Origine Humaine Double

19 - LE SAGE DU TIBET / Par Tuesday Lobsang Rampa --Montréal : Éditions Stanké, ©1980. {(pages 46 à 49)(Extrait 04)}. Origine Humaine Double.

    « Comment se fait-il, Maître, que vous compreniez cette langue ? » demandai-je étonné.

    Il repoussa le livre et sembla un instant méditer sur ma question. « Tu sais, Lobsang, dit-il enfin, c'est une longue histoire qui remonte au début des temps, et nous-mêmes, lamas, nous nous perdons dans ses méandres. Mais je vais te la résumer brièvement.

    « Le monde où nous vivons était près d'être colonisé et nos Maîtres je les appelle "Maîtres" car dans la hiérarchie ils sont encore au-dessus des Jardiniers donnèrent l'ordre de planter sur Terre une nouvelle espèce. C'est de cette première souche que notre peuple est issu.

   Sur une planète fort éloignée de la nôtre, à l'autre bout de l'univers, on se mit à préparer l'événement et l'on construisit un vaisseau spatial spécial capable de se déplacer à très grande vitesse et qui devait emporter dans ses cales les embryons humains. Les Jardiniers, comme on appela ceux qui devaient accomplir cette mission, emmenèrent donc sur terre les embryons, mais on ne sait rien de la période qui suivit leur arrivée sur notre planète et qui va jusqu'à l'émergence des premières créatures humaines.

    « Pendant ce temps, sur leur planète d'origine, des changements importants avaient lieu. Le "dieu" qui régnait alors était très vieux et son pouvoir était convoité par une bande de sinistres individus qui réussirent à le détrôner pour mettre à sa place un fantoche à leur solde.

    Quand les Jardiniers revinrent de la planète Terre, ils furent très mal accueillis par les traîtres au pouvoir : on voulait les exterminer car ils risquaient d'être gênants. Aussi remontèrent-ils bien vite dans leur vaisseau, après s'être emparés de quelques femmes de leur taille, et ils mirent le cap à nouveau sur la Terre (mais tu sais, Lobsang, la Terre ne représente qu'une infime partie de l'univers, et il y a d'autres univers encore).

    De retour sur Terre, ceux qui avaient créé l'espèce humaine y établirent leur propre empire. Ils construisirent nombre de superstructures, de hautes pyramides notamment qui leur permettaient de capter par radio le moindre message et aussi de se préserver contre d'éventuelles attaques. Les humains leur servaient d'esclaves et les Jardiniers n'avaient qu'à savourer leur confort et émettre des ordres.

    « Bientôt les hommes et les femmes gigantesques de cette race se lassèrent de leurs partenaires respectifs et cherchèrent des aventures ailleurs. Ce qui entraîna des querelles et des troubles divers. C'est alors que, venu de quelque galaxie lointaine, un vaisseau spatial surgit, que ne détectèrent pas les radars. Il était immense, et de son bord descendirent des êtres qui à leur tour s'installèrent et bâtirent des habitations. Les premiers occupants de la planète prirent très mal cette invasion et il y eut une bataille de mots, que suivit bientôt un véritable combat entre les deux factions. La guerre dura très longtemps, et chacun se surpassa dans l'invention d'engins diaboliques. Finalement, comme les nouveaux arrivés ne parvenaient pas à se rendre maîtres de la situation, ils lancèrent des engins, à partir du grand vaisseau, porteurs de bombes qu'ils lâchèrent sur le territoire ennemi.

    « Ces bombes étaient des modèles déjà très perfectionnés de bombes atomiques, et lorsqu'elles tombaient, tout était décimé à des kilomètres à la ronde. Après le passage de ces engins il n'y eut plus sur terre qu'une aveuglante lumière pourpre que contemplaient les occupants du grand vaisseau en s'éloignant dans l'espace.

   Pendant une centaine d'années, peut-être plus, il n'y eut pratiquement plus de vie sur terre dans les régions bombardées. Mais lorsque les effets des radiations commencèrent à se dissiper, des êtres se mirent à sortir, craintivement, se demandant ce qu'ils allaient découvrir. Ils mirent bientôt sur pied une sorte d'agriculture, utilisant des charrues en bois et autres instruments. »

    Maître, interrompis-je, vous dites que notre monde est vieux de plusieurs millions d'années, peut-être cinquante millions, mais il y a tant de choses que je ne comprends pas. Ces hommes, par exemple, dans cette pièce, nous ne savons pas depuis combien de temps ils existent. Et cette nourriture, pourquoi est-elle encore fraîche et comestible ? Pourquoi ces hommes ne sont-ils pas tombés en poussière ? »

    Le lama sourit et me dit : « Nous sommes un peuple d'ignorants, mais il y a eu sur Terre des hommes beaucoup plus savants que nous. Si tu prends ce livre, par exemple (il me montrait un livre qui se trouvait sur une étagère), tu y trouveras toutes sortes d'explications sur des pratiques médicales et techniques chirurgicales totalement inconnues au Tibet. Et pourtant, nous sommes parmi les premiers habitants de la Terre... »

****************