverture polaire et au-delà de la glace, existe une HAUTE MER à laquelle peu d'explorateurs ont atteint. De temps en temps la mesure de cette haute mer s'est étendue en bas au 80ème parallèle. Dans des temps précédents il semble s'être étendu au sud plus loin que c'est le cas aujourd'hui.

L'explorateur Olaf Jansen et son père sont parvenus à Franz Josef la Terre à la fin de juin, 1829 et la découverte d'une avancée ouverte dans la glace, ils l'ont suivi dans la haute mer dans l'ouverture polaire et ensuite dans Notre Terre Creuse. (LE DIEU FUMEUX, pp. 60, 61)

Plusieurs comptes d'explorateurs atteignant cette haute mer de l'autre côté de la glace sont trouvés dans un livre par docteur D. Barrington, LA POSSIBILITÉ DE S'APPROCHER DU PÔLE ARCTIQUE AFFIRMÉ, publié en 1818 à New York. Docteur Barrington écrit qu'en 1751 un Capitaine MacCallam commandant un baleinier, pendant une accalmie dans le cours habituel du voyage, a pensé qu'il ferait un détour par le Pôle arctique. Il a atteint une latitude de 83 degrés et n'a trouvé devant lui aucune nouvelle glace. En fait ils n'avaient pas vu de tache de glace pour les trois derniers degrés, il a annoncé. Mais a dû abandonner son aventure comme il n'a pas voulu encourir le mécontentement de ses propriétaires.

Un autre voyage par un docteur Dallie de la Hollande sur un vaisseau de guerre hollandais dans la surveillance de la pêche du Groenland a atteint une latitude de 88 degrés et a annoncé que le temps était chaud et la mer libèré parfaitement de la glace. Dallie a appuyé le capitaine pour passer mais le capitaine a estimé qu'il était déjà parti trop loin par avoir négligé sa station.

Alors on a conduit un M. Stephens, naviguant sur un autre bateau hollandais en 1754 dans la latitude 84°½ nord et annoncé qu'ils n'ont pas trouvé de froid excessif, a employé un peu plus que des vêtements communs, mais a rencontré peu de glace et même moins de glace le père vers le nord ils sont allés.

9.) Les explorateurs trouvent des graines subtropicales, des fleurs, des cultures de plantes vertes et des arbres et beaucoup de bois légé flottant dans l'Océan arctique qui ne pourrait venir d'aucune autre place que Notre Terre Creuse &que de l'intérieur de notre Terre).

10.) Souvent les vents du nord portent beaucoup de pollen pour colorer les icebergs. La neige colorée a été analysée et du rouge, du vert et du jaune ont été trouvé contenant de la matière végétale, semblable au pollen d'une plante. Cela a été observé se produire à des saisons différentes. L'explorateur Kane, dans son premier volume, à la page 44 a écrit, "Nous avons passé les Falaises Cramoisies de monsieur John Ross en matinée du 5 août. On pourrait voir les pièces de neige rouge, dont ils tirent leur nom, clairement à la distance de dix milles de la côte... Toutes les gorges et des ravins dans lesquels les neiges avaient été logées étaient profondément teintés avec cela... Car si la surface neigeuse a été plus répandue, comme ce n'est aucun doute plus tôt dans la saison, le cramoisi seraient la couleur dominante."

11.) Les aurores boréales et australes sont causées par le vent solaire du soleil intérieur coulant par les ouvertures polaires selon les lignes électromagnétiques des champs de la terre et des particules(atomes) qui sont la cause dans l'atmosphère autour des ouvertures de l'allumage  et du dégagement des beaux "feux" du Nord et du Sud. Les scientifiques comparent les Aurores à un poste de télévision, mais n'ont aucune réponse quant à ce qui prend la place de la cathode; on ne connaît pas la source d'énergie des aurores. Ils admettent que cela doit être un vent solaire, mais le vent solaire de notre soleil se fait dévier autour de la terre par le champ électromagnétique de la terre et est ainsi empêché d'entrée. C'est ici que la théorie  de La terre Creuse fournit la réponse parfaite quant à la source de l'énergie des aurores, la cathode du tube auroral de télévision. C'est le soleil dans la cavité de notre terre qui exhale ses hauts électrons d'énergie et protons par les ouvertures polaires et qui, lorsqu'ils frappent l'atmosphère au-dessus des ouvertures polaires, causent la production des aurores.

12.) Voyager et le télescope de l'espace  ont vérifié que la plupart des planètes de notre système solaire ont des aurores. Cela a rendu perplexe des scientifiques parce que le vent solaire du soleil n'est pas assez fort pour même causer les aurores de la terre beaucoup moins les aurores des planètes extérieures. La théorie de la planète creuse fournit la solution la plus logique : TOUS les corps dans l'espace sont creux. Ceux ayant des aurores et des champs géomagnétiques indiquent fortement qu'ils ne sont pas seulement creux, mais ont des soleils intérieurs et des ouvertures polaires par lesquelles des vents solaires  forts de ces soleils intérieurs émettent des particules pour allumer leurs aurores par leur impact sur l'atmosphère au-dessus de leurs ouvertures polaires.

13.) Les observations des Astronomes desaurores boréales sur Mars,  Vénus et Mercure leur montrent qu'elles sont creuses et qu'elles ont des soleils centraux qui brillent par leurs ouvertures polaires.

14.) Les images de satellites montrent les ouvertures polaires.

15.) La terre n'est pas assez rigide pour être entièrement solide . Dans Monsieur G. H. Le livre de Darwin, LES MARÉES ET LES PHÉNOMÈNES ANALOGUES DU SYSTÈME SOLAIRE, il écrit, "le corps de la terre, sur lequel repose les océans, ne peut pas être absolument rigide. Aucun corps ne l'est. Il doit être déformé plus ou moins par les influences du Soleil et la Lune." Donc il montre comment ces influences sont calculées. Il fait cela en mesurant la marée bimensuelle. Par la marée bimensuelle est signifié "... Une inégalité infime dans la hauteur de marée, ayant une période d'environ une quinzaine, selon l'inclination de l'orbite de la lune à l'avion de l'équateur. Maintenant l'importance  qu'aurait la marée océanique bimensuelle si la Terre était absolument rigide peut être calculée."

Les résultats de ces calculs montrent que la terre cède(se modifie) dans une certaine mesure sous la force de l'attraction de la lune et la déformation n'est pas assez petit pour nous justifier dans l'énonciation que la terre est pratiquement rigide et il n'est pas assez grand de suggérer que la terre ait un intérieur liquide.

Notre conclusion est que si la terre n'est pas assez rigide pour être entièrement solide et ne cède pas encore assez aux interactions de gravitation de la lune et du soleil pour avoir un intérieur liquide, donc cela doit être creux.

Après un profond examen de la théorie de gravité, j'ai conclu que la physique Newtonienne permet à toutes les planètes, le soleil et des lunes d'être des corps creux. La supposition qu'ils sont tous des corps creux avec des coquilles de 10 % du diamètre planétaire, cela permettrait aussi que toutes les planètes, de même que le soleil, d'avoir des surfaces solides avec une densité de coquille qui serait dans la gamme des possibilités, avec l'exception possible de Saturne. Voir l'Origine, la Cause et le Contrôle de Gravité - Trouvé!

16.) La terre apparaît aplanie aux pôles, qui sont causés en partie par l'existence là d'ouvertures dans l'intérieur.

17.) La terre tremble comme une bulle de savon, qui est creuse. Et quand il y a un grand coup de tremblement de terre, la terre vibre comme une cloche, qui est aussi creuse. La période fondamentale de vibration de la terre est de 54 minutes. Cela indique que la terre doit être une sphère creuse.

18.) Les ceintures de radiation de Van Allen ont des trous aux extrémités polaires de la terre, coïncidant avec les ouvertures qui s'y trouvent. Les scientifiques sont rendus perplexes quant à la source de la radiation des ceintures, admettant qu'il vient d'un vent solaire. Mais le vent solaire de notre soleil est  dévié autour de la terre par le champ électromagnétique de la terre qui empêche son entrée. C'est là que la théorie de La terre Creuse fournit la réponse quant à cette source. C'est le soleil dans la cavité de la terre qui exhalent des protons et des électrons par les ouvertures polaires ce qui causent dans l'atmosphère l'allumage des aurores et ensuite ils sont pris au piège dans le champ électromagnétique de la terre, et cause la production des Ceintures de Van  Allen.

19.) Tandis qu'au nord lointain, l'explorateur Nansen a découvert qu'entre l'horizon  nord et l'horizon sud  la distance est devenue plus coute tandis que l'Est-Ouest reste le même; ce qui serait vrai si une ouverture polaire existe là. En fait, des instruments normaux de navigation ne fonctionnent pas dans l'arctique/antartique comme ils font ailleurs parce que les ouvertures polaires ne sont pas tenues compte. Par exemple, un gyroscope horizontal tournera vertical comme on entrerait dans l'ouverture polaire et que le milieu de la lèvre polaire est atteint. La boussole magnétique indiquerait l'autre côté de l'ouverture ou en bas  selon le côté du pôle magnétique sur  lequel on est placé . En d'autres places il peut juste filer.

20.) Aucune ligne aérienne ne vole sur le pôle parce que cela risquerait de voler dans l'ouverture polaire.

21.) Il n'y a aucun satellite dans des orbites polaires qui passent à l'intérieur des 300 milles du pôle. Aucun satellite ne peut être mis dans une orbite stable directement sur les ouvertures polaires sans tenir compte du manque de gravité en cet endroit parce qu'il n'y a aucune masse dans les ouvertures polaires.

22.) La radio, les ultra-violette et d'autres images du soleil pris par le Laboratoire du ciel (Space Lab) révèle des trous aux pôles du soleil où la gravité est très diminuée à cause des ouvertures là dans l'intérieur creux de cette PLANÈTE DES DIEUX.

23.) Les enregistrements de sismographe placés sur la surface de la lune par les missions d'Apollon indiquent que la lune est aussi creuse. (Voir le chapitre huit)

24.) Les trous d'ozone aux pôles de la terre sont créés par l'ozone que libère l'air émanant de l'intérieur de la terre par les ouvertures polaires. Ces trous d'ozone dans l'atmosphère sont plus grands de taille dans les saisons où des quantités plus grande de courant atmosphérique sortent des ouvertures polaires.

N'est-il pas évident que c'est là la preuve plus scientifique que notre terre EST creuse et peut-être que toutes les planètes sont creuses car  les combinaisons intérieurs solides-liquides sont là pour le prouver ? En effet, la preuve est presque accablante que Notre Terre EST CREUSE, encore ce n'est pas la connaissance commune parce que sa découverte a été par exprès tenue cachée au public par la Conspiration puissante Illuministe. Mais la Conspiration n'a pas encore de monopole sur la vérité bien qu'il veuille l'avoir. Et chacun avec une petite étude et une enquête peut tout seul maintenant être capable de venir à une connaissance de la vérité de la structure réelle de NOTRE TERRE CREUSE!

********* F I N ********

THE SMOKY GOD par Willis George Emerson
Ce merveilleux livre raconte comment un père Nordique et son fils [Olaf Jansen] voguèrent vers la terre intérieure et y passèrent deux ans.  Ce livre décrit ce peuple, sa religion et son soleil.
Amherst Press P.O. Box 296 Amherst, WI 54406

************
 **********************
 Notre Terre EST Creuse! - Evidence.url Scientifique

Nom : Notre Terre EST Creux! - Evidence.url Scientifique
 **********************************